City Trip d'une semaine à Marrakech

Dernière mise à jour : il y a 1 jour




"Marrakech, ce n'est pas la première fois que je viens te rendre visite. Nous nous étions déjà rencontrés en 2010, mais je n'avais pas pris le temps​ de bien te connaitre. Aussi, en cette année 2022, après cet épisode Covid bien difficile pour tous, j'ai décidé qu'il était temps de revenir vers toi et de te découvrir comme tu le mérites."


Vous l'aurez compris, cette ville du Sud a une âme. Pleine de vitalité et de dynamisme, elle a tant à offrir. Que ce soit ses palais et riads, ses souks, ses musées et jardins, sa gastronomie, ses habitants ... vous serez charmés par l'ambiance qui s'en dégage. Je vous propose de découvrir tout cela ensemble.


Je vous emmène vivre un city trip d'une semaine à Marrakech (voyage réalisé en mars 2022) à la découverte de ses merveilles. Je vous explique tout sur l'organisation de ce séjour, mais également mes coups de cœur, les bons plans et le budget à prévoir.



Sommaire


 

Nos incontournables à Marrakech


Comme il est toujours plus facile de se repérer à l'aide d'une carte, voici un plan de la ville de Marrakech. Nous découperons nos visites par quartier afin de faciliter l'organisation du séjour.



Vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive des lieux à voir à Marrakech. Nous n'avons pris aucun guide pour faire ces visites et découvertes et c'est la meilleure option pour aller à la rencontre des gens et ressentir le cœur qui bat de la Médina.

Si vous ne vous sentez pas à l'aise de parcourir la ville par vous-même, de nombreuses agences proposent des visites guidées des souks, mais également des sites incontournables. Par contre, ce ne sera pas la même approche et vous pourriez passer à côté du Marrakech authentique. Surtout que tout est fait au pas de course. Mais l'agitation de la cité peut faire peur.




Autour de la Koutoubia


Cette partie de la ville située à la lisière des remparts est le véritable centre géographique de Marrakech. D'un côté la ville nouvelle autour de l'axe du boulevard Mohammed-V, de l'autre la médina derrière ses murailles vieilles de huit siècles.


  • La Koutoubia

Bâtie à deux reprises (la première version n'indiquant pas correctement La Mecque) par Abd el-Moumen vers la fin du XIIIe s., la Koutoubia ou mosquée des Libraires doit son nom au marché aux livres qui l'encerclait alors. Son minaret avec ses 4 faces différemment décorées, véritable chef-d’œuvre de l'art hispano-mauresque dont il illustre bien l'apparente simplicité, servit de modèle à celui de la Giralda de Séville.

Haut de 77m (flèche incluse), il est l'orgueil de Marrakech et le repère des fidèles tout comme des voyageurs égarés.

Les non-musulmans ne peuvent malheureusement pas visiter la mosquée.


  • La roseraie

La somptueuse roseraie, aussi appelée Jardins de la Koutoubia, qui entoure la mosquée est devenue une promenade et un point de rencontre pour de nombreux Marrakchis qui n'hésitent pas à y venir en famille.

La très belle restauration de la mosquée a mis en valeur les arcs creusés dans les murs ainsi que les fondations de la première mosquée avec la base des innombrables colonnes qui formaient ses nefs.


  • Cyber parc Arsat Moulay Abdeslam

Conçu au XVIIIe siècle par un des fils du sultan Sidi Mohammed Ben Abdallah, ce magnifique jardin qui s'étend sur près de 8ha fait le bonheur des flâneurs ... et des internautes.

Disséminées le long des allées de terre rouge, bordées de palmiers, d'orangers, de citronniers et de mille autres essences, des bornes multimédias sont à la disposition gratuite des promeneurs. Fibre optique, ADSL et Wifi assurent une connexion de qualité ainsi que la possibilité d'utiliser des ordinateurs portables à n'importe quel endroit du parc. Pour les consultations plus longues, un cyberespace couvert dispose d'ordinateurs fixes.



La place Jemaa el-Fna


Cette immense esplanade, véritable cour des Miracles, est l'une des places les plus célèbres de tout le Maghreb. Baptisée "place du Néant", "assemblée des Morts", ou encore "réunion des Trépassés" en raison de son passé de place de Grève où étaient exposés les corps et les têtes des suppliciés, c'est un point de repère incontournable, le centre névralgique de Marrakech, qui offre à toute heure un spectacle changeant et fascinant.


  • La place vue d'en haut

Pour se familiariser avec ses dimensions et son incessante animation, une observation globale est nécessaire. Pour ce faire, les terrasses panoramiques du Café de France, du Café de la Place, du Café Le Balcon ou du Café Argana offrent une vue imprenable. On se contentera d'un rafraîchissement car leur cuisine est loin d'être à la hauteur de leur situation.


  • Des restaurants ambulants

Dès la tombée de la nuit, d'innombrables tables sont dressées sur la place proposant plein de spécialités. Assis sur de simples bancs en bois disposés en carré autour du cuisinier, une foule immense de Marrakchis prend place.

Harira fumante, tajines de viande et de légumes, poulets grillés, brochettes de toutes sortes, salades variées, mais aussi deux spécialités de Marrakech : la tangia et les escargots ... un repas ne peut en aucun cas dépasser 50Drh. Les estomacs fragiles s'abstiendront ou se contenteront de manger des tajines cuits et recuits.

Anecdote Voyage :

Plusieurs soirs durant notre séjour, nous avons souhaité vivre l'ambiance de la place Jemaa El-Fna. C'est donc en déambulant au milieu des différents stands que nous percevons les odeurs qui se dégagent des tajines ou tangias, que nous captons les cris et rires des locaux, que nous nous faisons alpaguer par les commerciaux qui cherchent à nous inviter à leur table... Même si nous leur indiquons que nous venons de dîner, ils insistent gentiment en nous proposant de remettre le couvert, jusqu'à montrer du doigt le ventre légèrement rebondi de Jean, en insinuant que nous sommes de bons vivants. Une puis deux fois, c'est amusant, trois fois et plus, ça devient vexant. On ne vous en veut pas les gars, vous faites votre job.


  • Un petit déjeuner insolite

Dès l'ouverture des souks, la place se réveille. Dans leurs roulottes, les marchands d'agrumes servent pour 10Drh de délicieux jus d'oranges pressés. Pistaches, noix, amandes et cacahuètes grillées, qui abondent sur les étals des marchands d'épices, accompagnent à merveille un verre de thé à la menthe. Et si la chance vous sourit, les beignets achetés aux marchands ambulants seront encore chauds.


Anecdote Voyage :

Le jus d'oranges pressées sur la place Jemaa el-Fna, c'est le grand classique à faire. Impossible de ne pas y goûter. Par contre, demandez bien à ce qu'il ne vous rajoute ni eau, ni glaçons, ni sucre. L'eau du robinet n'est pas potable pour nos estomacs aseptisés.

Sur chacun des stands, il est indiqué un tarif de 4Drh pour un verre de jus d'orange. Attention, ce prix est un prix attractif qui n'existe plus ou alors, il faut bien bien insister pour avoir un petit verre. En prétextant la Covid, les vendeurs indiquent que ces contenants ne sont plus disponibles. Seuls les grands gobelets en plastique sont vendus et forcément le tarif est un peu plus important : 10Drh. Ce n'est pas la ruine, mais les prix ne sont pas actualisés et vous pourriez être surpris.


  • Incursion au Moyen Age

En fin d'après-midi, une foule grouillante et bigarrée envahit la place, qui devient le théâtre de multiples attractions. Les danseurs et musiciens se laissent entraîner par des rythmes envoûtants, les acrobates d'Amizmiz construisent leurs pyramides humaines, les conteurs fascinent les foules émerveillées, les diseuses de bonne aventure promettent monts et merveilles, les tatoueuses au henné embellissent mains et chevilles, les montreurs de singes font des farces aux passants, les charmeurs de serpents subjuguent les spectateurs, les écrivains publics assis par terre à l'ombre d'un parapluie attendent le chaland ...

Bon à savoir :

Toutes ces personnes vivent du spectacle de rue. Ils vous demanderont donc de l'argent en échange de la photo ou vidéo prise. Ne cherchez pas à les resquiller, ils ont l’œil. Donc soit vous jouez le jeu et laissez une pièce soit, abstenez vous de tout cliché volé. Vous pourriez vous prendre la tête un moment, et gâcher votre plaisir.


  • Les guerrab

Dans leur tenue bariolée, les porteurs d'eau arpentent la place d'un bout à l'autre.

Harnachés de leurs coupelles en cuivre rutilantes, ils proposent leur eau conservée au frais dans des outres de peau.

La plus grande prudence est recommandée (eau non potable pour les touristes), et il vaut mieux se contenter de les photographier (ils s'y prêtent volontiers) en échange de quelques pièces !




Les souks


Difficile, pour ne pas dire impossible, de proposer un parcours cohérent au milieu de ce dédale inextricable où les différents souks ont de plus en plus tendance à s'entremêler. Il ne faut donc pas hésiter à s'engager au gré de son inspiration dans les ruelles les plus reculées et à demander son chemin au fur et à mesure. Pénétrer dans les souks par Bab Ksour plutôt que par la place Jemaa el-Fna est un moyen plus sûr d'éviter le harcèlement des guides.

