top of page

Zanzibar : 1 semaine de rêve sur l'île aux épices



Après notre semaine en Tanzanie où nous avons découvert la faune du pays grâce à 3 safaris et sommes allés à la rencontre d'ethnies locales, nous voulions passer une semaine plus calme à profiter des magnifiques plages de Zanzibar. Mais vous imaginez bien que Zanzibar ne se limite pas seulement à son sable blanc et son eau turquoise. D'autres magnifiques paysages et endroits secrets valent le détour. C'est aussi un peuple attachant, qui travaille dur mais dont la philosophie de vie nous laisse admiratif. Loin du rythme effréné et du stress de notre culture occidentale, à Zanzibar tout se fait Polé Polé (doucement doucement).

Aussi, je vous invite à adopter ce rythme nonchalant pour découvrir la belle île aux épices.

Karibu à Zanzibar. Bienvenue à Zanzibar.


C'est tout cela que je vous propose de découvrir au travers de ce séjour d'une semaine à Zanzibar (voyage déroulé en septembre 2022) : vivre une semaine de rêve sur l'île aux épices. Je vous explique tout sur l'organisation de ce séjour, mais également mes coups de cœur, les bons plans et le budget à prévoir.


Vous pouvez retrouver nos aventures en Tanzanie dans l'article :

Tanzanie : 1 semaine de rencontres en terre inconnue



Sommaire


 

Notre itinéraire à Zanzibar


Comme il est toujours plus facile de se repérer à l'aide d'une carte, voici un aperçu de l'itinéraire que nous avons suivi pour ce séjour d'une semaine à Zanzibar.



Entourée de plages figurant parmi les plus belles plages du monde, l'île de Zanzibar est un joyau dans l'océan. On s'y baigne, on y plonge, on s'y détend simplement en bord de plage, tandis que des bancs de poissons colorés évoluent dans les jardins coralliens et des dauphins batifolent au large.

Dans la capitale de l'île, Zanzibar Town, le quartier historique de Stone Town offre un captivant mélange d'influences d'Afrique, d'Arabie, d'Inde et d'Europe. On se promène au milieu des ruelles étroites, qui serpentent entre les bâtiments anciens ornés de grandes portes sculptées et de balcons.

Le long de la côte, la vie villageoise reste traditionnelle avec des boutres de pêche qui prennent le large, et à la campagne, les rizières et les plantations de clous de girofle - qui donnent à Zanzibar son surnom d'"île aux épices" - s'étalent à flanc de collines.

Avec son cadre tropical, sa culture unique, l'archipel de Zanzibar offre une expérience fascinante et très agréable de l'Afrique de l'Est dans l'océan Indien.

Vous êtes prêts à nous suivre dans cette découverte de Zanzibar ? Prêts pour vivre des moments de rêve sur l'île aux épices ?




Stone Town


D'où qu'on vienne, à savoir de Tanzanie ou de l'étranger, nous arrivons toujours par Zanzibar Town. Alors pourquoi ne pas s'y arrêter quelques jours pour découvrir cette ville chargée d'histoire et où les cultures se mélangent avec intelligence ?


Pour la plupart des visiteurs, Zanzibar Town évoque Stone Town, le quartier historique où l'on peut flâner pendant des heures dans un dédale de rues étroites, en voyageant à travers les siècles. Chaque recoin cache une surprise - un ancien palais, des bains perses, une ruine croulante, une demeure en pierre de corail (d'où son nom de "Stone Town") aux portes sculptées et aux balcons à treillage, ou une école pleine d'enfants récitant des versets du Coran.

Zanzibar Town (parfois appelée Zanzibar City) est aujourd'hui la capitale de l'entité administrative autonome de Zanzibar, et de loin la plus grande ville de l'île de Zanzibar.


  • Découverte du quartier historique

Je n'ai pas forcément envie de vous faire une liste des différents endroits à visiter dans Stone Town, que ce soit des musées ou autre. Néanmoins, j'ai envie de vous partager des lieux où l'on ressent bien l'ambiance de la ville et où on peut rencontrer ses habitants.


Pour cela, commençons par longer le front de mer, en tournant le dos à l'embarcadère des ferries. Sur notre gauche, de magnifiques bâtiments comme le Mizingani Seafront Hotel ou le Beit el-Sahel.

Le Mizingani était autrefois la maison des sultans. Le bâtiment a été construit pour les jeunes mariés royaux en 1865. Plus tard, la maison a été transformée en douane en 1928 avant d'être laissée à l'abandon. Mais en 2014, elle est restaurée et transformée en hôtel 4*. Il dispose de l'un des plus anciens ascenseurs de Zanzibar.

