Haute Vienne - Entre nostalgie rurale et activités de plein air

Dernière mise à jour : 26 sept.





Il y a des régions françaises si peu connues et pourtant qui méritent tant qu'on s'y intéresse. Peut-être est-ce dû à mes origines charentaises mais le Limousin est cher à mon cœur. Sa campagne, son patrimoine, son savoir-faire, sa chaleur de vivre, son authenticité... en font une si belle région. Comme vous l'avez compris, je me suis donnée pour objectif de vous faire découvrir ces endroits peu connus et donc loin du tourisme de masse. Tiens, encore un argument qui peut faire mouche.

L'année dernière, je vous ai déjà partagé quelques pépites de la Haute Vienne. Vous pouvez retrouver l'article ci-dessous.

En lire plus

Cet été, à l'occasion du we prolongé du 15 août, j'ai à nouveau fait escale en Haute Vienne pour découvrir d'autres lieux pleins de charme. Alicia de Tourisme Haute Vienne nous a concocté un très joli programme de découvertes. Je vous propose de nous suivre sur ces 3 jours.



Sommaire



 

Notre itinéraire



Comme il est toujours plus facile de se repérer à l'aide d'une carte, voici un aperçu des points d'intérêt lors de notre découverte rapide de la Haute-Vienne.




Les Vergers de l'Aumaillerie


Notre séjour en Haute-Vienne débute aux Vergers de l'Aumaillerie.

Je ne sais pas vous, mais un de mes grands plaisirs de l'été est de cueillir fruits et légumes de saison, de préparer des petits plats qui sentent bon le soleil. Cela me rappelle également de nombreux souvenirs d'enfance où je cueillais avec ma sœur les fraises et framboises du jardin. Nous les mangions immédiatement et au grand dam de mes grands parents, la récolte était bien maigre dans le panier.


Ces petits plaisirs, c'est ce que l'on peut retrouver au sein des Vergers de l'Aumaillerie.

Les Vergers de l'Aumaillerie, c'est une affaire de famille. Marie-Claire et Laurent Jaudinot ont débuté cette histoire il y a 33 ans. Leurs 3 enfants participent également à l'aventure. A cette petite équipe s'ajoute une douzaine de personnes plus des saisonniers participant à la production des fruits et légumes ou à la vente.

Aux Vergers de l'Aumaillerie, ils y produisent des fruits : pommes, poires, cerises, fraises, framboises, myrtilles et tomates mais aussi des légumes : aubergines, poivrons, pommes de terre, butternuts, potimarrons, courgettes et patates douces. Tout est proposé à la vente, soit à cueillir, soit déjà cueilli, à la ferme, sur les foires et marchés ou par des distributeurs locaux. Aux Vergers de l'Aumaillerie, ils pratiquent une agriculture raisonnée ; le moteur de la démarche est le respect de l'Homme et de la Nature. Sous les serres, c'est la production biologique intégrée qui fait son apparition il y a 3 ans. De plus, depuis 2019, ils plantent des pommiers, Choupette et Juliet, qui sont élevés en Bio. Des initiatives locales qui prennent de plus en plus d'ampleur, pour notre plus grand plaisir.


Maintenant que vous connaissez un peu mieux les qualités et valeurs des Vergers de l'Aumaillerie, je vous invite à vous équiper d'un panier et c'est parti pour la cueillette. Prenez soin de ne récolter que les fruits à maturité. Ça serait dommage de gâcher ...


Quoi de mieux après cette belle cueillette que de vous poser pour déjeuner ou dîner à la Crêperie Chez Ma Pomme. Eh oui, Marie-Claire et Laurent ont débuté cette nouvelle aventure en 2011. Cela permet de mettre en valeur les produits du verger mais également ceux des autres producteurs locaux. Rendez-vous dans le chapitre Infos Pratiques pour découvrir cette jolie adresse.




Montrol-Sénard


Ce qui fait le charme du Limousin, ce sont ces petits villages de campagne, aux maisons construites en pierre, aux toits recouverts de tuiles romaines. Ici et là, des granges pour accueillir le bétail et les outils de la ferme. Difficile de vous exprimer toutes les émotions qui me traversent. Cette région, chère à mon cœur, fait ressurgir des souvenirs d'enfance, des moments heureux partagés avec mes grands-parents.