  • Les foundouks

Ce quartier regorge de foundouks, ces anciens caravansérails, vastes cours carrées entourées de bâtiments à étages, qui hébergeaient pour la nuit des caravanes de passage. Il faut par exemple s'aventurer dans ceux qui sont regroupés entre les rues el-Ksour et Bab Fteuh, peu fréquentées par les touristes, où l'on trouvera souvent, dans un étonnant capharnaüm, les antiquités les plus authentiques sans être forcément les plus chères.

Certains sont également transformés en restaurants et font le bonheur de leurs fidèles clients.


Anecdote voyage :

Pour notre dernière journée à Marrakech, nous voulons découvrir un foundouk transformé en restaurant. Pas difficile à retenir, il s'appelle Le Foundouk, tout simplement. Les lieux ont conservé tout le charme de la structure du caravansérail. Au rez-de-chaussée, vous trouvez une salle de restaurant ainsi que de petites salles plus intimes. A l'étage, tout autour des mezzanines, de petites tables sont installées, tandis que des salons permettent d'accueillir des petits groupes. La décoration est soignée, dans l'esprit marocain chic. Et question nourriture, on teste forcément la spécialité de la maison : le couscous à l'agneau. On s'est régalé notamment grâce à l'accompagnement : les oignons confits et les petits raisins de Corinthe.


  • Souk Chouari

Royaume des menuisiers, des ébénistes et des vanniers, ce souk plus calme embaume la cire d'abeille. Les vanniers y fabriquent des couffins tressés, des chouari (paniers doubles que portent les ânes), des corbeilles et des panières, avec une étonnante dextérité. Les tourneurs de bois, non moins habiles, sculptent, liment et rabotent le thuya, le cèdre, le noyer, le citronnier pour en faire des coffres, des boîtes, des échiquiers, des moucharabiehs ainsi que différents meubles.

Anecdote voyage :

Alors que nous nous promenons dans le souk, nous apercevons un homme assis par terre avec un drôle d'outil entre les jambes. Il s'agit d'un touret à bois manuel. Une de ses jambes met l'impulsion et fait tourner la manivelle, de l'autre, il maintient son morceau de bois et avec ses mains, il cisèle et donne la forme à l'objet final. Nous sommes admiratifs de la technique et de la dextérité de notre artisan. C'est ainsi que sous nos yeux, il me fabrique un petit pendentif qui sent bon le bois. Je le garderai pendant tout mon séjour, en souvenir de ce joli moment de partage.


  • Souk des teinturiers

Victime des techniques industrielles et des colorants chimiques, ce petit souk ne mérite plus vraiment son nom. Seuls vestiges de son passé actif, des écheveaux de fils de laine, de soie ou de fibranne dans des tons roses, bleus, rouges ou jaunes, sont suspendus au-dessus des ruelles et font encore le bonheur des photographes.

Anecdote Voyage :

Nous déambulons à nouveau à travers les différents souks lorsque nous voyons une pancarte indiquant Souk des teinturiers. Chouette, nous sommes au bon endroit. Il faut dire que c'est un vrai labyrinthe. Munissez-vous d'un plan pour vous repérer. Comme indiqué précédemment, nous ne voyons que des écheveaux devant certaines boutiques. Et encore, ils ne semblent pas très récents. C'est vraiment pour attirer le touriste. Mais en échangeant avec un commerçant et en lui disant que nous aimons beaucoup découvrir des endroits authentiques où nous pouvons partager et observer le savoir-faire des artisans, il nous demande de le suivre. C'est donc par des ruelles étroites qu'il nous emmène dans des lieux non touristiques. Ici, dans de petites pièces bien sombres, des gens travaillent sur des cuves chauffées. Dans ces cuves, des bains de couleurs permettent de teindre les fils de laine, de soie ou autre fibres qui serviront à la confection de tissus. Chaque jour, les bains changent de couleurs. En effet, ils commencent toujours par des bains clairs puis foncent au fur et à mesure. Ainsi, ils réutilisent l'eau de la couleur précédente. Rien n'est gâché. Une fois la fibre teintée, les écheveaux sont suspendus pour séchage. C'est là que le photographe se régale devant ce spectacle de couleurs. Nous souhaitons accéder à une terrasse pour voir ce beau tableau. Malheureusement, celles-ci sont inaccessibles suite à un accident survenu récemment. Quel dommage ! Mais le principal est néanmoins d'avoir pu observer ce travail et d'avoir échangé avec ces artisans.


  • Souk des apothicaires

Installés sur le côté droit de la place Rahba Lakdima et dans les ruelles attenantes, les marchands d'épices fournissent tous les guérisseurs et sorciers de la ville. Bocaux de plantes médicinales empilés, poudres odorantes et colorées, produits de beauté naturels, racines enchevêtrées et animaux séchés, peaux de léopard et autres curiosités témoignent de la vitalité des pratiques ancestrales. Les apothicaires se feront une joie de vous révéler les propriétés curatives, embellissantes ou magiques de chaque plante ou substance qu'ils vendent, et vous proposeront toutes sortes de talismans, d'amulettes et de philtres d'amour.


  • Souk Zarbia

Fascinant pour ses couleurs qui chatoient au soleil, ce souk généralement calme, dont le nom signifie tout simplement tapis, s'emplit chaque jour vers 16h des cris et gesticulations des vendeurs et acheteurs. C'est la criée berbère, vente aux enchères très animée à laquelle tout un chacun peut participer à condition de parler l'arabe. Cette séance "shopping dans les souks" réclamera patience et sagacité ... car le meilleur côtoie le pire.


  • Souk Smata

C'est ici que fut tournée la scène du film Oasis d'Yves Allégret où Michèle Morgan et Pierre Brasseur choisissent une paire de babouches ... Le choix est difficile entre les innombrables modèles empilés dans les échoppes qui bordent la ruelle. Sachez que pour une centaine de dirhams, vous devriez pouvoir vous offrir des babouches de bonne qualité.


  • ​Du cuir et encore du cuir : le souk Cherratine

Les objets fabriqués dans les ruelles situées autour de la place Ben Youssef sont principalement vendus dans le souk Cherratine qui se trouve sur la droite au bout du souk des babouches. Sacs, bourses et besaces de toutes formes, tailles et couleurs s'empilent dans cette grande artère peu éclairée. Environ 200 Drh suffisent pour acquérir une bourse en cuir souple d'environ 50cm. Les amateurs de porte-monnaie, de porte-documents (les célèbres maroquins) et autres accessoires se rendront plutôt dans la grande rue du Souk el-Kbir.


  • Souk Haddadine

Guidé par le tintamarre assourdissant des forgerons, on atteindra les venelles étroites du souk des ferronniers. Peu fréquenté par les touristes qui s'aventurent rarement aussi loin, cet immense dépôt de ferrailles est l'un des endroits les plus insolites de la ville. Au milieu des étincelles crachées par les fers à souder, une armée d'artisans façonne à même le sol des objets utilitaires tels que grilles, lanternes et théières ainsi qu'une multitude de bibelots étranges.

Anecdote Voyage :

C'est bien par hasard que nous tombons sur ce souk. Comme expliqué ci-dessus, c'est le bruit des coups assénés sur le métal qui a aiguisé notre curiosité. De chaque côté de la ruelle, des hommes, à même le sol, travaillent la ferraille. C'est ainsi que nous assistons au façonnage d'une charnière de porte ou encore des soudeurs en train d'assembler une lampe. Des savoir-faire qui ont tendance à disparaître avec l'industrialisation.


  • Souk du cuivre

Véritable caverne d'Ali Baba brillant de mille feux, le petit souk du cuivre coincé entre le souk Attarine et celui des babouches est assez difficile à découvrir. Les dinandiers y martèlent sans relâche les feuilles de métal jaune ou rouge, y confectionnent des plateaux, théières, couverts, brocs et cuvettes, ciselés au burin ou décorés au poinçon.


  • Le Jardin Secret

On se trouve dans l'un des plus grands et des plus antiques riads de la médina de Marrakech, un lieu qui a conservé intact les témoignages de son extraordinaire valeur culturelle liée à l'art des jardins, à l'architecture et à l'hydraulique arabe.

Le riad est une habitation traditionnelle au centre de laquelle se trouve toujours un jardin, écrin de paix séparé de l'extérieur par de hauts murs d'enceinte. Le Jardin Secret en accueille deux. Dans le jardin exotique se trouvent des plantes et des arbres originaires des cinq continents mais qui proviennent tous de lieux au climat similaire à celui de Marrakech. Dans le jardin Islamique, la division en quatre plates-bandes fait partie de la grande tradition des jardins d'Orient, conçus pour être le reflet terrestre du Paradis décrit par le Coran.

L'eau est un élément fondamental du jardin arabo-musulman et les fontaines au centre des riads sont le véritable cœur de la maison. Pour s'assurer de la disponibilité de ce bien précieux mais rare, les premiers habitants de Marrakech firent venir l'eau des montagnes de l'Atlas grâce à la technique millénaire des canaux souterrains. Au Jardin Secret, il est toujours possible d'admirer le système hydraulique qui permettait de distribuer l'eau par gravité dans tout le riad.

En plus de l'architecture locale, comme les grands pavillons à colonnades, le traditionnel hammam et les décorations artisanales raffinées, Le Jardin Secret se distingue par la présence d'une qubba et d'une tour placées l'une à côté de l'autre. Les édifices de ce type représentaient le pouvoir des chefs de tribus, des magistrats et des chambellans propriétaires du riad et sont aujourd'hui très rares à Marrakech.