Le Beit el-Sahel fut le palais du sultan Sayyid Said, à partir de 1828, puis de ses successeurs jusqu'à sa quasi-destruction par les bombardements britannique en 1896. Il fut reconstruit et utilisé jusqu'à la révolution de 1964, quand le dernier sultan fut renversé. Aujourd'hui, il s'agit d'un musée dédié au sultanat du XIXe siècle et présente de magnifiques meubles d'époque.


On poursuit notre balade sur la promenade et arrivons rapidement au Old Fort. Ce fort, dont les remparts aux tons orangés dominent les Forodhani Gardens et l'océan, fut érigé par les Arabes omanais quand ils arrachèrent l'île aux Portugais en 1698 et y consolidèrent leur présence. Il eut plusieurs fonctions au fil des siècles, de prison à tennis-club. Les dimensions des fortifications impressionnent encore aujourd'hui, malgré quelques modernisations intérieures, notamment une rangée de boutiques de souvenirs et un agréable café qui se transforme en bar le soir.

Bon plan :

L'accès au Fort est gratuit si vous y accédez par la porte de droite. Toutefois, si vous passez par l'entrée de gauche, le gardien vous demandera de mettre un billet dans une urne. Cela participe à l'entretien des lieux.


Revenons sur le front de mer et allons nous installer aux Forodhani Gardens. Ce vaste espace public permet de découvrir agréablement la vie de l'île, car c'est le lieu privilégié de rendez-vous des habitants comme des touristes. Il comprend un grand restaurant au bord de l'eau, deux petits cafés avec des tables en extérieur, des bancs à l'ombre des arbres, une aire de jeux pour enfants et des cuisines de rue le soir. Les jardins ont été aménagés en 1936 pour le Jubilé d'argent du sultan Khalifa (1911-1960). Au centre de la pelouse se trouve le kiosque à musique où jouait la fanfare, et près du front de mer se dresse encore l'arche construite en vue de commémorer la visite officielle de la princesse Margaret, en 1956.


Anecdote Voyage :

Lors de notre première soirée à Stone Town, nous avons profité de ces jardins et du bord de mer. En plus du magnifique coucher de soleil, c'est surtout l'animation de fin de journée qui nous a le plus charmés. Ici des groupes de musiciens, là, des cuisiniers ambulants et surtout des jeunes qui s'adonnent à un jeu bien particulier. Attention dégagez le passage, les uns à la suite des autres, ils prennent leur élan, sautent par dessus le muret et plongent directement dans la mer. C'est à celui qui fera le plus beau plongeon. Ils sont encouragés par l'ensemble des passants et curieux (comme nous). C'est au soleil couchant que ce petit spectacle se met en place. Ils ont désormais leur renommée puisque les touristes et locaux les attendent avec impatience pour les regarder plonger.

Anecdote Voyage :

Comme précisé précédemment, les Forodhani Gardens sont le lieu de rassemblement de familles, d'amis, de touristes (et de photographes) ainsi que d'étudiants. C'est ainsi que nous avons fait une très jolie rencontre. Alors que Jean et moi étions à discuter de notre séjour, un jeune homme, assis à côté de nous sur le banc, s'adresse à nous. C'est un étudiant qui apprend le français et, son professeur étant absent, a des difficultés à progresser. C'est ainsi que nous allons échanger avec lui pendant une bonne heure, sur des expressions mais aussi des notes qu'il a prises et sur lesquelles il a besoin d'explications. Jean lui propose d'échanger leurs adresses mails pour prolonger les échanges et l'aider quand il en a besoin. Nous avons prévu de lui envoyer des livres d'apprentissage qui lui seront utiles. Et depuis notre retour, ces échanges se poursuivent. C'est ça aussi les voyages : aller à la rencontre de l'autre et apprendre à échanger.


Je vous invite désormais à pénétrer dans les ruelles étroites et labyrinthiques de Stone Town. Bien sur, vous pouvez vous munir d'un plan pour ne pas vous perdre, mais le plus grand plaisir est justement de se promener la tête en l'air et suivre ses envies. A gauche, à droite, ... peu importe la direction pourvu que la découverte soit au rendez-vous.


L'architecture de Stone Town mêle des influences arabe, indienne, européenne et africaine. De plan souvent carré, les demeures arabes s'étendent sur deux ou trois niveaux autour d'une cour intérieure, sur laquelle les pièces ouvrent par des vérandas favorisant la circulation de l'air. Façades et balcons ouvragés caractérisent les maisons indiennes, où plusieurs étages dévolus à l'habitation surmontent généralement une boutique au rez-de-chaussée. Les unes et les autres possèdent un baraza, banc de pierre en bord de rue où l'on se retrouve pour bavarder.