Aussi, l'initiative d'Adrien avec son projet de Nostalgie Rurale ne peut que me plaire. Débutée en 1986, l'association Syndicat d'Initiative avait pour objectif de faire revivre un village du limousin. En effet, de nombreux villages de campagne se meurent et avec le départ de ses habitants, les maisons et autres bâtiments s'abiment voire s'effondrent. C'est tout un patrimoine qui se perd. Adrien a l'idée de réhabiliter (avec l'accord des propriétaires) ces constructions afin de reconstituer le village tel qu'il était au début du XXe siècle. Ainsi l'école, qui fut transformée en brocante, retrouve ses fonctions d'école communale, les fours sont de nouveaux fonctionnels, la forge est réhabilitée ... C'est tout un éco-musée qui se met en place permettant ainsi aux visiteurs de découvrir la vie d'un village rural au début du siècle dernier. Tout cela n'aurait pas été possible sans l'investissement complet des villageois, mais également des nombreux dons réalisés permettant de reconstituer les décors. Oui, en pénétrant dans chaque bâtiment, c'est comme si vous vous retrouviez chez ses habitants en train d’œuvrer. Mettez-vous à table et le dîner vous sera servi. Vous êtes prêts pour la découverte ? Alors suivez le guide !


Bonjour, je m'appelle Léa. Je suis née en 1914 et j'ai 8 ans. Nous sommes donc en 1922 dans le village de Montrol-Sénard, en pleine campagne limousine. Ça vous dit de m'accompagner dans ma maison, de découvrir ma famille et notre mode de vie ?


C'est une petite maison toute modeste avec une seule pièce mais nous nous y sentons bien. Maman a déjà commencé à préparer le repas de ce midi qui chauffe dans l'âtre de la cheminée. Au menu, la traditionnelle soupe de légumes qui mijote dans le grand chaudron en fonte, des boudins qui cuisent sur le grilloir et des châtaignes en train de blanchir dans le "bouéradour". Notre grande table en bois est dressée de nos belles assiettes aux motifs floraux. Tout le service de mariage de maman n'est pas utilisé, mais bien rangé dans le vaisselier. Peut-être qu'un jour je m'en servirai à mon tour. Papa a déjà fait la corvée du matin d'aller chercher de l'eau à la fontaine. C'est un dur labeur. Les seaux en bois remplis d'eau pèsent lourd. Mais papa a trouvé une astuce pour éviter que l'eau ne se renverse. Il a conçu un cadre en bois qui, une fois posé sur les seaux, permet de les stabiliser. Et là, plus une goutte d'eau ne se perd. Ah mon papa, il est trop fort ! J'ai oublié de vous présenter mon petit frère Bernard. Il a 2 ans et court partout. Papa et maman, devant vaquer à leurs occupations dans le jardin ou la maison, l'ont mis dans le youpala. C'est drôlement pratique. Il peut se dégourdir les pattes tout en restant en sécurité loin du feu. Et justement, maman est en train de filer la laine sur le rouet. Ça augure de jolis vêtements pour cet hiver. Que j'aime ces moments où on est tous ensemble. Surtout quand la fin de journée approche. On se met autour du feu et on échange sur nos activités du jour. Quand il est l'heure de se mettre au lit, on s'organise pour la toilette et on prépare la chaufferette qui permet de rendre le lit douillet. Bien sur, on n'oublie pas de tirer les rideaux du lit pour conserver au maximum notre chaleur corporelle. J'aime regarder cette photo de mariage de mes parents qui trône à côté du lit. Un jour, moi aussi je vivrai une belle histoire d'amour comme la leur.


Olala, je m'égare les amis. J'ai encore quelques corvées à faire avant de partir pour l'école. Papa m'a demandé de ramener du cellier des pommes pour que maman nous fasse une bonne tarte. En fait, c'est plutôt une étable - cellier. Elle jouxte la maison et nous permet de stocker tous les outils nécessaires à papa pour travailler dans les champs, mais cela nous permet aussi de conserver nos denrées à l'abri de la lumière et de la chaleur.


Papa m'a également demandé de ramener la fournée de pains qu'il a faite ce matin. J'aurai bien besoin d'un coup de main pour tout porter. Vous voulez bien m'accompagner ? Tout se passe au fournil. En effet, nous n'avons pas notre propre four à pain à la maison, contrairement à certains voisins du village, c'est pourquoi nous allons au fournil mis à disposition par le village. Papa et l'ouvrier Roger ont commencé à préparer le feu, il y a 4 jours. Pour cela, ils mettent du bois dans le four et l'allument. Le four doit monter doucement en température. C'est beaucoup de travail. C'est pour cela que Roger y a une petite chambre. Il peut ainsi se reposer entre deux fournées de bois. Il donne aussi un coup de main à papa pour façonner les boules de pain et les enfourner. Ils ne sont pas trop de deux pour travailler. Surtout que ce n'est pas moins d'une quinzaine de pains qui sont produits. Cela nous durera 2 à 3 semaines avant que l'on doive reproduire la manœuvre. La cendre est retirée chaque matin, avant la cuisson des pains. Elle nous est très utile, notamment pour faire les lessives de draps. Ce qu'on appelle chez nous, faire la bujade. Ça consiste à mettre dans une grande cuve en terre cuite de la cendre mélangée à de l'eau bouillante. On y met ensuite les draps et ceux-ci vont ressortir tout blanc, tout propre. Bien sur, on ira les rincer au lavoir du village. On réalise cette grande lessive une fois par an, au mois de juin, juste avant les moissons. Après, on n'a plus le temps, tous les bras sont réquisitionnés pour travailler dans les champs. Le temps commence à filer vite, il nous faut ramener les pains encore tous chauds à la maison. Papa, peux-tu nous aider à ranger les pains dans le séchoir installé au dessus de la table à manger ? Je ne suis pas assez grande pour l'atteindre.