Bon Plan Voyage :

Après l'agitation des souks, un moment au calme est le bienvenu. Alors quand on pousse les portes de ce riad, rien ne nous laisse entrevoir la beauté des lieux. Ce n'est qu'en entrant dans le jardin islamique que l'on se rend compte de la grandeur mais également du charme de ces jardins. De nombreux espaces sont aménagés afin de profiter d'un moment de tranquillité. Ici et là, des bancs invitent au farniente. Une magnifique pergolas au centre apporte de la fraicheur et le bruit de la fontaine diffuse une douce mélodie. N'hésitez à prendre place sur la terrasse pour y déguster une délicieuse pâtisserie accompagnée d'un thé à la menthe. Le moment sera parfait.

Horaires : 9h30-18h30

Tarif : 80Drh




Le quartier Ben Youssef


Centre religieux et intellectuel de la ville pendant des siècles, ce quartier situé à la lisière des souks est un des hauts lieux de la médina historique. Étape importante pour les pèlerins visitant les tombeaux des sept saints patrons de la ville, c'est aussi un quartier d'habitation, peuplé et animé.

  • Medersa Ben Youssef

Fondée au milieu du XIVe s. par le mérinide Abou el-Hassan et reconstruite en 1565 par le saadien Moulay Abdallah, cette école coranique qui connut longtemps une renommée sans limite est l'un des plus beaux édifices de la ville. Sa richesse ornementale intérieure reflète bien la sophistication des Mérinides. La disposition inhabituelle des quelques 100 chambres d'étudiants autour de 7 petits patios, et la présence de fenêtres donnant sur la rue lui confèrent un caractère exceptionnel.

Anecdote Voyage :

En cette année 2022, la médersa sort de 5 ans de travaux de rénovation. C'est donc avec enthousiasme que nous comptons visiter ce monument incontournable de Marrakech. C'est sans compter sur le roi Mohamed VI qui doit en faire son inauguration avant l'ouverture au public. Malheureusement, ses problèmes de santé le tiennent éloigné du monde public. Vous vous doutez de la suite ... Notre séjour se déroule sans que nous n'ayons l'occasion de la visiter. Fort heureusement, lors de mon premier séjour en 2010, j'ai eu cette chance. D'où mes photos dans l'article présent. Je vous rassure, elle a rouvert ses portes au public vers la mi-avril 2022. Vous pouvez donc désormais en profiter pleinement.

Horaires : tous les jours de 9h à 18h30

Tarif : 70 Drh


  • Koubba Ba'Adiyn

Seul véritable vestige de l'art almoravide et unique partie restant de la première mosquée Ben Youssef, la koubba Ba'Adiyn, découverte en 1948, est aussi le plus vieux monument de Marrakech. Une terrasse à mi-hauteur de l'édifice permet d'admirer tout à son aise la coupole décorée de chevrons en relief et d'arcatures entrelacées autour d'une étoile à sept branches.

Horaires : tous les jours de 8h30 à 18h


  • Musée de Marrakech

Créé en 1995 par la fondation Omar Ben Jelloun dans un palais du XIXe s. entièrement restauré, le musée de Marrakech abrite une collection d'objets anciens (corans, pièces de monnaie, céramiques, parures et costumes régionaux ...) et accueille des expositions d'artistes contemporains. Une halte au calme au cœur de la médina, pour s'imprégner de l'ambiance d'une ancienne demeure.


  • Le quartier des tanneurs

Relégué depuis toujours aux confins de la ville en raison de l'odeur nauséabonde qui s'en dégage, le quartier des tanneurs est protégé par Bab el-Debbagh, une porte défensive formée de cinq côtés successifs. Les brins de menthe proposés par les enfants du quartier vous aideront à supporter les forts effluves pendant la visite. Utilisant des méthodes ancestrales, les tanneurs, jambes nues, piétinent les peaux qui passent de cuve en cuve pour subir toutes les étapes nécessaires à leur transformation.

Anecdote Voyage :

Encore une fois, c'est muni de notre plan que nous prenons le chemin du nord-est de la Médina pour nous rendre dans le quartier des tanneurs.

Ne soyez pas surpris, mais où que vous vous trouviez dans la médina, les gens chercheront toujours à vous indiquer le quartier des tanneurs. Ils vous diront également que ce n'est qu'aujourd'hui que l'activité se fait. Ne vous laissez pas berner et surtout dites que vous vous débrouillez par vous-même. Sinon ils vous emmèneront où ils veulent (quitte à vous perdre en route, vous faire tourner en rond ... pour vous faire comprendre que vous n'auriez pu y arriver sans eux) et bien sûr, vous demanderont de l'argent en remerciement du service rendu (alors que vous avez juste perdu votre temps).

Mais revenons-en à notre recherche du quartier des tanneurs. Avec un plan, il est donc facile de se repérer : une inscription sur une porte étroite indique "Quartier des tanneurs". Ça y est, nous y sommes ! Immédiatement, nous sommes pris en charge par un habitant. Il nous offre un bouquet de menthe qui nous sera utile pour la visite. En effet, ici, les effluves malodorants peuvent vite nous incommoder. Nous pénétrons dans une cour remplie de cuves, où travaillent exclusivement des hommes.

C'est ainsi que nous pouvons les observer traiter les peaux et en apprendre plus sur les différentes étapes de la tannerie. Dans un premier temps, les peaux sont dégraissées. A l'aide de couteaux, les hommes raclent les peaux pour retirer toute la chair ou la graisse encore accrochée. Puis elles sont plongées dans les cuves contenant ammoniac, fientes de pigeon et eau pour les rendre imputrescibles, souples et résistantes. Elles sont ensuite rincées à grandes eaux avant de passer à la phase teinture puis mises à sécher au soleil.

Une fois les peaux ainsi traitées, elles sont envoyées aux villages où les femmes élaborent des vêtements, poufs, luminaires, sacs et autres maroquineries qui sont ensuite revendues dans les coopératives de Marrakech. Je ne saurai trop vous recommander de passer par ces structures qui fournissent un salaire fixe à tous ces artisans et donc leur permettent de vivre décemment. De plus, les articles que vous trouverez dans les souks sont de moins bonne qualité et proviennent essentiellement de Chine. Quel dommage quand on sait qu'une production locale existe ! A la fin de la visite, n'hésitez pas à laisser un billet au guide. Celui-ci est mis dans une cagnotte commune qui sert à l'ensemble de la communauté des tanneurs.


  • Maison de la photographie

La Maison de la Photographie de Marrakech est une structure privée créée par Hamid Mergani et Patrick Manac'h. Elle est ouverte depuis 2009. Son premier objectif est de montrer l'extraordinaire diversité du Maroc, telle que vue par ceux, anonymes ou célèbres, qui le visitent depuis les débuts de la photographie jusqu'à la période moderne : 1879-1960. Il s'agit d'une belle invitation à mieux connaître le Maroc.

Bon Plan Voyage :

Le riad ne présente pas forcément d'intérêt en soi, mais l'exposition photo est vraiment extraordinaire. Vous pouvez contempler de magnifiques clichés que l'on ne voit nulle part ailleurs. Petite astuce également, n'hésitez pas à monter sur la terrasse. Vous pourrez y déguster un thé et des pâtisseries mais également vous bénéficierez d'une vue magnifique sur les toits de la Médina.

Petit plus, votre billet d'entrée sera valide durant tout votre séjour. Vous pourrez donc revenir quand vous le souhaitez pour déjeuner en terrasse.

Horaires : 9h30-18h

Tarif : 50 Drh




Autour de Riad ez Zitoun el-jdid


Reliant le palais de la Bahia à la place Jemaa el-Fna, cette rue étroite et animée est une des artères principales de la médina. Le quartier qu'elle traverse abritait jusqu'au début du siècle dernier les demeures des hauts fonctionnaires et des dignitaires du pays. Les portes des rues adjacentes cachent de véritables palais souvent laissés à l'abandon.


  • Palais de la Bahia

Édifié fin XIXe s. par le grand vizir Sidi Moussa, puis agrandi peu à peu par son fils Ba Ahmed, le fastueux palais de la Bahia ("la Belle") est l'un des mieux conservés de Marrakech. Idéal pour s'imprégner de l'atmosphère fraîche et raffinée des jardins et des appartements des épouses et concubines. Ne manquez pas d'admirer le somptueux plafond sculpté en bois de cèdre peint et enluminé de la salle d'honneur.

Bon Plan Voyage :

Victime de son succès, le Palais de la Bahia accueille de nombreux touristes tout au long de la journée. Pour en profiter pleinement et donc sans trop de monde, rien de tel que de venir à l'ouverture. C'est à cette heure matinale que vous éviterez les groupes de touristes.

Horaires : 9h - 17h

Tarif : 70 Drh


  • Dar Si Saïd

Bâtie fin XIXe par le grand chambellan Si Saïd, frère du vizir Ba Ahmed, cette belle demeure abrite le musée des Arts marocains. Répartis sur deux niveaux autour d'un patio ombragé, les différentes pièces présentent une collection de bijoux berbères, d'armes, de bois sculpté, de poteries, de costumes traditionnels. Une visite obligatoire pour se familiariser avec les tapis berbères.

Bon Plan Voyage :

Outre le musée, c'est vraiment pour la beauté de cette demeure que nous avons franchi les portes d'entrée. Cet ancien palais est un petit bijou qu'il faut absolument découvrir. Vous y trouvez un charmant riad avec des plafonds peints, une coupole ajourée en cèdre, des murs tapissés de zelliges, des frises en stuc ...