Les portes en bois sculpté sont peut-être la caractéristique la plus connue de l'architecture zanzibarite. Symbole de la richesse et du statut social du propriétaire, ces portes étaient habituellement réalisées et posées au début de la construction des maisons - elles étaient même parfois plus anciennes que les maisons elles-mêmes, car provenant d'un emplacement précédent.

Certaines portes zanzibarites ont plusieurs siècles, d'autres seulement quelques décennies, tandis que d'autres encore sont relativement récentes ; l'industrie de la sculpture sur porte est toujours florissante.

Généralement, les portes de style arabes ont un chambranle rectangulaire orné de motifs géométriques, tandis que les plus "récentes" (dont beaucoup datent de la fin du XIXe siècle et intègrent des influences indiennes) possèdent un linteau semi-circulaire et une décoration florale élaborée.

Les plus anciennes portes sont souvent ornées de verset du Coran. Parmi les motifs couramment représentés figurent le poisson (symbole de fécondité) ou le dattier (symbole de prospérité). Certaines portes sont hérissées de grosses pointes en cuivre, une tradition venue d'Inde où ces piques empêchaient les éléphants d'enfoncer les maisons.


Pour finir cette découverte de Stone Town, je vous invite fortement à vous rendre au Darajani Market. Le principal marché de Zanzibar est toujours en effervescence. Ici se côtoient épices, poisson, viande et énormes paniers de poules, de sandales, de seaux en plastique et de téléphones portables - le tout sous une série de halles couvertes qui débordent dans les rues alentour. Pour acheter des aliments, allez-y le matin, quand les produits sont frais, mais le marché sera bondé. La foule est moindre et l'ambiance moins chaotique l'après-midi.

Plusieurs stands destinés aux touristes proposent des paquets d'épices et d'autres souvenirs. Ailleurs dans les rues voisines, des boutiques et des étals vendent vêtements, chaussures, DVD, matériel électronique et articles pour la maison. Le secteurs appelé Kanga Street mérite une visite pour ses boutiques de toutes sortes de tissus imprimés aux motifs colorés.


Anecdote Voyage :

J'espère que vous avez le cœur bien accroché. En effet, certaines effluves peuvent provoquer des nausées comme c'est le cas sur les stands de boucherie ou poissonnerie. On peut également observer les conditions dans lesquelles sont maintenus les poulets, ça fait mal au cœur. Si vous êtes sensibles aux maltraitances animales, je vous conseille de rester dans les rangées dédiées aux fruits, légumes et épices. Vous aurez déjà de quoi en prendre plein les yeux et vivre intensément l'agitation de la ville.


Anecdote Voyage :

Au marché des épices, vous trouverez cannelle, clous de girofle, poivre, cardamone, vanille, mélanges pour préparations culinaires ... Vous aurez l'embarras du choix pour faire plaisir ou vous faire plaisir. Bon nombre de commerçants vous inviteront à découvrir leur stand. N'hésitez pas à comparer les produits ainsi que les prix, et surtout marchandez ! Il est de tradition de négocier fortement les tarifs. Si vous entendez dire que ce n'est pas le tarif américain, continuez à marchander et faites signe de partir si le prix vous semble encore trop élevé. Soit le marchand reviendra vers vous pour vous proposer un meilleur tarif, soit vous pouvez aller ailleurs. Pas de scrupule, ils vendent tous les mêmes sachets ! Et puis, ça serait une insulte que de ne pas participer au jeu de la négociation.


  • Infos pratiques

Comment circuler ?

En arrivant à l'aéroport, nous avons pris une location de voiture (j'y reviendrai plus bas dans l'article, dans le chapitre Infos Pratiques). Comme nous débutons la découverte de l'île de Zanzibar par la visite de Stone Town (pas loin de l'aéroport), nous avons décidé de stationner la voiture sur le parking de Big Tree. Il faut savoir que tous les parkings de Stone Town sont gardés par des personnes (habilitées ou non, on ne saura pas) qui demandent un paiement pour la surveillance du parking. Il faut que vous indiquiez la durée de votre séjour (journée ou nuit) et un montant vous sera demandé. Nous avons payé 25.000 Tsh pour 1 jour et 2 nuits de stationnement (soit 10 euros).



Sécurité

Il n'y a vraiment aucun risque à circuler dans Stone Town. Même si les ruelles sont étroites, la population est très respectueuse et ne montre aucune agressivité envers les touristes. Au contraire, quel bonheur de vivre au rythme des locaux, de les voir jouer au Bao, de les écouter marchander au marché ... Nous nous sommes également promenés de nuit et n'avons jamais ressenti de mise en danger. En même temps, nous sommes restés, le soir, près des quais où la population est la plus dense.