Mais que vois-je ? Notre comtoise indique que c'est l'heure d'aller à l'école. Il n'est pas question de se mettre en retard. Vous m'accompagnez ? Surtout, ne pas oublier mon cartable ni ma gamelle pour le déjeuner de ce midi. Heureusement que je n'habite qu'à 5 minutes à pied de l'école. Tous mes camarades de classe n'ont pas cette chance. Certains doivent parcourir plusieurs kilomètres entre le hameau où ils habitent et le village. Ce long trajet est effectué quelle que soit la saison et par tout temps. C'est vraiment dur en période hivernale avec 30 cm de neige. Fort heureusement, nous sommes au mois de mai, la météo est clémente et c'est donc les pieds secs que nous arrivons en classe. Première chose à faire, saluer notre instituteur Mr Bachelier et revêtir ma blouse grise qui m'attend à la patère. Je prends place à mon pupitre habituel. Commencer à préparer mon plan de travail en remplissant mon encrier, disposant mes plumes et mon cahier. Je suis fin prête à recevoir l'enseignement du jour. Le certificat d'études est encore loin, mais j'ai tant de connaissances à acquérir pour réussir cet examen si exigeant. Pour la géographie, Mr Bachelier dispose de nombreuses cartes qu'il affiche aux murs. Ici la France, l'Europe, les fleuves, les climats mais aussi les différentes cultures agricoles qui nous intéressent tout particulièrement dans le monde rural. En matière d'Histoire, nous apprenons les longues lignées de rois (qu'est-ce que c'est dur pour moi qui n'ai pas la mémoire des dates. Je me mélange sans arrêt.) mais également la mythologie grecque, romaine et égyptienne. Ça, j'adore. En mathématiques, on apprend à compter, d'abord avec un boulier puis mentalement. En science naturelle, on étudie le corps humain mais surtout la nature qui nous entoure. Pour nous aider, Mr Bachelier dispose d'animaux empaillés ou d'autres espèces dans le formol. Renard, chouette, lézard, serpent, grenouille, mulot ... constituent notre cabinet des curiosités. Pour le français, ça se gâte, nous avons droit à une dictée quotidienne. Il y a tellement de règles à connaître, que ce soit pour la conjugaison mais aussi pour l'orthographe. Mais je me suis donnée un objectif, être parmi les meilleurs élèves pour décrocher les fameux prix de fin d'année. Recevoir ces beaux livres reliés de cuir rouge, quelle consécration ! Pour l'instant, j'accumule les bons points, mais à force de persévérance ... Pas question pour moi d'être dissipée ou de répondre mal à Mr Bachelier. Certains ont tenté l'expérience et ont subi certaines punitions. Le bonnet d'âne, les coups de règle sur les doigts ou les fesses, la chaise à fessée, tout ça me donne des frissons. C'est qu'on ne plaisante pas avec la discipline !

A la récréation, j'en profite pour déposer ma gamelle sur le poêle. Accompagnée de toutes celles de mes camarades, elle va réchauffer doucement et sera prête pour le déjeuner. Ce poêle permet également de réchauffer la classe en hiver. C'est bien agréable durant les jours de grand froid.

Papa m'a chargé d'une autre mission : remettre nos économies du mois à Mr Bachelier afin qu'il les conserve dans son coffre. C'est tellement pratique dans nos campagnes de trouver des gens de confiance. Ici, il n'y a pas de banque pour stocker notre argent, et il est bien plus en sécurité auprès de Monsieur l'instituteur que sous notre matelas.