Horaires : 9h-12h - 15h-18h

Tarif : 70 Drh





La kasbah


Ce quartier, bâti par le souverain almohade Yacoub el-Mansour à l'emplacement de la kasbah almoravide qu'il trouvait trop exiguë, est toujours entouré de ses hautes murailles. C'est là que le Palais Royal fut édifié au XVIIIe s., perpétuant ainsi son statut de quartier royal.

  • Bab Agnaou

​La porte, dite "du bélier sans cornes" pour avoir perdu les deux tours qui l'encadraient, est l'une des plus imposantes de Marrakech. Construite en grès bleu-gris du djebel Guéliz désormais rougi par le sable du désert, elle se distingue par une superposition d'arcs tous différents. Contemporaine de la Koutoubia, elle resta longtemps l'accès principal de la kasbah. C'est d'ailleurs là que les souverains exposaient les têtes des condamnés à mort.


  • Palais El-Badi - "l'Incomparable"

Ordonnée en 1578 par Ahmed el-Mansour après sa victoire sur les Portugais à la célèbre bataille des Trois Rois, la construction de ce somptueux palais, baptisé d'un des 99 noms de Dieu, dura plus de 25 ans. Entièrement démoli par Moulay Ismaïl à la fin du XVIIe s., il n'en reste plus aujourd'hui que le mur d'enceinte (où des centaines de cigognes ont élu domicile), certains bassins et les vestiges de quelques pavillons. Pourtant, les lieux n'ont rien perdu de leur majesté envoûtante et restent propices à l'évocation d'un passé glorieux et fastueux.

Anecdote Voyage :

Pour avoir une vue d'ensemble du palais, nous montons sur le toit terrasse, juste à gauche de l'entrée. Un gardien y est à demeure, mais ce n'est pas un souci. On prend le temps de bien admirer des ruines, mais aussi les toits des maisons qu'on surplombe. C'est également le lieu idéal pour observer les cigognes dans leur nid. Et puis, face à nous, de l'autre côté de l'enceinte du Palais, un magnifique bâtiment s'offre à nous. On ne peut contempler que ses toits vernissés verts (couleur de l'islam) mais la taille des bâtiments et donc du site est impressionnante. Le gardien nous indique qu'il s'agit du Palais Royal. Wow, il en a de la chance Mohamed ! Au moment de prendre une photo, le gardien nous arrête immédiatement. Interdiction de prendre des photos du palais royal. Oups, on a failli commettre une bévue. Bon maintenant, vous êtes avertis. Photo interdite du palais royal mais aussi des institutions d'état et des militaires.

Horaires : 9h-17h

Tarif : 70 Drh


  • Tombeaux saadiens

Unique vestige de la grandeur de la dynastie, cette nécropole fut construite fin XVIe s. par Ahmed le Doré à l'emplacement de la Koubba (monument élevé sur la tombe d'un personnage vénéré) qui abritait les dépouilles de ses ancêtres. Enfermés dans l'enceinte de la mosquée de la kasbah par Moulay Ismaïl, ce n'est qu'en 1917 que les tombeaux furent redécouverts. A admirer absolument, la salle des douze colonnes en marbre de Carrare qui supportent une coupole de 12m de haut magnifiquement sculptée.

Bon Plan Voyage :

Bien que les lieux soient tout petits (le billet d'entrée est un peu cher pour une visite aussi courte), on en prend plein les yeux. Encore une fois (je pense que je vais le redire à chaque fois), privilégiez une visite matinale, avant l'arrivée des touristes en masse. Surtout du fait que ce soit vraiment petit, avec des entrées étroites pour voir les salles, vous auriez l'impression de vous bousculer. Et tout de suite, on prend moins de plaisir à profiter des lieux.

Horaires : 9h-12h - 15h30-18h30

Tarif : 70 Drh


  • La mosquée aux Pommes d'or

Unique survivante de la kasbah almohade, la mosquée Yacoub el-Mansour fut édifiée sur ordre du souverain du même nom. Son minaret, orné d'un réseau d'entrelacs en losanges sur fond émaillé vert émeraude et couronné d'une frise de zelliges, resta longtemps le prototype de la plupart des mosquées du Maroc. Presque entièrement détruite au XVIe s., elle fut restaurée et rebaptisée "mosquée aux Pommes d'or" en raison de la légende qui voudrait que les boules qui ornent son lanternon aient été réalisées comme celles de la Koutoubia avec les bijoux d'une épouse fautive de Yacoub el-Mansour.


  • La vie des rues

Une promenade le long des ruelles de la kasbah est impérative pour s'imprégner de la véritable atmosphère de ce quartier d'habitations. La circulation incessante des mobylettes, bicyclettes, automobiles et charrettes tirées par des ânes ou des mules et le brouhaha qui s'en dégage sont un spectacle à part entière.




Autour de Bab Doukkala


Quartier charnière à mi-chemin entre ville moderne et ville ancienne, cette partie de la Médina jouxtant les souks symbolise très bien la rencontre de deux mondes qui cohabitent. On passe sans s'en apercevoir de la tumultueuse rue Fatima Zohra où vrombissent des véhicules en tout genre, aux ruelles sinueuses où seules les charrettes peuvent s'aventurer.


  • Rues Bab Doukkala et Dar el-Bacha

L'animation commence après Dar el-Bacha, l'ancienne résidence du Glaoui construite au début du siècle dernier, que l'on devine derrière de hauts murs austères. Ses somptueux jardins et patios recouverts de marbre, ses innombrables salons de réception et son harem en font sa notoriété. De nombreux magasins d'objets d'art et d'antiquités sont rassemblés dans ces deux rues. Les prix élevés rendent le marchandage obligatoire et les cartes de crédit sont les bienvenues.

Anecdote Voyage :

Lors de mes voyages, j'aime ramener un bel objet qui a une histoire, une signification et sur lequel on peut passer de longues minutes à échanger entre amis à notre retour du séjour. Aussi, quand nous sommes arrivés à notre premier riad, je suis immédiatement tombée amoureuse d'un objet qui était mis en valeur dans le patio. Il s'agit d'un collier berbère. Oui, de ceux qui servaient à orner les femmes berbères lors de leur cérémonie de mariage. Petit rappel, nous en avons vus au musée berbère du Jardin Majorelle. C'est donc avec un tel objet que je souhaite rentrer en France. A l'occasion de nos déambulations, nous tombons devant une magnifique porte en bois sculpté. Je ne sais pas vous, mais je suis totalement fan de ces portes et pourrais m'arrêter devant chacune d'elles pour les admirer. Bon, toujours est-il que je m'arrête devant celle-ci que je contemple longuement. A l'entrée, un monsieur nous indique que nous pouvons pénétrer à l'intérieur. Il s'agit en fait de la boutique de Moustapha Blaoui. Dès que nous franchissons cette porte monumentale, nous découvrons la caverne d’Ali Baba. Ici, des lampadaires ciselés, là, des tapis, poufs… Nous sommes invités à découvrir les différentes salles de la boutique. C’est ainsi que nous enchainons salles et couloirs. Ça n’en finit pas avec de nombreux trésors africains. On trouve de tout, de la vaisselle, des meubles, de la décoration. Tous les arts africains sont représentés. Je ne sais plus où donner de la tête tellement tout me plait. Ici, vous ne trouverez pas de la camelote, mais des objets de qualité provenant de toute l’Afrique. Bon, comme vous l’avez compris, c’est ici que je recherche mon collier berbère. Je ne suis pas déçue. De nombreux modèles s’offrent à moi. Il me reste à faire mon choix. Gros coup de cœur pour un modèle posé sur une table. Nous appelons le commerçant pour en connaître le prix. Vient l’heure de la négociation. Nous sommes prêts à baisser de moitié. Le premier prix annoncé est de 900 Drh. Nous en proposons 500. Oups, il semblerait que nous y sommes allés un peu fort, le commerçant nous fait comprendre que c’est la fin des négociations et s’en va. Loupé pour cette fois.

Mais durant les jours qui suivent, je garde toujours en tête mon beau collier. J’ai beau faire toutes les échoppes berbères que je trouve sur mon passage, aucun collier ne vaut celui qui a résonné dans mon cœur. Je ne lâche pas l’affaire pour autant, ce collier je l’aurai. C’est donc sur les derniers jours de notre séjour à Marrakech que nous décidons de re-pointer notre nez dans la boutique en espérant ne pas être reconnus. Sinon, nos nouvelles négociations vont vite prendre l’eau. Par chance, notre précédent vendeur n’est pas là. Nous faisons style de découvrir la boutique pour la première fois, déambulons à nouveau dans les différentes salles et arrivons devant mon joli collier. Il n’a pas bougé, et il est toujours aussi beau. Je ne me suis pas trompée, c’est bien celui-ci que je veux. On fait donc appel à un vendeur pour commencer les négociations. Mais on a appris de notre précédente expérience. Ne soyons pas trop gourmands. Quand on demande le prix, notre vendeur nous indique le prix de 1200 Drh. Oups, je manque de m’étrangler. Là, je ne lui cache pas que nous sommes déjà venus et que le prix annoncé la première fois était de 800 Drh (oui, je commence déjà les négociations en baissant le prix de base). Je suis prête à faire un geste et lui en propose 700 Drh. Notre vendeur emporte le collier et part l’emballer. C’est bon, l’affaire est dans le sac ! Je suis trop contente de ma négociation.

Par contre attention quand même lorsque vous négociez. Comme vous l’avez vu, il ne faut pas négocier trop fort au risque de n’aboutir à rien. Par contre, la négociation est de mise. Le meilleur prix est celui que vous être prêt à mettre sans arnaquer la personne en face de vous. Il faut vraiment que tout le monde soit gagnant sinon la négociation ne sera pas plaisante et avortera.