Où manger ?

Nous avons testé 3 types de restauration lors de notre séjour à Stone Town.

Déjà petite astuce, les petits-déjeuners des hôtels sont hyper copieux. C'est donc un bon moyen de tenir une bonne partie de la journée sans manger. Mais à force de crapahuter, un creux se fait sentir. Pas de panique.

Prenez la direction du Darajani Market (je vous l'ai présenté précédemment). Ici vous trouverez de nombreux étals de marchandises. Nous avons acheté des dattes pour 2000 Tsh (moins de 1€) et un jus de canne à sucre pour 1000 Tsh (moins de 50c). Attention pour ce dernier, ils mettent des glaçons. Nous avons réagi à retardement. Heureusement, nous n'avons pas été malades, mais surtout demandez sans glaçon. Ceci nous a permis de tenir jusqu'au soir.


Le soir venu, je vous propose de découvrir l'effervescence des étals de street food aux Forodhani Gardens. Que vous soyez viande ou poisson, vous trouverez forcément votre bonheur. Jean a opté pour des tentacules de calmar et des brochettes de palourdes cuites au barbecue. Le tout aurait pu être bon si cela n'avait pas été trop cuit. Et quelque part, il vaut mieux, quand on voit les conditions de conservation des aliments sur les étals (pas de chaine du froid respectée et des mouches chassées à coup d'éventail). Donc un plat décevant pour Jean friand de calmar. Prix du plat avec deux boissons : 37.000 + 8.000 Tsh (soit près de 20€). De mon côté, j'ai opté pour un sandwich Kebab délicieux. Mais les portions sont bien petites. Je vous recommande d'en prendre 2. Prix : 3.500 Tsh (soit 1,5€)

Nous avons ainsi testé la street food de Stone Town. Ce lieu est très réputé et ramène beaucoup de monde, notamment pour l'ambiance, mais en toute franchise, on peut manger beaucoup mieux.


C'est ainsi qu'un autre soir, nous nous sommes posés au Cape Town Fish Market. Non seulement, nous avons eu un emplacement idéal pour profiter du magnifique coucher de soleil sur la mer, mais en plus, nous nous sommes régalés des plats sélectionnés : un poke bowl pour moi et des calmars frits pour Jean. Le tout accompagné d'une bière et d'un jus de mangue. Nous en avons eu pour 9.000 Tsh (soit 35 €). Budget plus important, mais qualité bien meilleure !




Où dormir ?

Stone Town est un des joyaux cachés de Zanzibar : cette ville historique montre un mélange unique d'influences culturelles avec des éléments swahili, arabes, persans, indiens et européens, et elle a été désignée comme site du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2000. C'est une ville riche culturellement et architecturalement. Aussi, nous n'envisagions pas de loger dans un hôtel quelconque, sans âme. Il nous fallait un bâtiment avec une histoire. Notre choix s'est porté sur le Zanzibar Palace Hotel. Il est situé dans une belle ancienne maison de marchand rénovée, avec des caractéristiques distinctives et neuf chambres différentes. L'objectif de Daniela, la propriétaire des lieux, est de créer pour nous, touristes, une expérience exceptionnelle et de nous faire sentir comme un sultan. Et on peut dire que le pari est gagné !


Lors de notre séjour à Stone Town (2 nuits en arrivant et une nuit en repartant), nous avons eu la chance de tester deux chambres différentes et d'exception.

Laissez moi vous faire la visite. La première, nommée Shaba, est une magnifique suite située au second étage de l'hôtel. On vous fait une confidence, les jambes morflent en montant les escaliers. Les marches sont raides. Donc optez pour le premier étage ou préparez-vous mentalement. Surtout qu'à Stone Town, vous allez crapahuter ! Pour revenir à la chambre, elle est dans un style indien avec deux beaux lits à baldaquins. La salle de bain est immense, tout comme sa baignoire. Je n'ose imaginer le nombre de litres d'eau pour la remplir. Vous vous doutez bien que nous nous sommes contentés de douche et c'était déjà grandiose. On rentrait à deux dans la baignoire, sans se gêner !