La journée d'école est rythmée par les différentes leçons prodiguées par Mr Bachelier, jusqu'à ce que la cloche sonne. Je redépose mon tablier à la patère et récupère mes affaires. Direction la saboterie. Ces chaussures de bois sont totalement inconfortables mais rembourrées de paille et avec de grosses chaussettes en laine, ça fait l'affaire. Bien moins chères que des bottes en caoutchouc, elles durent également plus longtemps. Elles sont tellement utiles à la ferme, que ce soit pour travailler avec les bêtes ou dans les champs. Néanmoins elles s'usent avec le temps et il est nécessaire de les faire réparer ou remplacer par le sabotier. C'est ce que je suis venue faire ici. Les sabots de papa sont bien usés aux talons. L'atelier de Mr Dubois sent bon le bois. De la sciure recouvre le sol, la pièce est sombre et j'entends des coups de rabot. Des toiles d'araignées pendent dans les différents recoins de la pièce et la poussière danse dans les rayons du soleil. Je donne à Mr Dubois la paire de sabots à réparer et m'installe à ses côtés. J'ai toujours adoré regarder les artisans travailler et m'expliquer leur métier. Je trouve ça tellement instructif.

Le sabotier habite dans les régions qui produisent du bois. C'est beaucoup plus simple pour s'approvisionner. Pas besoin de le faire venir de loin. Il utilise du bouleau, peuplier ou aulne qui sont des bois légers et bon marchés. Avec, ce sont des sabots ordinaires qui sont fabriqués. Pour les sabots de luxe, on utilise le noyer. Mr Dubois me montre les différentes étapes d'élaboration d'un sabot. Il travaille toujours sur du bois vert. Une fois le sabot réalisé, il est mis à sécher pendant plusieurs mois. Pour élaborer le sabot, Mr Dubois prend une buche qu'il dégrossit à la hache, il en dégage le talon, donne la forme extérieure du sabot avant de creuser pour pouvoir y passer le pied. Merci Mr Dubois pour toutes ces explications. Je repasserai plus tard récupérer les sabots de papa.


A côté de la saboterie, c'est la cordonnerie de Mr Godillot qui m'invite une nouvelle fois à m'arrêter. Même ambiance mais avec des odeurs de cuir cette fois. De nombreuses chutes de peaux jonchent le sol, des embauchoirs pendent au mur. J'entends le rythme rapide de la machine à coudre, ses moments de pause quand Mr Godillot vérifie son travail. Puis les coups de marteaux sur l'enclume pour poser un fer et prolonger la durée de vie du soulier. Nos chaussures coutent cher, il est important de les entretenir afin qu'elles durent le plus longtemps possible.


Mais qu'est-ce que j'entends ? Le hennissement d'un cheval. Vite, j'aime trop voir le maréchal ferrant exercer son métier. Direction la forge où Mr Tison attise les braises du foyer à l’aide d'un grand soufflet à deux valves, permettant un flux d'air continu sur le feu. Cela permet de chauffer le fer et le rendre malléable. Il est ensuite travaillé sur l’enclume à grands coups de marteau. Tant que la pièce forgée n'a pas la forme désirée, Mr Tison tape et tape encore. Quel travail de force ! La pièce finalisée est ensuite plongée dans le baquet d’eau pour refroidir et durcir le fer.

Il est temps de ferrer la belle Marguerite. Oui, je connais même le nom des animaux du village. Il faut dire que nous ne sommes pas bien nombreux et on est souvent chez les uns et chez les autres, notamment en période de moisson pour s'entraider. Toutes les mains disponibles sont les bienvenues en cette période chargée. Mais revenons à Marguerite qui est installée au travail (une ossature en bois qui permet de la maintenir le temps du ferrage) dans l'attente d'être équipée de nouveaux fers. Il faut d'abord lui couper la corne des sabots, puis apposer le fer encore chaud sur la corne afin que celle-ci s'imprègne du fer. Puis Mr Tison fait refroidir le fer et le réinstalle. Il insère ensuite des rivets pour maintenir le fer en place. Pas de panique, notre belle Marguerite n'a pas du tout mal et est même très calme durant cette intervention. Ça va l'aider à mieux travailler dans les champs. On applique des fers sur les sabots des vaches, des bœufs ou des chevaux.


Avec tous ces arrêts en cours de route, je vais finir par être en retard pour rejoindre ma famille au café buvette Chez Angèle. Tous les vendredis, nous nous réunissons autour d'une table pour prendre le gouter. Et je pense que c'est devenu le rituel de nombreux villageois. Il y a foule ce soir. Les tables sont dressées, Angèle a préparé de magnifiques gâteaux, le café est bien au chaud sur le fourneau. On entend des rires d'enfants, et des exclamations. Nos aïeuls sont autour d'une table à jouer à la belote ou à la manille. Attention, on ne plaisante pas, c'est un jeu très sérieux! Il y a toujours de l'ambiance chez Angèle et c'est ce qu'on aime.

Toute cette mélodie me rassure. C'est la vie de mon village, celui où je grandis, celui où je me construis, celui que j'affectionne.


