Côte d'Azur - RoadTrip entre Menton et Le Lavandou

Dernière mise à jour : 31 janv.



Vous allez être surpris mais le point de départ de ce road trip dans le Sud de la France est un concours gagné en décembre. Quelle drôle d'idée ! Et bien oui ...

Le lot gagné est une randonnée en raquettes dans la Vallée des Merveilles située en plein cœur du Mercantour.

Vivant en Région Parisienne, nous n'allions pas faire l'aller/retour sur un we. Donc c'est décidé, nous prenons une semaine de vacances en février 2021 pour réaliser un road trip en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Février, n'est-ce pas la meilleure période pour découvrir la route du mimosa ? Ok, c'est noté, on intègre ça au programme.

Quoi d'autre ? On ne va quand même pas faire un retour direct sur Paris. Et comme il nous titille de découvrir les Gorges du Verdon, l'occasion est trop belle pour ne pas l'intégrer à notre itinéraire. Et voilà, le programme est établi.

C'est à bord du JeanDrine (notre magnifique camping-car que nous affectionnons tant) que nous prenons la route.



Sommaire



 

Notre itinéraire



Comme il est toujours plus facile de se repérer à l'aide d'une carte, voici un aperçu des points d'intérêt lors de notre road-trip le long de la Côte d'Azur.

Sur la fin, nous avons fait étape aux Gorges du Verdon avant de remonter en région parisienne.


Menton


C'est à deux pas de la frontière italienne que nous débutons ce petit road-trip le long de la Côte d'Azur.

Menton, ville du soleil et réputée pour sa culture des oranges et des citrons, nous a offert une jolie introduction. De belles ruelles aux couleurs ocres, un front de mer charmant, un cimetière en hauteur proposant un panorama sur la ville des plus attractifs. C'est parti pour une déambulation dans le centre historique de Menton.


Pour commencer la visite, nous vous proposons de prendre la direction du centre historique qui se situe à l'Est de la ville. Très vite vous serez amené à gravir des marches et à prendre de la hauteur. Vous ne vous en rendrez pas tout de suite compte puisque vous déambulerez au milieu de jolies petites ruelles colorées assez étroites. Chose surprenante, nous passons sous des voutes qui permettent de soutenir des immeubles au dessus tout en offrant un passage dans ce dédale de ruelles. La place est optimisée au maximum.

Après avoir gravi un certain nombre de marches, nous arrivons devant la chapelle des Pénitents Blancs. Ce bâtiment est un pur chef d’œuvre de l'art baroque. Puis nous prenons la direction de la Basilique Saint-Michel Archange avec ses colonnes romaines. Une magnifique place (ornée d'une mosaïque appelée calade) offre un panorama superbe sur la mer et la côte.


Point culture :

Une calade désigne une rue souvent en pente pavée de galets.

Les artisans spécialisés dans le pavage à sec ont su réaliser à Menton et dans les villages alentour de véritables chefs-d’œuvre graphiques, jouant avec les nuances de teintes. Cette technique ancestrale est également valorisée dans des réalisations plus contemporaines (le parvis du musée Jean Cocteau par exemple).

Un autre lieu nous offre un magnifique point de vue, c'est le cimetière du vieux château. N'hésitez pas à y pénétrer. Ici, rien de déprimant. De superbes tombes fleuries mais aussi des caveaux grandioses composent ce lieu. A l'extrémité du cimetière, vous aurez une vue incroyable sur les toits de la ville historique ainsi que sur le vieux port. De quoi bien appréhender la cité.

Il est maintenant temps de redescendre et de découvrir la magnifique esplanade des Sablettes. Pour avoir une jolie vue sur la plage et le centre historique, nous vous recommandons de remonter le Quai Impératrice Eugénie.

Avant de quitter cette jolie ville, nous prenons la direction de la zone piétonne avec notamment la rue Saint-Michel. Ici, on y découvre de jolies boutiques aux senteurs locales avec des ventes d'agrumes (cultivées dans la région), d'oliviers, et autres produits dérivés.

Ne manquez pas de faire un tour aux Halles. Les jours de marchés, vous pourrez trouver de délicieuses spécialités locales que vous pourrez déguster pour votre déjeuner. Nous adorons faire ce type de découverte gustative.