Pour notre dernière nuit à Zanzibar, nous sommes revenus dans cet hôtel que nous avons adoré. Et là, quelle surprise ! Daniela nous a réservé sa plus belle chambre : Dunia. Elle se trouve au dernier étage (aïe les cuisses), possède un joli balcon, un immense lit à baldaquin, très haut (il nous faut grimper sur un coffre pour y accéder) mais surtout la salle de bain est encore à un étage supérieur. Et oui, c'est un duplex que nous avons. Celle-ci est sous les toits, ouvertes sur les côtés et offre une vue magnifique sur Stone Town. Mais attendez, gravissez encore quelques marches et là, deux transats vous invitent au farniente, dans cette douce ambiance zanzibarite.


Pour les petits déjeuners, rendez-vous au rez-de-chaussée. Installez-vous à l'une des tables autour de la fontaine. Le doux ruissellement de l'eau apporte une sérénité sans nulle autre pareille. Un buffet vous permet de vous servir en yaourts, jambon et fromage, céréales, fruits ... Pour tout ce qui est chaud, un serveur viendra vous demander vos préférences pour les boissons mais aussi œufs, crêpes, toasts ... De quoi démarrer la journée en faisant le plein d'énergie.

Je souhaiterai également revenir sur une ...


Anecdote Voyage :

Je vous en reparlerai dans les infos pratiques et principalement dans le paragraphe lié à la santé. Mais au milieu de ce séjour à Zanzibar, j'ai eu un accident de cheval avec des difficultés voire une impossibilité à me déplacer pendant plusieurs jours. Nous avons fait jouer notre assurance voyage pour demander un retour amélioré. Je vous passe ici les détails (que vous retrouverez plus bas) mais sur le dernier séjour à Stone Town, nous n'avions prévu qu'une nuit. Or des contretemps nous ont bloqué plus longtemps que prévu et aimablement, Daniela nous a proposé de disposer toute la journée de notre chambre d'hôtel pour patienter jusqu'à notre vol du soir. Et avec un dos en vrac et une incapacité à marcher, je peux vous assurer que le geste de Daniela a été plus qu'apprécié. Nous la remercions infiniment pour sa douce attention et sa gentillesse hors norme.


Vous l'aurez compris, non seulement le Zanzibar Palace Hotel vous plaira à coup sûr, mais son personnel et Daniela sauront embellir encore plus ce séjour à Stone Town.




Nungwi


Nous quittons Stone Town pour le nord de l'île. Direction Nungwi et sa plage paradisiaque.

Ce grand bourg, à la pointe nord de Zanzibar, était autrefois un centre de construction de boutres. Aujourd'hui, c'est une destination touristique importante, en partie grâce à sa belle plage et aux superbes couchers de soleil. Dans ce lieu, tradition et modernité s'entrechoquent. Les bateaux de pêche partent toujours de la plage (et ce depuis des siècles), mais une longue rangée d'hôtels les surplombe. Si certains voyageurs adorent Nungwi, d'autres seront ravis de l'éviter. Personnellement, nous avons beaucoup aimé y passer une journée mais nous avons logé ailleurs. Je vous indique cela un peu plus loin.


  • Se promener sur la plage de Nungwi

A Zanzibar, les marées sont importantes en raison du faible dénivelé des plages. Aussi à marée basse, vous pourrez marcher longtemps avant d'être en capacité de vous baigner. Cela a été notre cas, pendant notre séjour, puisque la marée était basse en milieu de journée. Mais cela nous a aussi permis de découvrir un paysage différent et des activités autres que la seule baignade.

Vous pouvez ainsi vous promener pendant des kilomètres sur cette plage de sable blanc, observer les boutres échoués, les pêcheurs en train de réparer leurs filets ou à discuter ensemble, mais aussi, les étoiles de mer, oursins (attention les pieds, je vous recommande vivement de prendre des chaussures d'eau), des concombres de mer ...

Vous pouvez également contempler les femmes qui pêchent à pied avec une technique bien à elles. En groupe, munies d'un filet de pêche, elles avancent dans la mer en ligne, puis avec une gamelle agitent l'eau, avant de se resserrer en rond et de relever le filet. Elles reproduisent ainsi le cycle autant de fois que nécessaire pour récupérer leur pêche du jour.

Vous pouvez également profiter de ces moments sur la plage pour vous détendre. Des transats sont disponibles à la location. Nous avons payé 30.000 Tsh pour 2 transats et un parasol, à la demie-journée. Soit 12€. De nombreux beach boys viendront vous voir pour vous vendre des lunettes de soleil, paréos, noix de cajou, noix de coco ... Si vous n'êtes pas intéressés, un simple "non" suffit à les éloigner. Mais d'autres suivront et tenteront leur chance ...

Admirer le coucher de soleil de la plage de Nungwi est également un moment à vivre. C'est ici qu'on peut observer les plus beaux couchers de soleil de l'île alors, autant ne pas se priver.