Vous l'aurez compris, ce récit est purement fictif mais basé sur les explications données par Adrien notre guide du jour, mais également sur les souvenirs d'enfance que me racontait ma grand mère chérie. Et finalement si c'était ça, la nostalgie rurale ?

Petite précision supplémentaire, ce village de Montrol-Sénard a été utilisé comme décor pour 3 films : "Bruno Reidal", "1905", "Les Gardiennes".




Lac de Saint-Pardoux


Direction le Lac de Saint-Pardoux pour une journée de découverte en plein air. Le Lac de Saint-Pardoux est le deuxième plus grand lac de Haute-Vienne, après le lac de Vassivière que nous découvrirons plus tard. Il s'agit d'un lac artificiel mis en eau en 1976. Il couvre une superficie de 330 hectares. On peut y exercer nombre d'activités nautiques douces comme le pédalo, la voile ou encore la natation (en juillet/aout seulement), mais aussi le motonautisme ou la pêche. De quoi satisfaire de nombreux adeptes de sports de plein air ou tout simplement, passer des jolis moments en famille, près d'un point d'eau.


  • Balade en trottinette électrique

Si vous aimez la balade, vous pouvez effectuer le tour du Lac de Saint-Pardoux. Cela représente une distance de 24km faisable en 6h à pied. Un peu long, je vous l'accorde si vous souhaitez faire la boucle complète. D'autres options s'offrent à vous comme le vélo mais aussi la trottinette électrique. C'est cette option que nous avons testé avec la marque Trott'in qui s'est implantée cette année autour du lac.


Sur le papier, j'étais très enthousiaste à découvrir cette activité mais une fois arrivée devant les engins, c'est autre chose. Vous connaissez mon niveau de sportivité et ma confiance en moi sur ces machines que je ne maîtrise pas. Heureusement, Marie et Lola sont là pour me rassurer. Déjà, elles nous expliquent le programme mais également le fonctionnement de la trottinette avant d'en démarrer la prise en main. Elles sont très pédagogues et patientes. C'est tout ce qu'il me faut pour me mettre un peu à l'aise. Les débuts sont clairement laborieux pour moi. Je suis très tendue mais j'arrive à suivre le rythme. Enfin un rythme lent, puisque Marie s'adapte clairement à moi. Je lui en suis très reconnaissante.


Le trajet se fait en sous-bois principalement. Pour cela, nous empruntons pistes de terre mais aussi pistes cyclables voire même quelques routes faiblement pratiquées par les voitures. C'est très rassurant de savoir que nous ne croiserons pas de voitures. De temps en temps, de jolies fenêtres de verdure s'ouvrent sur le lac. C'est de toute beauté. Et puis je commence à prendre de l'assurance. Les virages et descentes se passent de mieux en mieux. Je passe même la 4ème, c'est pour dire. Quel dommage que nous arrivions à la fin de la longue piste, je n'ai pas eu le temps de passer la 5ème. Mais je commence à me laisser griser par cette expérience.


Le clou du spectacle : ce ponton qui offre une vue magnifique sur le lac. Dommage que le ciel soit couvert. Avec un beau soleil, je suis sûre que les couleurs du lac doivent être superbes. Il est temps de prendre le chemin du retour, qui se fait de plus en plus facilement. Cette trottinette électrique tout terrain est vraiment une belle invention. Je vous recommande vivement de vous y essayer, vous ne serez pas déçus. Et si j'y arrive, c'est que c'est adapté aux ultras débutants et aux non-sportifs.


Sur cette excursion, nous sommes partis en compagnie de Marie durant 2 heures, mais plusieurs options s'offrent à vous. Vous pouvez partir le temps souhaité, par tranches d'1 heure. Si vous vous sentez l'âme d'un aventurier, vous avez la possibilité de partir uniquement avec la trottinette, mais vous pouvez aussi choisir l'option d'assistance par GPS, bien plus facile pour se repérer entre les différents chemins. L'itinéraire est tout tracé, vous n'avez qu'à suivre les indications. Et enfin, tout comme nous, vous pouvez partir en compagnie d'un guide qui saura vous aider dans la prise en main de la trottinette, mais aussi vous expliquera les endroits un peu plus difficiles ou encore vous indiquera tous les points dignes d'intérêt. De quoi prolonger la découverte du lac en faisant des activités qu'il vous aura recommandées. Tentés par l'expérience ? C'est parti !


Venir au lac de Saint-Pardoux, c'est aussi pour s'y baigner. En période estivale, une surveillance est organisée ce qui vous permet de profiter de l'eau en toute sécurité. De plus, il y a une belle plage et des structures gonflables sont installées sur l'eau pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Malheureusement, le soleil n'est pas de la partie. Le ciel est de plus en plus menaçant, mais pas de souci.