Enfin, direction l'avenue de Verdun. Au moment de la récolte des agrumes, qui coïncide avec la fête des citrons et des oranges de la ville, des structures ornées de ces fruits sont construites et décorent cette avenue. Il faut vraiment revenir à cette période pour découvrir cette ambiance.



La Turbie


Direction l'ouest sur 15km pour découvrir le petit village de La Turbie. Connu pour le Trophée d'Auguste, nous partons à sa découverte.


Point culture :

Le Trophée a été édifié en 716 av. J.C. au plus haut point de la voie transalpine "Julia Augusta", à "l'Alpe Summa", frontière entre Rome et la Gaule.

Monument historique à l'architecture unique et aux dimensions imposantes, il a été dédié par le Sénat et le Peuple romain à l'Empereur César Auguste, fils adoptif de César. Il célèbre les victoires de l'Empereur honoré tel un dieu.

Pour sa construction, les ingénieurs romains ouvrirent deux carrières à proximité. Artisans et artistes venus d'Italie réalisèrent l'ouvrage, les tâches pénibles étant accomplies par les esclaves et prisonniers.

Après la chute de l'Empire en 476, le Trophée subira les destructions et saccages des Barbares. Fortifié au Moyen-Age, miné en 1705, il apparaît telle une ruine sur de nombreux documents d'époque. Protégé du pillage à partir de 1858 seulement, le monument vit sa restauration partielle inaugurée en 1934.

Sur son aire, la terrasse panoramique et le parc arboré offrent une des vues les plus spectaculaires de la Côte d'Azur !

En face, nous visitons la petite église Saint Michel. Que l'on soit pratiquant ou non, ces monuments constituent notre héritage architectural. Il est toujours intéressant d'en apprendre un peu plus sur les lieux, surtout que chaque église est différente.

Puis direction la vieille ville qui est bornée par 5 portes. La visite se fait très rapidement, c'est vraiment tout petit. Vous ne risquez pas de vous perdre, il vous suffit de suivre l'allée pavée de briques rouges. Vous y découvrirez de jolies ruelles arborées ou ornées de pots de terre cuites. Le charme des villages du sud.



Eze


Impossible de réaliser notre road trip en Côte d'Azur sans faire un passage à Eze. Situé à seulement 5 km de La Turbie, ce village nous a enchanté. Ici encore, les ruelles pavées invitent à la découverte. Entièrement piétonnes, il faut néanmoins quelques mollets pour monter jusqu'au château ou au jardin botanique. Mais cela se fait très facilement tellement l'ambiance nous transporte.


Village fortifié pour contrer les offensives sarrasines et françaises, on pénètre par la poterne du XIVe siècle. Immédiatement, nous sommes transportés dans le temps. Un chemin de ronde (inaccessible aujourd'hui) permettait de surveiller les alentours et prévenir toute attaque ennemie.

De jolies ruelles pavées nous invitent à découvrir des maisons en pierre, des arcades, des escaliers. En ce début de matinée, nous sommes seuls à arpenter le village. Quel meilleur moyen pour s'imprégner des lieux ?

Au fil de nos déambulations, ce sont des lieux pleins de charme que nous découvrons. Ici une boutique d'artistes (n'hésitez pas à franchir la porte pour découvrir les petites merveilles qui s'y cachent), là un hôtel particulier transformé en chambres d'hôte ou même une agréable terrasse où l'on peut manger des spécialités locales.

Au sommet du village, à 429 mètres au-dessus de la mer, surplombant un des panoramas les plus exceptionnels de la Riviera, les silhouettes des cactus et les vestiges du Château s'élèvent vers les cieux.

Plus que les cactus que nous pouvons voir dans tous les jardins exotiques, ce que nous avons apprécié, ce sont ces statues en bronze qui apportent douceur et modernisme au jardin. En contrebas, c'est un safari qui nous est proposé avec des sculptures d'éléphant, girafe ... Tarif : 5€/pers

Pour clôturer cette visite d'Eze, nous ne pouvons manquer la très jolie église Notre Dame de l'Assomption. La façade dépouillée de l'église, commencée en 1764 et consacrée en 1772, contraste avec la magnificence de sa nef. Sa nef et son cœur se distinguent par leurs décors baroques et ses peintures trompe l’œil. A l'intérieur, une croix égyptienne rappelle que Eze plonge ses racines dans les mystères de la déesse Isis. Selon la tradition, les Phéniciens y auraient érigé un temple à son honneur.