  • Dar el-Bacha : Musée des Confluences

A l’entrée de la médina de Marrakech, dans le quartier qui porte son nom, Dar El Bacha est considéré comme l’un des plus beaux palais de la ville ocre.

Au début du 20ème siècle, fut construite Dar el Bacha, demeure de Thami El Glaoui, nommé Pacha de Marrakech par le sultan Moulay Youssef en 1912.

En 2017, une partie du Palais Dar El Bacha est transformée pour devenir le Musée des Confluences de Marrakech, une véritable aubaine pour les amateurs d’art et d’histoire.

Les amoureux d’architecture seront également ravis par la possibilité de visiter Dar el Bacha - Musée des Confluences, où tout autour d’un jardin arabe s’articulent des pièces aux colonnes recouvertes de zelliges et stucs ciselés. Géométrie rigoureuse de polygones étoilés, frises à fleurons en forme de losange ou en "griffes de lion", colonnes aux chapiteaux sculptés et peints à l’aide de pigments naturels (coquelicot, indigo ou safran) tels sont les éléments architecturaux du Palais Dar el Bacha Marrakech.

Le reste de la décoration est à couper le souffle : portes en cèdre travaillé à la main, plafonds de différentes formes et couleurs, poutres et solives apparentes ou à caissons aux motifs géométriques et floraux.

Horaires : 10h-18h

Tarif : 60Drh

Bon Plan Voyage :

En plus de la découverte de ce magnifique palais et de ses collections, si vous êtes amateur de café, c’est l’endroit rêvé pour vous faire plaisir. En effet, un petit salon privé a été aménagé vous permettant de vous poser à une table et de savourer les meilleurs cafés du monde. La boutique Dar el-Bacha Coffee vous offre également la possibilité de ramener ces merveilleuses saveurs chez vous. Magnifique, non ?




L'hivernage


Conçu comme son nom l'indique pour être un lieu de villégiature d'hiver, ce quartier résidentiel aux avenues spacieuses bordées d'orangers et de jacarandas est l'occasion d'une promenade reposante loin du tumulte de la ville. Son abondante végétation, ses grands espaces et sa vocation de jardin ont attiré nombre de grands hôtels qui s'y sont installés sans pour autant dénaturer l'atmosphère.


  • La Ménara

​Au centre d'un jardin de 100 ha, le bassin de la Ménara, probablement creusé par les Amohades au XIIe s. pour servir de réserve d'eau, est depuis longtemps la promenade favorite des amoureux en fin d'après-midi. Transformé en 2003, le bassin est dorénavant doté d'une scène amovible et entouré de gradins. Spectacle "son et lumière" (payant) tous les jours sauf le lundi à 21h.


  • Le Pavillon de l'eau

Rendez-vous galant des sultans, ce pavillon d'origine saadienne fut complètement transformé en 1866 sous le règne de Sidi Mohammed ben Abdallah. Sous un toit pyramidal recouvert de tuiles vertes, une large terrasse à balustrade domine le bassin. De nombreuses légendes circulent sur son passé. Moulay Ismaïl, dit-on, avait l'habitude de se débarrasser de ses conquêtes d'un soir en les précipitant dans les eaux du bassin.

Anecdote Voyage :

Pour arriver à la Ménara et son pavillon de l'eau, nous nous faisons déposer par notre chauffeur, au retour d'une excursion hors de Marrakech. Je vous en reparlerai dans un autre article.

C'est drôlement pratique parce que c'est vraiment excentré de la Médina. Il est souvent recommandé de prendre un taxi pour y aller. En négociant les prix, il est possible de faire la course pour 20Drh. Soyez ferme sur le prix, ou demandez à ce qu'il mette le compteur (rarement accepté pour les touristes). Pour rentrer sur la Médina, nous avons pris l'option basket. Et là, je dois vous dire que le trajet est long. 7km pour rejoindre la Koutoubia et franchement, il n'y a que peu d'intérêt touristique. Donc un conseil, ne vous embêtez pas, prenez un taxi. Ça vous fera gagner du temps (1h30) et vos pieds vous diront merci !




Jardin Majorelle


Témoignage vivant d'un amour débordant tant pour la botanique que pour la lumière si particulière de Marrakech, le Jardin Majorelle fut créé dans les années 1920 par le peintre français du même nom. Un conseil : arrivez tôt le matin pour éviter l'afflux envahissant des visiteurs.


  • Jardin Majorelle

Jacques Majorelle (1886 - 1962), peintre orientaliste français et fils du célèbre ébéniste Art nouveau Louis Majorelle, découvre le Maroc en 1917 à l'invitation du résident général, le maréchal Lyautey. Séduit par Marrakech, il décide de s'y établir en 1923 et achète une importante palmeraie qui deviendra le Jardin Majorelle que nous connaissons aujourd'hui.

En 1931, il commande à l'architecte français Paul Sinoir un atelier de peinture de style Art déco qu'il recouvrira du "bleu Majorelle" et autour duquel il crée une œuvre d'art vivante, composée de plantes exotiques et d'espèces rares qu'il rapporte de ses voyages dans le monde entier. A partir de 1947, il décide d'ouvrir son jardin au public, mais après sa disparition survenue en 1962, le Jardin est laissé à l'abandon.

C'est en 1980 que Pierre Bergé et Yves Saint Laurent font l'acquisition du Jardin pour le sauver d'un projet immobilier. Depuis, le Jardin Majorelle a été restauré et sa collection végétale largement enrichie. Dans l'atelier du peintre, on trouve aujourd'hui un musée dédié à la culture berbère. Une librairie, un café et une boutique accueillent le public du Jardin.

Après le décès d'Yves Saint Laurent en 2008, Pierre Bergé fait don du Jardin à la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent. C'est alors qu'est créée la Fondation Jardin Majorelle. En souvenir du couturier français, un mémorial a été érigé dans le Jardin.

Bon Plan Voyage :

Le jardin Majorelle est un lieu très prisé des touristes. Pour bénéficier de cet environnement sans une foule de personnes, rien de tel que de réserver en ligne sur le site du Jardin Majorelle pour bénéficier des premiers créneaux de la journée. C'est ce que nous avons fait et bien nous en a pris puisque dès 9h30, il y avait déjà un groupe de 10 personnes derrière nous.

Vous pouvez prendre des billets combinés. C'est ce que nous avons fait pour visiter dans la foulée le Musée Berbère. En plus, c'est très pratique parce que ça sert de coupe file. Ainsi, pas besoin de faire la queue au guichet. Pas mal en période d'affluence ! Vous pouvez également acheter en ligne votre billet pour le musée Yves Saint Laurent. Jean n'étant pas porté sur la mode, nous avons fait l'impasse, mais il parait qu'il vaut vraiment le détour.

Horaires : 9h-18h

Tarif : Jardin Majorelle : 120Drh ; Jardin Majorelle + Musée Berbère : 150Drh


  • Musée Berbère

​Le musée berbère, situé dans l'ancien atelier de Jacques Majorelle, présente un panorama de l'extraordinaire créativité de ce peuple, le plus ancien de l'Afrique du Nord. Provenant de tout le Maroc, du Rif au Sahara, plus de 600 objets (bijoux, armes, cuirs, vanneries, tissages, tapis) attestent de la richesse et de la diversité d'une culture toujours vivante.

La scénographie conçue spécialement autour de la collection, les sons, la musique, les photographies et films transportent le visiteur dans un Maroc berbère qui reste à découvrir.



J’ai passé en revue tous les sites que nous avons visités lors de notre séjour à Marrakech. Bien sûr, il existe encore de très beaux lieux à découvrir, mais c’est comme partout, il nous faut faire un choix. Néanmoins, je pense que vous aurez déjà un très bel aperçu de la ville, de ses richesses ainsi que de son ambiance. Un autre article arrive rapidement pour vous proposer des excursions autour de la ville ocre.





 

Notre Budget pour un séjour d'une semaine à Marrakech



En complément des différentes informations budgétaires indiquées dans les incontournables de Marrakech, voici une répartition des différentes dépenses réalisées :

Durée du séjour : 9 jours

  • Transport : 39% soit 233,80€/pers.

Certains diront que le budget vol est important pour un début de mois de mars mais après une annulation intervenue en janvier en raison des frontières marocaines toujours fermées et donc d’une perte d’argent (eh oui, tout n’est pas remboursé, même en cas d’annulation du prestataire), nous nous sommes dirigés cette fois vers Air France. Et là, nous n’avons pas eu de déconvenue. Le tarif est un peu plus cher mais au moins, le service client répond présent et les délais de remboursement sont nettement moins longs que chez Royal Air Maroc.

Nous n’avons pas pris d’option bagage en soute. Pour une semaine, il est très facile de voyager léger. Un bagage cabine chacun a fait l’affaire, ce qui réduit aussi les frais.

Une fois sur place, nous avons pris les services d’un chauffeur pour le transfert entre l’aéroport et le riad (idem pour le retour). Cela nous a coûté 150Drh pour chacun des trajets. Enfin, nous n’avons pris un taxi qu’une seule fois durant le séjour, pour nous rendre au Jardin Majorelle. Il nous en coûté 50Drh. On aurait pu négocier un peu plus, mais nous ne voulions pas nous mettre en retard pour la visite du jardin, qui était réservée pour 9h.


  • Hébergement : 24% soit 146€/pers.