On se rabat sur la Piscine aqualudique. C'est donc une piscine disposant de bassins intérieurs et extérieurs. A l'extérieur, vous pouvez profiter pleinement des bains de soleil mis à disposition ainsi que des toboggans. Tout le monde s'amuse comme des fous. Il y a même une pataugeoire pour les tous petits, ce qui est ultra rassurant.

De notre côté, c'est à l'intérieur que nous avons décidé de profiter des bassins. Chauffés à une eau de 29°C, c'est le paradis pour moi qui n'aime que les eaux bien chaudes. Ici, vous avez deux possibilités : rester dans la partie bien-être avec remous et fontaines massantes ou profiter des lignes de nage. Bien sur, nous avons testé les deux, et c'est un vrai plaisir de faire un peu d'exercice et de se détendre par la suite. Les installations sont vraiment au top et les grandes baies vitrées vous offrent une vue magnifique sur le lac.



Lac de Vassivière


Dans un cadre naturel préservé, l'un des plus grands lacs de France avec ses 45km de rives offre une invitation au dépaysement, au ressourcement, à l'aventure et au partage.

La liste des activités à réaliser autour du lac de Vassivière est vraiment impressionnante. Bien sur, vous aurez accès à de nombreuses plages pour vous détendre ou pour nager, de nombreuses pistes cyclables permettent d'en faire le tour mais les activités ne s'arrêtent pas là. Vous avez envie de faire du pédalo ou du canoë, pas de problème, vous avez la possibilité de louer du matériel. Vous souhaitez faire une randonnée à cheval, dirigez-vous vers les Hameaux du Lac Masgrangeas. Une envie de parcourir le lac de l'intérieur et d'accéder à l'ile aux serpents, des bateaux navettes sont accessibles à différents endroits du lac. Vous avez le goût de l'aventure, le lac de Vassivière a tout prévu : accrobranche, cache, parcours d'orientation ou même escape game pimenteront votre séjour.


Et c'est justement l'escape game de Vassiviera que nous avons testé pour vous. Vous aimez les défis et les enquêtes à huit clos, vous aimez jouer en équipe ? Vassiviera est fait pour vous.

Attention, une crue imminente menace le barrage de Vassivière et c'est toute la région qui risque d'être inondée. En tant que technicien du barrage, vous devez tout mettre en œuvre pour contrer cette montée des eaux. Pour cela, vous devez ouvrir les vannes du barrage. Acceptez-vous la mission ? Vous avez 1 heure top chrono.

Pas question de vous dévoiler les clés de l'escape game mais pour avoir vécu l'expérience, nous sommes vite pris au jeu. Première étape : chausser des bottes. Ça met de suite dans l'ambiance. Puis on est introduit dans la première pièce close. A nous de deviner ce qu'on attend de nous, de suivre scrupuleusement les instructions sans partir dans tous les sens. Les salles ne s'ouvrent que lorsque la mission du moment est réalisée avec succès. C'est dans une ambiance un peu stressante que nous sommes plongés : salle à éclairage tamisé, voyants lumineux verts ou rouges, alarmes sonores. Pour résoudre les énigmes, il nous faut ramper, marcher à 4 pattes, patauger dans l'eau, faire preuve d'ingéniosité, mais surtout, et là c'est la clé, communiquer et s'écouter. Alors prêts pour tenter l'expérience ?


J'espère que ces découvertes vous ont plu.

Comme indiqué précédemment, j'ai eu l'occasion de venir en Haute-Vienne l'année dernière. Vous pouvez retrouver la visite de Limoges mais aussi d'autres villages de caractère dans mon article ci-dessous.

En lire plus



 

Infos pratiques



  • Quand y aller ?


On peut se rendre en Haute-Vienne toute l'année, mais comme nous sommes dans le Centre Ouest de la France, la météo est quand même plus agréable d'avril à octobre. De plus, si vous souhaitez faire des activités de plein air comme suggéré ici, la saison idéale est l'été. Mais en y allant en juin ou septembre, vous éviterez les bains de foule, même si les lacs de Saint-Pardoux et Vassivière sont très grands. L'accès aux plages est très prisé en juillet/août.



  • Comment se déplacer ?


A mon sens, le meilleur moyen de locomotion en Haute-Vienne reste la voiture. En effet, il y a peu de gares et surtout elles sont assez mal desservies. Comme vous l'avez vu sur la carte, les centres d'intérêt sont assez espacés les uns des autres.



  • Où manger ?


Lors de ce séjour en Haute-Vienne, nous avons testé les tables d'hôtes où nous dormions mais aussi quelques adresses que je vous partage ci-après.