Villefranche-sur-Mer


Avant de rejoindre Villefranche-sur-Mer, nous voulons découvrir Saint-Jean-Cap-Ferrat, réputé pour ses villas de luxe avec un accès direct à la mer. C'est sans compter sur une impossibilité de se garer. Grosse déception ! En même temps, aucune des villas n'est visible, toutes sont cachées derrière de hautes clôtures et des portails en métal.


Nous traçons donc jusqu'à Villefranche-sur-Mer, jolie petite commune de la côte d'Azur. On commence la visite de la ville par la citadelle. Imposante forteresse construite en 1557 sur ordre d'Emmanuel-Philibert de Savoie pour défendre la ville, elle fut restaurée à partir de 1979 et abrite aujourd'hui l'hôtel de ville, un centre de congrès et 4 musées.

Puis direction la vieille ville avec ses ruelles étroites et aux maisons colorées qui sentent bon le Sud. Quel régal que de gravir ces marches pavées (attention aux chevilles) et d'avoir l'impression de partir en exploration et de découvrir toujours plus d'endroits charmants. Le linge qui pend aux fenêtres, une porte sculptée, un balcon en fer forgé, des fleurs et arbustes qui ornent les coins de maison. On se croirait dans un décor de cinéma.

Puis, on atteint l'église Saint Michel. De style baroque (XVIIIe siècle), elle renferme un Christ gisant, œuvre anonyme sculptée par un galérien. On peut également y admirer les orgues des Frères Grinda (1790), classés monument historique.


On poursuit jusqu'à la rue obscure datant du XIVe siècle.


Point culture :

Située le long du rempart, elle est longue de 130 mètres et constituait une sorte de chemin défensif. Elle permettait la circulation des militaires et facilitait leurs manœuvres. Elle fut couverte entre le XVIe et le XVIIIe siècles dans le but d'agrandir les maisons Rue du Poilu, d'où son architecture disparate.


Point culture :

Cette rue couverte a été le décor d'une scène du film "Le Testament d’Orphée" de Jean Cocteau. En effet, le réalisateur a vécu de 1924 à 1935 à l’Hôtel Welcome sur les quais de Villefranche. Il est même tombé amoureux de la ville.

On peut également observer une œuvre de l'artiste sur le plafond de la Chapelle St Pierre où il a illustré des passade de la vie de l'Apôtre Pierre, en 1957.

Pour finir la découverte de la ville, nous prenons la direction des quais et notamment le Port Royal de la darse.

Construit au milieu du XVIe siècle en même temps que la citadelle, il faudra attendre le XVIIIe siècle et son accession au statut de Port Royal pour que commencent les grands travaux tels que le phare, la corderie, le bassin de radoub ...

Aujourd'hui, ce port offre une très belle vue sur la ville avec ses nombreuses maisons colorées et sa vieille ville en hauteur.


Pour une meilleure vue, nous vous invitons à prendre un peu de recul et à longer la Promenade des Marinières. Là, la plage du même nom offre une vue grandiose sur la ville. Les lieux se prêtent à merveille à un peu de farniente.



Saint-Paul de Vence


Comment ne pas tomber sous le charme de ce joli village de la côte d'Azur ? En effet, déjà de loin, Saint-Paul nous fait de l’œil. Perché en haut de son promontoire, le village attire les regards. Et ce n'est que le début, la visite, bien que rapide, nous transporte immédiatement dans l'univers des artistes qui l'ont adopté. Place à la découverte ...


Point culture :

Par sa situation géographique, Saint-Paul de Vence fut à la fois une place forte et un haut lieu de l'agriculture. La beauté de ses paysages a séduit de nombreux artistes dans les années 1920.