Cela peut paraître peu mais nous recherchons toujours de l’authenticité dans nos hébergements. Donc rien de mieux que de dormir chez l’habitant et non pas dans de grandes infrastructures impersonnelles où les échanges sont impossibles. Non seulement c'est plus chaleureux (et les hébergements mieux placés) mais le coût est également réduit. Un peu plus loin dans l’article, je vous propose deux supers adresses de riads en pleine Médina. Je vous garantis que vous serez enchantés.

  • Visites : 20% soit 121€/pers.

A Marrakech, toutes les visites sont payantes. Bien sûr, vous pouvez vous promener dans les ruelles, les souks, la place Jemaa el-Fna gratuitement. Mais je vous conseille vraiment de découvrir les nombreux musées que compte Marrakech. En faire l’impasse c’est ne pas découvrir la beauté des différents palais (Palais de la Bahia, Palais Badii, Dar el-Bacha), c’est passer à côté d’une culture musulmane et marocaine si riche (tombeaux saadiens, musée de la photographie, Dar Si-Saïd), c’est ne pas s’intéresser à des savoirs faire ancestraux (quartier de tanneurs).

Et puis, nous avons aussi gouté au plaisir d’un SPA hammam traditionnel. Comment passer à côté d’une telle expérience quand on vient à Marrakech ? Je vous mets tous les détails dans le chapitre Info Pratiques.


  • Alimentation : 15% soit 88€/pers.

Imaginez, 88€ pour 9 jours de séjour, soit moins de 10€ par jour. C’est rien ! En effet, à Marrakech, il est très facile de manger pour pas cher. Et pourtant, nous avons aussi su nous faire plaisir en découvrant de très bons restaurants au charme incomparable. Il y en a donc pour toutes les bourses et toutes les envies. Je vous indique un peu plus loin mes supers adresses. J’espère que vous allez apprécier ces bons plans.


  • Communication : 2% soit 15€/pers.

Notre forfait téléphonique ne comprend pas le Maroc. Quel dommage ! C’est donc à l’aéroport que nous avons acheté une carte SIM qui nous a permis de téléphoner, mais aussi d’utiliser le GPS pour nous guider dans la ville. Et je peux vous dire qu’elle nous a été utile parce que malgré un plan papier, il est très facile de se perdre au milieu de ces ruelles qui n‘en finissent pas.



Ce qui fait un budget global de 604€/pers pour 9 jours.


 

Notre Avis sur Marrakech



  • Programme

Si vous commencez à me connaître, vous savez que j’aime élaborer par moi-même mes itinéraires et programmes de voyage. Il en est donc de même pour ce séjour à Marrakech. Et pour un city trip, c’est quand même bien plus simple à organiser. Il n’y a pas tous les soucis que l’on peut rencontrer avec les transports de site à site.

Ce séjour, je l’ai voulu centré sur Marrakech. En effet, lors d’un précédent séjour de 8 jours, nous avions passé 5 jours complets en excursion. Autant vous dire que sur les 2 jours restants sur Marrakech, la découverte de la ville a été bâclée. Je n’ai donc pas voulu réitérer l’erreur (on apprend de ses expériences) et nous nous sommes donc consacrés exclusivement à la découverte de la médina, de ses palais, de son ambiance … Je vous ai listé ci-dessus les incontournables qui font de Marrakech une perle du Maroc.

Qui dit rester sur Marrakech ne veut pas dire non plus farniente. Hola, non ! Là encore, vous savez que j’aime découvrir un maximum de choses quand je suis en voyage. Pour cela, il nous faut nous lever tôt. Et pour tout vous dire, c’est un sacré bon plan. Tout simplement parce qu’en visitant les sites dès l’heure d’ouverture, vous serez seul sur les lieux. Personne pour se mettre devant vous pendant la prise de photo, personne pour vous bousculer ou vous gâcher la vue. Vous aurez l’impression de profiter pleinement des lieux. De les avoir rien que pour vous. Se lever tôt, cela a un autre avantage : éviter les fortes chaleurs de l’après-midi et ainsi vous pourrez vous prélasser au SPA ou dans la piscine de votre riad. Que des avantages, je vous dis !

Pour ce qui est de la durée du séjour, si vous ne souhaitez pas courir et bien profiter de tout ce que Marrakech a à vous offrir, je pense que vous pouvez planifier une semaine sur place. Plus, vous donnera l’occasion de réaliser des excursions. Je vous détaille tout dans un prochain article.

  • Musées

Comme vous avez pu le découvrir, nous avons visité un certain nombre de musées, palais … et nous avons été éblouis par la beauté de chacun d’eux. Ils sont tous différents mais nous plongent tous dans une époque ou un style bien à lui. Comment ne pas tomber sous le charme de cette architecture, mais aussi de cette culture ?

Mon principal regret sur ce séjour est de ne pas avoir pu visiter la Médersa Ben Youssef. J’en garde de si jolis souvenirs que j’aurai aimé la faire découvrir à Jean. Mais le destin en a décidé autrement. Néanmoins vous serez plus chanceux que nous puisque la Médersa a rouvert mi-avril 2022. Profitez-en pour nous !

  • Parcs et jardins

A Marrakech, il est possible de s’extraire de l’agitation et de la chaleur de la ville en vous dirigeant vers des jardins. Comme vous vous en doutez j’ai eu deux gros coups de cœur durant ce séjour.

Le premier est inévitablement le Jardin Majorelle. Avec ses couleurs bleu et jaune mais également son architecture moderne, les jardins exotiques composés de bambous et de cactus ainsi que ses différents bassins et fontaines, le Jardin Majorelle est un petit bijou.

Le second jardin qui a retenu mon attention est le Jardin Secret. Oui, vous avez bien lu. Situé en pleine médina, ce jardin est une merveille. Vous n’entendrez pas le tumulte qui se joue juste derrière les murs du riad. De nombreux espaces nous invitent au farniente, à l’ombre des arbres, mais aussi de la tonnelle. Le ruissellement de l’eau dans les canaux ainsi que la fontaine procurent une douce ambiance à cet environnement.

Pour ce qui est du Cyber Parc, je ne lui ai pas trouvé de grand intérêt. Il a néanmoins le mérite d’être gratuit, ce qui est un grand avantage pour les marrakchis. Les jardins de la Ménara offrent également un coin de détente, mais attention, foule garantie.

Le long des remparts, vous pouvez aussi bénéficier d’endroits de repos avec des bancs installés ici et là. Mais que dire de tous les déchets qui jonchent le sol ? Personnellement, cela nous a plus fait fuir qu’autre chose. Dommage !

  • Circulation

Je vais y aller cash, je vous déconseille fortement de louer un véhicule pour vous déplacer dans Marrakech. La circulation y est infernale. Déjà, dans la médina, les rues sont étroites. Les véhicules ont beaucoup de mal à passer. Du reste, les taxis vous attendront principalement en dehors des remparts parce qu’ils ne veulent pas s‘aventurer dans ce labyrinthe de ruelles. Par contre, j’ai été agréablement surprise. Il y avait nettement moins de coups de klaxon, comparé à 12 ans en arrière. La conduite aurait-elle évolué ?

Qui dit pas de véhicule pour se déplacer, dit faire les trajets à pied. C’est ce que je vous recommande le plus grandement. Néanmoins, gardez en tête que même au sein de la médina et de ses ruelles étroites des véhicules circulent. Ainsi, vous devrez partager la route avec des charrettes tirées par des ânes (oui, ça existe toujours), mais aussi des vélos, scooters ou motos, mais également des voitures. Même en plein souk où tout est très étroit. Principal mot d’ordre : toujours tenir sa droite. Ne pensez même pas avancer main dans la main avec votre moitié. Oh non, c’est en file indienne que l’on progresse. Les arrêts sont nombreux en raison des embouteillages. Les premiers jours, on s’en amuse. On trouve ça rigolo, mais je vous avoue qu’au bout de quelques jours c’est déjà usant. On ressent un stress intense à vérifier derrière soi si quelqu’un arrive, à se mettre sur le côté, à éviter les obstacles sans se faire renverser …

On a beaucoup aimé l’ambiance, mais clairement, on n’y vivrait pas !



 

Infos Pratiques pour organiser votre séjour à Marrakech




  • Climat

Le climat à Marrakech est de type aride. Il y a donc des étés très chauds et des hivers doux. Préférez les mois d'octobre à avril moins chauds et plus agréables pour les visites. Évitez les mois caniculaires de juin, juillet, août et septembre, sauf si vous envisagez un séjour balnéaire.

Pour plus d'informations sur la météo à Marrakech, vous pouvez consulter le site La chaine Météo.

  • Passeport/Visa

Les ressortissants français voyageant individuellement ou en groupe peuvent entrer au Maroc munis d’un passeport ou d’une carte nationale d’identité (avec une date de validité minimum de six mois après la date de retour en France, dans les deux cas). Pour tout séjour de moins de 3 mois, il n'est pas nécessaire de faire de demande de visa.

  • Santé

En cette période un peu particulière (c'est peu de le dire), tous les pays veulent se protéger d'un regain de contaminations qui pourrait être désastreux pour le pays. Aussi, des directives sont mises en place pour se protéger. Pour toute entrée dans le pays, chaque touriste doit se munir d'une attestation de test PCR de moins de 48h indiquant que l'on est négatif et montrer son pass vaccinal (2 vaccins minimum). Il est également nécessaire de remplir une attestation Covid qui sera remise à la douane à votre arrivée sur le sol marocain.