Lors de ce séjour à Zanzibar, j'ai réservé plusieurs excursions avec Zanzibar Wakala et Aisha m'a beaucoup aidé à l'organisation de ce séjour. Je vais donc vous partager un certain nombre d'excursions organisées par ses soins. Elles ont toutes répondu à nos attentes alors quand on a un bon contact, autant vous le partager. La première excursion s'intitule


  • Journée de rêve à Nungwi

Rien que l'intitulé de cette excursion vous en met plein les yeux. Mais attendez de découvrir le contenu de cette journée de folie.

Tout d'abord, on se retrouve avec notre guide du jour devant l'aquarium de tortues de Nungwi. Pour être plus précise et afin que vous vous y retrouviez facilement, il s'agit du Baraka Natural Aquarium North Coast Nungwi. En 1993, les habitants de Nungwi ont ouvert cette réserve de tortues dans une grande mare résiduelle près du phare. Depuis lors, ces dernières, de diverses espèces et tailles, sont protégées des prédateurs. Les bénéfices des entrées financent un projet éducatif pour les enfants du secteur, tout en démontrant les avantages de la préservation des tortues.


Anecdote Voyage :

Durant cette visite, vous avez la possibilité de nager avec les tortues. C'est même ce qui fait le charme de cette rencontre. Et je peux vous dire que moi qui ne suis pas du tout à l'aise dans l'eau, c'est une expérience vraiment impressionnante. Mais avant de se mettre à l'eau, on essaie déjà d'apprivoiser ces spécimens. Certaines tortues sont vraiment balaises et les voir approcher de nous aussi près est juste incroyable. Avec des algues vertes, qui sont leur met favori, nous les attirons à nous. Enfin, ouf, pas trop près quand même. C'est incroyable de les voir évoluer tout autour de nous. On prend notre courage à deux mains et plouf, nous voilà à l'eau au milieu d'elles. Difficile d'être vraiment à l'aise, même pour Jean qui est pourtant comme un poisson dans l'eau. Il y a une telle densité de tortues que nous avons des difficultés à avancer sans les toucher. Puis, nous prenons de plus en plus confiance en nous et c'est un moment incroyable que nous vivons. Je n'ai pas encore eu la chance de nager avec elles en pleine mer mais cette première rencontre restera à jamais dans ma mémoire. C'est certain. Petits conseils néanmoins : pas de geste brusque, pas d'agressivité envers les tortues, toujours les repousser en douceur et autre point, ne vous habillez pas de vert. Elles pourraient vous croquer, vous confondant avec des algues.


On poursuit cette journée d'aventure avec une activité que j'attendais avec impatience : une balade à cheval sur la plage de Nungwi avec baignade. Si vous avez lu le début de l'article, c'est ici que se déroule le drame. Et pourtant, tout avait bien débuté. (wow, le suspens est à son comble !)


Anecdote Voyage :

La balade à cheval est programmée depuis plusieurs semaines mais à J-1, on nous demande notre poids. Jean fait 92 kilos (oui, c'est un grand gabarit). On nous prévient qu'il ne peut faire la balade, puisque dépassant les 85 kilos. C'est quand même assez surprenant. Mais bon, Jean n'est pas mécontent de cette annulation. Sa première expérience à cheval ne lui avait pas laissé un très bon souvenir. Je suis quelque peu déçue de ne pas réaliser cette activité qui m'est si chère à ses côtés. Passons. En même temps, il préfère largement le transat sur la plage. Nous nous donnons donc rendez-vous sur la plage, quand je terminerai mon tour.

Direction pour moi le centre équestre. Petite structure en plein cœur du village de Nungwi, les installations sont propres, les chevaux au calme dans leur box ... Néanmoins, la balade a été décalée de plus d'une heure en raison d'autres excursions. Je passe au bureau pour signer les papiers et bizarrement, on me demande de signer une décharge. Oui, vous avez bien lu, une décharge en cas d'accident. Le centre équestre n'est responsable de rien si le moindre accident survient. Je trouve cela plus que malhonnête mais comme il s'agit d'une petite balade tranquille, je prends quand même la décision de signer le papier. Je m'équipe d'un casque, de bottes et je monte en selle sur un magnifique cheval alezan. Il est très calme et je sens que le courant passe bien entre nous. Le groupe se compose du guide, d'une enfant montée sur un poney tenu en longe et d'un autre cavalier débutant. Je suis la seule à avoir une expérience de cavalière. C'est donc confiante que j'amorce cette balade.