Saint-Paul de Vence s'élève sur un éperon qui culmine à 180m d'altitude. Situé à faible distance de la vallée du Var, ancienne frontière, le village fut fortifié au XIVe et au XVIe siècles. Son climat et la bonne exposition de ses coteaux ont fait de Saint-Paul de Vence un haut lieu de la culture florale et de la viticulture. Son paysage harmonieux a inspiré les peintres au début du siècle dernier.


En ce mois de février, nous avons la chance de ne pas rencontrer trop de monde. Et pour stationner notre JeanDrine, c'est vraiment l'idéal. Un petit parking au pied du village nous permet d'y accéder facilement.


Ni une ni deux, on part à la découverte de Saint-Paul. Là encore, on monte et on descend les ruelles à foison. Mais on n'y pense même pas tellement le village est charmant. Ruelles pavées, façades des maisons en pierre, de jolis pots de fleurs en terre cuite. Tout respire l'authenticité. C'est comme un retour dans le temps.

Qui dit le Sud, dit chaleur. Et pour passer des étés agréables, rien de mieux que ces petites places ornées de fontaines. Elles rafraichissent l'atmosphère et le bruit de l'eau est comme un doux murmure à nos oreilles. Il ne manque que les terrasses animées pour ressentir l'ambiance de ces villages méditerranéens.

Au gré de nos déambulations, ce sont de jolis points de vue qui s'offrent à nous. Ici, une terrasse avec des plantes exotiques nous laisse deviner une maison de famille, là, une ruelle étroite nous laisse entrevoir un panorama sur les vignobles en contrebas.

Pour ne pas changer, direction l'église du village. Avec son extérieur carré voire austère, on ne s'attend pas à trouver ici une église collégiale. Sobriété est le maître mot !


Point culture :

L'église fut construite à proximité de l'ancien château à partir du début du XIVe siècle. Son architecture actuelle est le fruit de plusieurs transformations intervenues entre les XVe et XVIIIe siècles. Elle a conservé un trésor et un mobilier remarquables.

La sobriété du chœur roman (XIVe siècle) contraste avec l'exubérance des stucs et des ors des collatéraux (XVIIe siècle).

Devenue collégiale en 1666, l'église est agrandie et embellie de retables et de mobilier liturgique (stalles et chaire en noyer). Construite en 1681, la chapelle Saint-Clément dévoile un exceptionnel décor baroque aux fresques et stucs colorés. L'intérieur de l'église a fait l'objet d'une campagne de restauration et d'une nouvelle mise en lumière en 2006.

C'est en redescendant que nous faisons une très jolie découverte. On vous a dit que ce village avait vu passer des artistes célèbres. Et effectivement, au détour d'une charmante petite ruelle, nous apercevons une magnifique maison couverte de vigne vierge. Au dessus de la porte, une inscription : "Le poète Jacques PREVERT a habité cette maison dans les années 1940". Intéressant, non ? Et juste à côté, un nouvel écriteau indiquant : " Ici vécut Paul BRUSSET, Peintre Provençal". Il en est passé du beau monde par Saint-Paul de Vence. Et quand on découvre ce petit village, on comprend tout à fait ce qui a pu les charmer.



Route du mimosa


Comme nous vous l'avons partagé, ce road trip dans le Sud de la France avait pour motivation première de découvrir la route du mimosa. C'est ainsi que nous avons parcouru 130km entre Grasse et Bormes les Mimosas en découvrant des paysages de toute beauté. Notre grand coup de cœur a été la balade dans les forêts de mimosas à côté de Tanneron.

Nous avons rédigé un article détaillé sur cette route du mimosa.



Saint Tropez


Haut lieu de la jetset en PACA, Saint-Tropez se découvre aussi en hors saison pour une approche plus intimiste. Et si c'est la découverte du village qui vous intéresse alors courez-y.


Quand on découvre Saint-Tropez, c'est toujours par la vue mer. Et on doit avouer que tout de suite ça en jette. Le reflet des bateaux et des maisons sur l'eau produit le plus bel effet. Avec cette lumière douce de fin d'hiver, c'est comme une jeune endormie qui s'offre à nous. En longeant les quais, on peut apercevoir des peintres en train d'exposer leurs œuvres ou mêmes en train de travailler. Ils saisissent toute la beauté des lieux.