Bon à savoir : le port du masque est obligatoire dans tous les espaces clos. Mais dans les faits, il nous a été demandé de le porter que dans 2 musées. Donc faites comme vous le sentez, mais ne prenez aucun risque.


Il est un mal que je vous souhaite d’éviter pendant votre séjour, c’est la tourista. Et pour ça, rien de plus simple (perso, j’y ai toujours échappé en suivant ces conseils) : ne buvez pas d’eau du robinet. Et de cette eau, vous pouvez la retrouver un peu partout : dans les jus de fruits – demandez à n’avoir que des jus purs, sans ajout d’eau - , dans les crudités – celles-ci peuvent être lavées à l’eau du robinet et donc les bactéries seront présentes puisque les légumes non cuits. Idem pour les fruits qui ne s’épluchent pas. Évitez également les glaçons ou les glaces. On n’y pense pas forcément là aussi, c’est de l’eau du robinet. Vérifiez également que toutes les bouteilles d’eau soient capsulées. C’est bête mais ça a son importance. Enfin, pour vous nettoyer les dents, je vous conseille toujours de stériliser une bouteille d’eau avec une capsule d’Aquatab. Ou lavez-vous les dents avec de l’eau minérale.

Enfin, de façon générale, privilégiez les aliments bien cuits. Ça vous évitera toute mauvaise surprise dans ces pays où l’hygiène et la conservation des aliments ne sont pas aussi clean que chez nous.


Dans le paragraphe santé, j’ai aussi envie de vous parler d’une coutume très pratiquée au Maroc : le hammam. Il serait dommage de venir à Marrakech sans en tester les bien-faits.

Invention romaine rapidement adoptée par l’Islam, les hammams sont les témoins d’une tradition séculaire toujours aussi vive. Des plus luxueux en zelliges et tadlack, aux plus modestes en simples carreaux de faïence, il s’en dégage toujours une atmosphère feutrée et sensuelle. Une expérience à vivre absolument pour reprendre l’avion parfaitement détendu et avec une peau de satin.

Bon Plan Voyage :

Nous avons testé le Marajah SPA qui permet de profiter en couple des bienfaits du hammam et d’un massage. En effet, de petites salles privatisées permettent cette intimité. Vous pouvez ainsi rester entre vous sans être complexés par le regard des autres.

Le décor est luxueux, le personnel aux petits soins. On se sent privilégié, dans une bulle de bien-être.

Nous avons pris la formule « Royal » qui représente un soin de 2h composé d’un hammam, d’un gommage au savon noir, d’un masque au ghassoul aux 7 plantes, d’une hydratation à l’huile d’argan parfumé et d’1h de massage relaxant.

Tarif : 650Drh mais en réservant sur MarrakechBestOf, vous pouvez bénéficier occasionnellement de réductions.


  • Courant électrique

Pas de difficulté particulière pour nos différents branchements électriques. Le système électrique fonctionne en 220 volts, 50 hertz, avec des douilles européennes pour des prises à deux fiches rondes. Vous êtes souvent munis de plusieurs appareils électroniques qu'il vous faut recharger simultanément. Si vous n'avez pas plusieurs prises à disposition, je vous conseille dans tous les cas de vous munir d'une multiprise. Cela vous fera gagner du temps en chargement, et vous n'aurez pas à surveiller l'avancement de la charge pour positionner un nouvel appareil.

  • Décalage horaire

Le Maroc est calé sur l'heure d'hiver. Ce qui signifie qu'en hiver, il n'y a pas de décalage horaire avec la France alors qu'en été, il y a 2h de plus en France. ​Bon là, je n'ai pas tout compris à leur système de changement d'heure ... En complément du décalage horaire, je recherche très souvent, lors de l'organisation de mes séjours, à connaître les heures de lever et coucher de soleil. En effet, il y a des lieux qui sont merveilleux à ces heures bien précises. Sur le site Sunrise-and-Sunset.com vous pourrez trouver toutes les informations nécessaires, en fonction du lieu et de la date souhaitée. C'est super pratique !


  • Monnaie

L'unité monétaire marocaine est le dirham, en abrégé MAD. Le taux de conversion peut fortement varier en fonction de divers facteurs. Il est donc intéressant de se renseigner sur le taux en vigueur au moment de votre départ. Pour cela, n'hésitez pas à consulter le site XE.com. En 2022, lors de notre séjour, le taux de change était de 10,64MAD pour 1€. Mais pour une facilité de calcul, on peut dire 1€=10MAD. Il y a pas mal de distributeurs au Maroc (ATM) pour retirer de l’argent : dans la rue mais aussi dans les hôtels, ce qui peut être plus rassurant. Vous trouvez également facilement des bureaux de change, mais attention, tous ne pratiquent pas le même taux. Renseignez-vous avant pour trouver ceux qui sont les plus avantageux. Comme à chaque fois, évitez de changer votre argent à l'aéroport. Le taux de change n'y est pas du tout favorable.

Privilégiez les paiements dans la monnaie locale. Non seulement vous arriverez plus facilement à négocier les prix, mais les taux de change en boutique vous seront toujours défavorables.

Sachez également que pour vos règlements effectués par CB, suivant votre banque, vous aurez ou non des frais bancaires. Pour ma part, j'ai opté pour une carte Ultim chez Boursorama Banque. Elle me permet de faire des paiements et des retraits totalement gratuits. Les frais de carte sont également gratuits à condition de faire un paiement par mois (sans minimum d'achat). C'est le top! Si vous souhaitez un parrainage, n'hésitez pas à me contacter.

  • Taxes et pourboires

Au Maroc, cette pratique des pourboires est enracinée dans les traditions, et se fait dans le cadre d'un échange en remerciement d'un travail donné. Il est très mal venu de ne rien donner en échange d'un service rendu. Bien sur, vous donnez à votre convenance.

  • Téléphone

Pour communiquer au Maroc, il y a plusieurs solutions. Vous disposez d'un forfait comprenant les pays du Magreb comme état émetteur d'appel ou de données, dans ces cas là, c'est super ! Sinon, vous pouvez demander une extension de forfait auprès de votre opérateur téléphonique. Suivant l'opérateur, cela peut être plus ou moins intéressant. Gare aux dépassements de forfait qui peuvent vite coûter cher!

Bon Plan Voyage :

Mais j'ai mieux à vous conseiller. Depuis un an, la société Holafly a mis en place des cartes SIM que l'on peut acheter en avance et recevoir chez soi avant de partir en voyage. Ainsi on anticipe cette démarche fastidieuse sans prise de tête. Et depuis peu, un nouveau produit est arrivé sur le marché : la eSIM. C'est une carte SIM dématérialisée. C'est bien plus écologique et la planète ne pourra que nous dire merci ! Désormais, je ne peux plus m'en passer pour tous mes séjours à l'étranger. Comme je suis gentille, je vous donne un autre bon plan. Je peux vous faire bénéficier de 5% sur tous les forfaits. Ce n'est pas une sacrée aubaine à l'approche des grandes vacances ? Vous n'avez qu'à cliquer sur le lien Holafly pour en profiter.

  • Code vestimentaire

Les pays musulmans ont un code vestimentaire plus strict qu'en Occident, notamment au Moyen-Orient. Portez des vêtements légers, amples qui inspireront le respect et détail non négligeable, vous protègeront du soleil. Pour éviter d'attirer l'attention, ayez une tenue décente. Évitez les shorts en ville, le torse-nu sur les sites touristiques, les épaules dénudées, les minijupes. Les shorts doivent arriver au niveau du genou. De manière générale, il convient de ne pas montrer ses épaules ou ses genoux. Veillez particulièrement à votre tenue sur les sites religieux (déchaussez-vous et vous mesdames, portez un foulard). Pour la tenue dans les hôtels, il n'y a pas de problème mais dans la rue, il faut respecter les coutumes vestimentaires et évitez de porter des tenues trop choquantes. Emportez très peu. Vêtez-vous légèrement. Le coton colle moins que les synthétiques. Ajoutez un chandail pour les soirées fraîches. De bons souliers sont indispensables, de même que sandales ou mocassins vite ôtés pour visiter maisons ou mosquées musulmanes. Pensez également au chapeau et lunettes de soleil pour vous protéger du soleil. Je ne me suis pas assez méfiée mais j'ai chopé un méga coup de soleil en ce début de mois de mars. Comme quoi, on n'est jamais assez prudent !


  • Où dormir ?


Lors de mon dernier séjour à Marrakech, j’ai privilégié deux hébergements de qualité mais surtout authentiques. Je voulais absolument séjourner en plein cœur de la Médina et pour cela, rien de mieux que de se tourner vers des riads. En plus de la proximité immédiate avec les sites touristiques et la vie trépidante du centre historique, il faut noter la beauté des hébergements et l’accueil chaleureux des hôtes.

Je vous propose donc de découvrir deux riads.


Riad Mazaya se situe dans le sud de la Médina, à proximité des Palais de la Bahia et el Badii, mais aussi des tombeaux Saadiens et de Dar Si Saïd. Le lieu est donc idéal pour faire ces découvertes à pied. Vous serez également à seulement 10 minutes de la place Jemaa el Fna. Clément et Nathalie sont des hôtes absolument charmants. Dès notre arrivée, nous avons été accueillis les bras ouverts. Ils nous ont donné de précieux conseils sur les lieux à visiter, mais également de bonnes adresses pour manger et pour acheter des souvenirs. J’en reparlerai également dans un second article mais Clément nous a proposé une merveilleuse randonnée dans les montagnes avec vue sur l’Atlas.