Chez ma Pomme

Aux Vergers de l'Aumaillerie, en plus de la cueillette, Marie-Claire et Laurent Jaudinot ont créé une crêperie très appréciée dans les environs. En effet, elle met en valeur les produits directement issus du verger mais également des petits producteurs locaux. On mange donc sainement et les recettes sont toutes plus originales les unes que les autres. Vous ne trouverez pas ici la simple galette jambon fromage. Non ! Ici, on recherche sans arrêt de nouvelles associations de saveurs qui font le bonheur des clients. Rien que pour vous donner une idée, voici ce vers quoi nous nous sommes orientés :

  • Pour Madame :

  • Plat : Ma Pom' Burger : pain de sarrasin, steak haché Limousin, tomates, cheddar, fondue d'oignons, sauce burger servi avec une galette de pomme de terre et salade verte (tarif : 12,30€)

  • Dessert : Crêpe à la mousse de citron vert, framboises, chantilly, coulis de framboises (tarif : 7,90€)

  • Pour Monsieur :

  • Plat : Galette au Bœuf Limousin accompagnée de légumes de saison, sublimée par un chutney d'oignons de Roscoff et une galette de pomme de terre (tarif : 14,50€)

  • Dessert : Crêpe sucrée Ardéchoise : châtaignes confites, glace à la châtaigne, liqueur de châtaigne, chantilly (tarif 7,90€)


Le Saint Pardoux

Si vous passez une journée complète au lac de Saint Pardoux et que vous n'avez pas prévu de pique-nique, j'ai l'adresse qu'il vous faut. Situé à proximité immédiate du lac et de la Piscine, c'est l'endroit idéal pour se poser et manger un encas. Le restaurant en lui-même ne paie pas de mine mais dispose d'une belle terrasse ombragée. La carte est simple mais efficace. Le personnel est très agréable et le service hyper rapide. Jean a été très agréablement surpris par son plat qu'il a trouvé délicieux. Comme quoi, les choses les plus simples sont souvent les meilleures.

Nous avons fait le choix de :

  • Pour Madame :

  • Plat : Pizza chèvre, miel, noix et oignons (13€)

  • Pour Monsieur :

  • Entrée : Assiette de charcuterie : (9,80€)

  • Plat : Éclaté d'andouillette et tombée d'oignons (tarif : 14€)


Vassiviera

Si vous venez au lac de Vassivière, j'ai l'adresse qu'il vous faut. Là encore, ce sont des produits locaux qui sont mis à l'honneur dans des recettes de burgers qui vous raviront à coup sur. Sans compter que leurs frites sont un régal pour les papilles. Laissez-vous également tenter par les bières mais également les desserts et notamment la fameuse tarte aux myrtilles. On en parle également du décor ? Vous serez juste au bord du lac, de quoi favoriser vos rêveries (surtout si vous optez pour les canapés, là, c'est sieste assurée) et à l'intérieur, il y a un côté industriel où la nature s’immisce avec de belles plantes vertes.

Attention, pensez à réserver parce que le restaurant est victime de son succès et refuse du monde.

Au menu :

  • Pour Madame :

  • Plat : Lou Petio avec son steak haché du Limousin, ses frites maison et sa sauce Tomato-Lin (tarif : 7€)

  • Pour Monsieur :

  • Plat : Burger Creusois : pain du Boulanger, Tomme Limousine, steak haché Limousin, sauce creusoise revisitée (crème, bleu de Corrèze, camembert, oignon, échalote, ail, poivre, vin blanc) (tarif : 13€)



  • Où dormir ?


La Grange de Jeanne

Attendez-vous à du lourd, même du très lourd ! Je vous propose une adresse au charme fou à Rancon, un petit village pittoresque proche de Montrol-Sénard. L'aventure de Lætitia et son mari Tim commence à l'autre bout du monde où ils travaillent pour la chaine d’hôtels de luxe Amman en Inde puis en Thaïlande. Ils en ont la gestion, jusqu'à ce qu'un heureux évènement arrive : Lætitia attend son premier enfant. De retour en France, elle décide de mettre en valeur la grange reçue en héritable de sa grand-mère Jeanne. De gros travaux sont entrepris. La grange se transforme en une maison très confortable où les espaces sont préservés, la décoration allie l'ancien et le moderne avec des souvenirs de leurs différents voyages. Que du très bon goût ! Lætitia et ses deux enfants ont pris possession des lieux (Tim travaille toujours à l'étranger). Son amour pour l'accueil est toujours bien présent. Elle a ainsi mis en place une magnifique chambre d'hôtes et un gîte dans un bâtiment annexe.