Dans le port, de magnifique bateaux sont à quai. Des voiliers plus beaux les uns que les autres ainsi que d'impressionnants yachts qui en mettent plein la vue. Mais en cette période estivale, le public n'est pas encore là. Qu'est-ce que ce doit être en plein été où chacun rivalise de superlatifs ? Nous préférons largement les petites embarcations pleines de charme, aux couleurs vives.

Il est temps de découvrir le village. C'est donc par des ruelles entièrement piétonnes que nous pénétrons au cœur de ces habitations. Des rues étroites pour lutter contre la chaleur écrasante des journées d'été, des places ombragées, des maisons colorées ... tout ici est fait pour qu'on s'y sente bien.

Nous vous conseillons de découvrir le marché aux poissons. Assez atypique, ce couloir étroit aménagé d'étals permet aux pêcheurs de vendre directement leur poisson. Remarquez la beauté de lieux...

Puis aventurez-vous jusqu'à la place des Lices. Très jolie place méditerranéenne, elle offre une ambiance chaleureuse et conviviale avec ses terrasses, sa brocante ... Un endroit idéal, loin du tumulte du port pour siroter une boisson fraiche ou déguster une glace.

Pour regagner la mer, vous pourrez emprunter la rue du Four, très sympathique avec son passage discret.

Mais avant de quitter le centre ville, n'hésitez pas à passer la porte de l'église Notre Dame de l'Assomption. Moment de fraicheur et de calme dans cette ville trépidante, cette petite église a beaucoup de charme avec ses stucs d'un blanc éclatant et ses murs aux couleurs provençales.

On reprend la direction de la mer par la Rue du Four. Sur notre droite, un chemin nous permet de découvrir le sentier du littoral tandis que sur notre gauche, nous nous dirigeons vers la tour du Portalet datant du XVe siècle. La mer est magnifique, d'une transparence incroyable. Cette petite visite de Saint-Tropez ne peut se terminer sans une dégustation de la tapisserie locale : la Tropézienne. Ravissement des papilles !



Sillans la Cascade


Impossible en remontant vers les Gorges du Verdon de ne pas faire une halte à la plus jolie cascade de Provence, j'ai nommé Sillans la Cascade.


Anecdote Voyage :

Nous y sommes arrivés en fin de journée, ce qui explique le peu de lumière qui traverse les arbres.

Ce que nous ne savions pas, c'est que sur le site, il y a deux parkings pour aller voir la cascade. Un parking haut et un parking bas. Devinez lequel on a pris ? Le parking bas. Équipés de nos chaussures de randonnée, nous empruntons le chemin qui nous emmène à un premier point de vue. Déjà nous entendons bien la cascade mais l'horizon est bouché par les arbres. Nous poursuivons la descente en empruntant un escalier puis un chemin en terre et nous arrivons enfin près de la rivière. Mais là encore, aucun point de vue dégagé sur la cascade. Nous la devinons à peine. Nous ne devons pas être au bon endroit. Nous questionnons d'autres personnes en leur montrant les photos du paysage que nous nous attendons à voir, mais les retours sont unanimes. Ils n'ont rien vu de tel. Nous persévérons et longeons la rivière en descendant. En raison d'un sol glissant et accidenté, nous prenons notre temps et voyons enfin apparaître un bassin d'eau turquoise. Ça y est, victoire !

Hum pas vraiment sûre, en fait ... La cascade se trouvant devant nous ne fait clairement pas les 42m de haut annoncés. Nous nous trouvons face à une petite sœur, ravissante malgré tout.

La nuit tombant, nous renonçons à poursuivre l'enquête. Il nous faut rebrousser chemin.


Après renseignements complémentaires, pour avoir le joli point de vue et donc accès au belvédère, vous devez vous stationner au parking situé sur la place du 8 mai 1945. De là, part une piste piétonne qui se transforme vite en chemin à travers la forêt. Nous espérons que vous aurez plus de chance que nous. N'hésitez pas à nous partager vos belles photos, en attendant que nous retournions pour voir ça de nos propres yeux.

Parking gratuit la première heure puis 0,5€ toutes les 15 minutes voire même 1€ en juillet et août.