Nous traversons le village avant de rejoindre la plage. C'est tellement beau. Face à nous, cette eau turquoise, ce sable blanc, ces boutres échoués... Nous pouvons observer certaines scènes de vie, comme des femmes en train de battre des calmars sur les rochers pour les attendrir, des enfants jouer dans le sable ... Le guide se rapproche de moi et me propose de faire un petit galop. Je suis trop contente de cette invitation. C'est donc à deux que nous partons à grandes foulées sur le sable blanc de Zanzibar. Un sentiment de liberté intense m'envahit. Quel bonheur ! J'ai l'impression de retrouver des sensations oubliées suite à une non pratique de l'équitation depuis 20 ans. Nous arrivons au bout de la plage et revenons sur nos pas pour retrouver le reste du groupe. Autre moment que j'attendais, le fameux bain avec les chevaux. Attention, c'est marée basse, donc nous n'aurons pas d'eau jusqu'au ventre. Juste 20 centimètres feront l'affaire. Mais c'est déjà sympathique. Quelques petits cercles dans l'eau. Je sens que mon cheval prend plaisir à barboter et moi avec. La sensation est juste magnifique. C'est déjà l'heure du retour. Jean attend impatiemment de me voir sur la plage, chevauchant mon beau destrier. On me propose un second galop. Cette fois-ci, le cavalier débutant souhaite se joindre à nous. Il se trouve juste à l'arrière de mon cheval. Je donne le signal du départ à ma monture et sans que je comprenne ce qu'il se passe, le voici qui se met à ruer et m'expédie par terre. La chute est à la fois lente et rapide. Je n'ai pas le temps de réagir mais je vois distinctement ses sabots me passer dessus. J'espère de tout cœur que sa foulée sera suffisante pour ne pas me heurter. De ce côté là, tout va bien, mais ma chute sur le dos me coupe le souffle. Je me mets à genoux le temps de récupérer mes esprits. Une vive douleur dans le dos me fige sur place. J'arrive néanmoins à me relever. Les muscles sont encore chauds. Pendant ce temps, le second cavalier a préféré descendre de son cheval et l'abandonner. Autant dire que c'est une très mauvaise idée. Voici nos deux chevaux partis à toute bringue sur la plage, ne faisant fit des personnes présentes, puis partant comme deux forcenés dans les ruelles du village. De mon côté, je tache de faire bonne figure malgré la douleur qui s'intensifie à chaque minute. Accompagnée de deux locaux, nous discutons de la situation. Ils m'apprennent qu'à plusieurs reprises des cavaliers se sont faits jeter par leurs montures, que ces dernières travaillent de 7h du matin à 16h non stop. Rien d'étonnant à ce que ces chevaux soient épuisés, pètent un câble et souhaitent rentrer au plus vite à l'écurie. Je ne leur tiens nullement rigueur par contre, leurs conditions de travail ne sont pas tenables.

Vous l'aurez compris, je vous déconseille vivement de faire un tour à cheval avec cet organisme. Ah oui, Jean attend toujours de me voir arriver sur la plage à cheval ...


Après toute cette aventure, une pause transat est la bienvenue. Mais ça, c'est juste en attendant un autre moment fort de la journée. Aller, je ne vous fais pas languir plus longtemps. Nous embarquons à bord d'un bateau pour un moment de navigation. Je vous invite à monter sur le pont supérieur comme nous. Vous serez plus à votre aise et profiterez encore plus de la vue. C'est au son de la musique et des chants traditionnels tanzaniens que nous prenons la mer. On longe la côte. Ça donne vraiment une impression différente de voir l'île côté mer. L'eau est d'une clarté incroyable et d'un bleu turquoise qui nous émerveille. On apprécie ce moment de quiétude, sur fond musical. De petites douceurs fruitées nous sont distribuées : ananas, noix de coco ... Puis un membre d'équipage décide de faire l'animation et débute des acrobaties en grimpant aux cordages. En arrière plan, le soleil commence fortement à décliner, jusqu'à nous offrir un magnifique coucher de soleil. Difficile de faire mieux pour finir en beauté cette journée incroyable (en faisant abstraction de cette chute, forcément).


Tarif de la journée de rêve à Nungwi chez @zanzibar_wakala : 130€/personne



Une autre excursion possible à partir de Nungwi, c'est de passer la journée sur


  • Tumbatu Island

Rarement visitée, la grande île de Tumbatu, au large de la côte nord-ouest de Zanzibar, est le fief de l'ethnie Tumbatu, l'un des trois groupes d'origine de l'archipel. Si l'histoire de Tumbatu est un mystère, des ruines d'une mosquée datant probablement du début du XIe siècle ont été découvertes à la pointe sud de l'île.