Quant au riad, il a un charme fou. Autour d’un patio et de son bassin central, on trouve 5 chambres réparties sur 2 niveaux. Décorées avec soin, elles ont chacune leur ambiance propre. A vous de faire votre choix entre les suites Mandarine, Chocolat, Lilas, Perle ou Vanille. Cette dernière dispose d’un moucharabieh des plus raffinés. Le toit terrasse se prête à merveille à la détente avec son jacuzzi et ses coins lounges.

Le personnel de maison a été aux petits soins avec nous. Nous avons eu la chance de goûter à la très bonne cuisine de Mbarka. Un vrai régal !

Tarif : à partir de 80€ la nuit


Riad Couleurs Marrakech se situe dans le Nord Est de la Médina. Là encore le riad est idéalement situé pour découvrir la Médersa Ben Youssef, mais également le Dôme Almoravide, la maison de la photographie ou encore le quartier des tanneurs.

Ce riad est un petit cocon intimiste. Entièrement rénové par ses propriétaires Élisabeth et Jean-Michel, il offre tout le confort et le calme nécessaires après de bonnes journées de marche. Que dire de la décoration ? Vous commencez à me connaître, j’aime les beaux objets qui ont une histoire. Élisabeth aussi. Elle est constamment à la recherche de ce type d’objets. Elle chine, se promène dans les souks mais également chez les antiquaires pour dégoter l’objet qui apportera la touche unique à ce riad plein de charme. Nous passons des heures à échanger sur l’aménagement de ce riad, son histoire et les activités associatives de nos hôtes. En effet, Élisabeth et Jean-Michel sont très investis dans la vie de quartier. On ressent profondément leur amour pour le Maroc et ses habitants.

Ici encore, la vie se déroule autour d’un joli patio arboré. Élisabeth et Jean-Michel ont su introduire la nature au sein de la maison. A l’étage, deux chambres donnent sur une mezzanine aménagée en salon lecture (qu'on nomme localement le bhou). Sur la terrasse, deux chambres supplémentaires bénéficient directement de l’accès à un bassin et à un toit terrasse où des transats invitent au farniente.

Le riad se réserve dans sa globalité. Cela permet de se retrouver en famille ou entre amis ce qui est vraiment sympa. C’est comme si nous étions à la maison tout en étant à l’étranger avec du personnel de maison pour s’occuper de nous. Le rêve, non ?


Quand je vous dis que je vous ai déniché deux perles !



  • Où manger ?

Si l’on vient au Maroc, et notamment à Marrakech, c’est aussi pour profiter de la bonne cuisine du sud et de ses saveurs épicées. Voici donc une sélection de bonnes adresses qui s’adressent à toutes les bourses. Pour que vous vous rendiez bien compte des tarifs, je vous indique ce que nous avons commandé et le prix payé.


Petits budgets (<10€/pers)

Sincèrement, ce n’est pas compliqué de trouver à manger pour peu cher tout en prenant plaisir. Voici quelques adresses à retenir.


Sandwich Abderrazzak : Ça ne paie pas de mine, c’est une petite échoppe dans les souks mais ici, on fait la queue pour un sandwich. Et pour cause, la viande est cuite à la plancha. Dans le sandwich vous avez un mélange de 4 viandes (viande hachée, poulet, foie et saucisse). Perso, j’ai demandé sans foie. Puis, le cuisto vous rajoute des tomates, oignons, poivrons, fromage et épices. Le tout dans un pain brioché moelleux. Devinez le prix pour ce sandwich (meilleur qu’un kebab) ?

Tarif : 15 Drh.


Snack Toubkal : Idéalement situé sur la place Jemaa el-Fna, mais un peu en retrait de l’agitation, ce snack vous propose des grillades pour pas cher. Ici, de nombreux locaux se pressent pour prendre une table en famille. La viande est un peu trop cuite à mon goût (mais c'est ainsi qu'il la cuisine ici), mais ça dépanne bien après une bonne journée de marche.

Commande : 1 menu Toubkal viande hachée + 1 menu Toubkal 1/4 poulet + 1 coca + 1/2 eau

Tarif : 40 Drh/pers


Café restaurant Dahachi : Voilà encore une adresse à retenir pour qui veut manger bien et pour pas cher. Ici, nous sommes sur un petit restaurant familial tenu par des femmes adorables. En bord d’une petite place piétonne, des tables nous invitent à nous assoir. Le menu est affiché en grand, pas de surprise ! Nous avons donc droit à une soupe de légumes, une salade mixte composée de 7 plats différents, 5 brochettes de poulet par personne mais également un bol d’olives pour picorer et une boisson.

Tarif : 60 Drh


Atelier des saveurs : Après une matinée bien remplie à visiter le Jardin Majorelle puis à profiter du SPA Marajah, nous sommes revenus par le nord de la Médina et nous sommes posés à l’atelier des saveurs. Ce petit restaurant propose une cuisine locale qui sent bon les épices. Vous pouvez déguster tagines, couscous, kefta ... dans un cadre chaleureux.

Commande : 1 tagine kefta + 1 couscous bœuf + 1/2 eau

Tarif : 77 Drh/pers


El Falafel : Voici encore une spécialité gustative qu’il nous fallait découvrir : le falafel. Vous savez, ces petites boulettes de légumes et viandes frits, où les saveurs épicées se mélangent avec délice. C’est donc dans ce restaurant qui en a fait sa spécialité que nous les avons dégustés. En toute franchise, prenez une assiette pour deux. La quantité est impressionnante. Nous n’avons pas réussi à finir notre assiette.

Commande : 2 salades falafel + 1 houmous + 1 coca + 1/2 eau

Tarif : 91 Drh/pers


Chez Brahim : Sur les recommandations de Clément, notre hôte du Riad Mazaya, nous nous sommes installés à la table de ce petit restaurant dans les souks. C’est bien simple, il est mitoyen avec les Sandwichs Abderrazzak. Facile pour se repérer. Montez en terrasse pour profiter de la vue sur les ruelles animées tout en restant un peu en retrait. Si je vous disais que c’est ici que j’ai dégusté la meilleure pastilla au pigeon du séjour ! Un régal. Perso, c’est mon pêcher mignon. Comment résister à cette profusion de saveurs et d’épices ? Il n’y a pas à réfléchir, vous serez enchanté par cette cuisine marocaine. L’adresse est à retenir. Et question rapport qualité/prix, on est au top.

En sortant du restaurant, prenez immédiatement sur votre gauche en bas des escaliers, et allez découvrir ces artisans qui travaillent le fer blanc. Encore une fois, la rencontre et les échanges seront au rendez-vous.

Commande : 1 tagine d’agneau + 1 pastilla de pigeon + 1 eau

Tarif : 91 Drh/pers


Moyens budgets (<30€/pers)


Les restaurants que je vous propose dans cette rubrique sont un peu mieux classés que les précédents, notamment au niveau des décors. Ce sont donc des lieux plus raffinés où il fait bon de se détendre après une journée bien chargée.


MRoofTop : Comme son nom l’indique, je vous propose ici un toit terrasse pour admirer le coucher du soleil sur la Koutoubia. Ça change un peu de ceux qui offrent une vue sur la place Jemaa el-Fna. Le décor y est simple et la cuisine : un mélange de sushis et de tapas. On vient surtout pour passer un moment convivial entre amis, autour d’un verre et de petites assiettes à partager. A l’heure où le soleil se couche et l’appel à la prière débute, ce sont toutes les mosquées aux alentours qui résonnent. Ambiance garantie.


Dar Marjana : Une soirée Mille et Une Nuits garantie dans un véritable palais. On se sent comme des princes au milieu d’un tel environnement. Lumières tamisées, fleurs et sequins ornent les tables, la fontaine diffuse une douce mélodie. Alors que nous faisons notre choix et dégustons l’apéritif, des musiciens gnaouas entrent en scène et mettent l’ambiance. On se régale des mets ainsi que de la musique, avant l’arrivée d’une danseuse du ventre qui animera la soirée jusqu’au milieu de la nuit.

Le menu gastronomique à 700Drh vous sera proposé. Pour notre part, nous nous sommes limités à 1 assortiment de salades + 2 pastillas de pigeon + 2 thés à la menthe + 2 salades d’orange.

Il est conseillé de réserver à l’avance.

Tarif : 176 Drh/pers


Le Foundouk : Installé comme son nom l’indique dans un ancien caravansérail, ce restaurant allie la qualité de la table à celle du décor. Lustres gigantesques ornés de bougies multicolores et voilages vaporeux enveloppent les tables d’une lumière dorée et tamisée. Côté papilles, on ne sera pas déçu : les cuisiniers se plaisent à marier saveurs méditerranéennes et orientales pour garnir les assiettes de mets aussi savoureux que colorés. Jean s’est régalé d’un couscous d’agneau avec sa compotée d’oignons confits, un régal pour les papilles.

Commande : 1 couscous d’agneau + 1 tangia + 1 eau + 2 thés à la menthe

Tarif : 193 Drh/pers


J’espère que tous ces bons plans vous donneront envie de visiter la jolie ville de Marrakech.

Si vous avez d’autres endroits à partager, n’hésitez pas à les rajouter en commentaire. Ça me fera très plaisir de les découvrir lors d’un futur séjour.



 

Vos Retours



J'espère que cet article vous a plu. Si c'est le cas, n'hésitez pas à l'épingler sur Pinterest et à me laisser un commentaire. Je me ferai un plaisir de vous répondre.

190 vues8 commentaires

Posts récents

Voir tout