Les Gorges du Verdon


Sur le chemin retour, nous avons fait une halte aux Gorges du Verdon. A nous les eaux turquoises, calmes ou impétueuses, les randonnées le long de la rivière ou même les points de vue de folie sur la route des Crêtes.


C'est sur cette dernière visite que se termine notre road trip d'une semaine sur la Côte d'Azur, entre Menton et le Lavandou.


 

Infos pratiques



  • Quand y aller ?

Avec son climat méditerranéen, la région Provence est très agréable quelle que soit la saison. Vous pouvez donc réaliser cet itinéraire quelque soit le moment de l'année.

Néanmoins, si vous souhaitez profiter de la floraison du mimosa, c'est entre février et mars qu'il faut y aller.

Bien sur, pour la baignade, on visera les mois les plus chauds mais là, le tourisme de masse sera bien présent et vous n'aurez pas la même tranquillité pour profiter des chemins de randonnée ou même des paysages.

Le meilleur compromis reste le printemps et l'automne.



  • Combien de temps faut-il prévoir pour réaliser ce road trip sur la Côte d'Azur ?

Nous avons consacré une semaine pour la réalisation de ce road trip entre Menton et les Gorges du Verdon (500km de long). Bien sûr, vous pouvez y consacrer plus de temps si vous voulez découvrir en détail tous les villages, randonner le long de la côte (on a raté le massif de l’Estérel) ou encore profiter plus pleinement des Gorges du Verdon. Mais en février, les activités sont relativement limitées.


Pour nous, cela fera l'objet d'un ou plusieurs autres séjours à des périodes différentes pour gouter à d'autres plaisirs que nous offrent la région.



  • Comment se déplacer ?

Long de 500km, vous aurez besoin d'un véhicule pour effectuer cet itinéraire. Si vous venez en train jusqu'à Toulon ou Cannes, vous pouvez louer un véhicule auprès des agences de location.


De notre côté, nous avons effectué ce road trip à bord du Jeandrine, notre cher camping car. C'est un choix que nous avons fait entre les deux premiers confinements pour gagner en liberté et être plus serein par rapport à cette pandémie.


Si vous circulez en camping car, je vous recommande l'application Park4Night. Elle vous permettra de trouver les lieux où vous pourrez faire les pleins en eau et recharger les batteries, mais également les vidanges. Vous pourrez également trouver vos lieux de stationnement en journée ou encore vos lieux de couchage, qu'ils soient payants ou gratuits, suivant les services proposés. Cette application nous a été utile à de nombreuses reprises avec découvertes de lieux d'exception.



 

Notre avis



Premier road trip pour nous dans la région Provence Alpes Côte d'Azur à la découverte du mimosa en parcourant la route du même nom.


Nous avons adoré découvrir les paysages du Sud ornés de ces jolies couleurs jaunes, si caractéristiques de cette période hivernale. Le must a été notre randonnée dans les collines de Tanneron où nous avons évolué au milieu d'une forêt de mimosa en fleur. Un régal pour les yeux et le nez. A proscrire pour les allergiques, malheureusement.

Nous avons également beaucoup aimé nous promener et découvrir ces jolis villages de la Côte d'Azur : Menton et son magnifique front de mer, Eze avec ses ruelles piétonnes et arcades, Villefranche-sur-Mer haute en couleurs, Saint-Tropez et ses rêves de cinéma ...


Petit coup de gueule au passage : un grand nombre de villes interdisent le stationnement des camping-cars de nuit comme de jour. Il est de plus en plus difficile de se garer, même pour accéder aux commerces ou visiter la ville. Les camping-caristes sont tenus à l'écart des villes alors que nous sommes des touristes comme tout le monde. Donc nous vous conseillons de prendre avec vous des vélos. Vous pourrez ainsi vous garer à l'extérieur des villes et revenir en vélo.


Nous espérons que cet article vous aura aidé à organiser votre séjour sur la Côte d'Azur et que vous aussi, vous serez charmé par la beauté des paysages et des villages. Si vous avez des conseils ou expériences à partager, n'hésitez pas à nous en faire part.



 

Vos retours



J'espère que cet article vous a plu. Si c'est le cas, n'hésitez pas à l'épingler sur Pinterest et à me laisser un commentaire. Je me ferai un plaisir de vous répondre.

122 vues0 commentaire