Lætitia est également une passionnée de cuisine. En plus de la chambre d'hôtes et du gîte, elle donne des cours de cuisine et organise des évènements comme des banquets de mariage. Et pour que ses hôtes se sentent bien, elle les invite à sa table. C'est ainsi que nous avons dégusté un ensemble de mezze et salades libanaises à tomber par terre. Tout est fait maison avec des ingrédients de qualité. On s'est régalé !

Après le diner, n'hésitez pas à faire un tour dans le jardin pour visiter la petite basse-cour. Amélia et Arthur sauront vous présenter les 18 poules de la maison ainsi que les deux lapins coquins. Et pour des soirées alliant bien-être et sérénité, n'hésitez pas à profiter du spa et du hammam. C'est un merveilleux moment d'intimité qui vous est offert.


Centre Unis'vers

Je vous propose une seconde adresse que nous avons testé lors de ce séjour près du lac de Vassivière à Peyrat-le-Château précisément. Si vous aimez les logements insolites, cet endroit est fait pour vous. C'est dans un cadre bucolique et écologique que Sylvaine et Sacha ont installé des hébergements non énergivores. Vous pouvez ainsi opter pour une yourte, une cabane dans les arbres, un nid ou même une tiny house.

Le concept de Sylvaine et Sacha est de proposer un espace avec des logements indépendants avec un impact minimal sur la nature. C'est pourquoi, ces logements sont dépourvus d'électricité mais aussi de sanitaire. Des toilettes sèches à l'extérieur sont disponibles et dans les parties communes, vous avez accès à des toilettes, douches et lavabos. Tout est d'une propreté exceptionnelle pour un endroit partagé. Dans le bâtiment principal, vous avez également accès à une salle commune où sont mis à disposition livres, jeux de société mais également un coin télé où l'on peut se réunir autour d'un bon film.

Sylvaine et Sacha ont également développé leur potager en permaculture. Ici poussent choux, tomates, courgettes, aubergines, potirons, fraises, framboises ... Ce sont ces mêmes produits que vous retrouvez dans votre assiette lors du dîner. Et on vous garantit qu'ils ont un autre goût que ceux achetés en grande surface ! Pour le diner, vous avez le choix entre préparer votre propre repas, commander le panier gourmand avec de nombreuses spécialités locales et bio ou déguster le menu proposé par nos hôtes. Lors de notre venue, nous avons opté pour une fondue suisse. Ok, en plein mois d'août, ça peut surprendre, mais comment résister à une fondue ? Surtout quand le fromage vient directement de Suisse, ramené par les parents de Sacha.


Un très joli moment d'échanges et de belles valeurs mises en avant. Peut-être que c'est ça notre avenir pour un monde meilleur : le partage et la rationalisation.


 

Notre avis



Seconde visite en Haute-Vienne bien différente de la première. Cette fois-ci, nous nous sommes concentrés sur des activités de plein air avec les lacs de Saint-Pardoux et Vassivière ou la cueillette aux Vergers de l'Aumaillerie mais également un saut dans le temps avec la visite du très joli village de Montrol-Sénard qui nous replonge dans le début des années 1900.

En cette année caniculaire, ces découvertes rafraichissantes étaient tout à fait appropriées..


Ce séjour en Haute-Vienne nous a permis d'aller à la rencontre de personnes qui se battent pour créer des activités ludiques, pour défendre des valeurs écologiques et viables dans le temps et enfin pour que ce temps passé ne soit jamais oublié. Je citerai :

  • Alicia de l'organisme Haute-Vienne Tourisme Terres de Limousin qui nous a concocté ce programme sur mesure

  • Adrien pour son accueil et ses nombreuses explications lors de la visite nostalgique du village de Montrol-Sénard

  • Marie et Lola de la société TrottinFrance qui nous ont fait découvrir les plaisirs de la trottinette électrique au Lac de Saint Pardoux

  • David de Vassiviera qui nous a fait vivre un moment ludique grâce à son escape game immersif

  • Lætitia de La Grange de Jeanne pour son accueil dans sa magnifique chambre d'hôtes mais aussi tous les efforts fournis pour nous concocter une diner d'exception

  • et enfin Sylvaine et Sacha de Centre Unis'vers qui nous ont fait découvrir un mode de vie respectueux de la nature, qui allie confort, convivialité et écologie.

N'hésitez pas à aller à leur rencontre, ils vous apporteront, c'est certain, un autre regard sur le savoir-faire local !





 

Vos retours



J'espère que cet article vous a plu. Si c'est le cas, n'hésitez pas à l'épingler sur Pinterest et à me laisser un commentaire. Je me ferai un plaisir de vous répondre.

235 vues10 commentaires

Posts récents

Voir tout