Il n'existe pas d'installation touristique, ni de "site" ou activité (autre que se promener dans les villages et les terres), les touristes sont donc rares à Tumbatu, et les habitants, généralement très traditionnels et conservateurs, attendent des visiteurs qu'ils se comportent en conséquence.


Récit Voyage

Rendez-vous est fixé devant le Baraka Aquarium (même lieu que visité la veille). Notre guide du jour vient nous chercher à 9h15 précises et nous commençons à déambuler dans les petites ruelles de Nungwi. Après une bonne marche, nous voyons enfin le petit port où des bateaux sont échoués. Le bateau est prêt et nous aussi. Nous embarquons avec 3 membres d'équipage. La météo n'est pas vraiment avec nous en ce début de journée. Nous commençons à nous prendre un crachin puis une bonne pluie. Fort heureusement, la mer n'est pas trop agitée. Nous espérons que cela va se calmer afin que nous puissions profiter pleinement de cette journée sur l'ile de Tumbatu. Nos souhaits sont exaucés au bout d'une heure. Nous commençons à apercevoir l'ile qui tire toute en longueur. 2/3 bateaux de pêche sont présents. Ils sont si beaux avec leurs voiles blanches.

C'est le moment de faire une petite pause snorkeling. L'équipage a tout prévu et nous prépare palmes, masque et tuba. La grande classe ! Nous n'avons rien à gérer. L'eau est si transparente. Avant même de nous mettre à l'eau, nous apercevons déjà de nombreux poissons. Aller, plouf ! Et là, merveille ! Un nouveau monde s'offre à nos regards. De jolis coraux en bonne santé servent d'abris aux poissons. Quel plaisir de contempler ce monde sous-marin. Vous vous souvenez que l'eau n'est pas forcément mon domaine de prédilection. Et bien là, on oublie tout face à tant de beauté. On se laisse porter par l'eau, on profite de chaque instant tout en faisant attention de ne pas toucher et abimer ces coraux si essentiels à la vie sous-marine. Jean verra même un serpent de mer. Moi, je ne sais plus où donner de la tête tellement c'est fascinant. On resterait bien ici durant des heures tellement le spectacle est incroyable.

Mais il est temps de remonter à bord du bateau pour rejoindre Tumbatu Island. C'est marée basse et nous nous échouons donc assez loin du rivage. En descendant du bateau, nous faisons attention où nous mettons les pieds. De très nombreux oursins parsèment le fond. Nous pouvons facilement les distinguer mais la taille de leurs épines est impressionnante. D'en voir autant autour de moi me fout la trouille. J'ai peur du faux pas qui me ferait tomber ou qui me ferait poser le pied sur un spécimen. Clairement, je ne suis pas à mon aise et trouve le chemin jusqu'à la plage bien long. Petit conseil : équipez-vous de sandales d'eau. Ça sera beaucoup plus facile pour vous.

Mais ça y est, nous y sommes. Une magnifique plage de sable blanc rien que pour nous. Parce que oui, nous avons privatisé les lieux. Non, je plaisante, mais sincèrement, nous étions vraiment seuls ici et ça, c'est vraiment un luxe. Passer une journée, seuls, au milieu de nul part, dans un tel endroit paradisiaque, c'est quand même quelque chose d'incroyable. A nous, farniente et détente.

Pour notre plus grand confort, deux membres d'équipage repartent au bateau et démontent le haut-vent. Ils reviennent avec et nous l'installent sur la plage. On ne s'attendait pas à tant de dévouement. Cela en est même gênant. Nous ne sommes pas habitués à être autant dorlotés. Néanmoins on apprécie le geste. Puis, nos supers matelots commencent à préparer le déjeuner. Ils collectent du bois et allument un feu, mettent à chauffer les gamelles et font la popote. Nous venons les rejoindre à plusieurs reprises pour discuter avec eux et voir comment ils procèdent. Avec rien, ils arrivent à nous faire un super repas. Ils vont même jusqu'à nous tailler des cuillères dans des branches. C'est pas extra ? Et quand ils arrivent avec nos assiettes, wow quelle surprise ! Nous avons droit à une grosse cuisse de poulet chacun, accompagnée de riz, de crudités et également d'une belle portion de frites. Oui, vous avez bien lu. Des frites, ici, au milieu de nul part. Incroyable, non ? Et pour le dessert, des bananes et un ananas bien juteux. Un vrai régal. Comment ne pas vouloir faire une sieste après ce festin ?

Par contre, j'ai quand même envie de pousser un coup de gueule. En effet, j'ai été choquée par tous les détritus qui jonchaient le sol dans le coin "cuisine" de la plage. Les plastiques, emballages, des bouteilles ... Il y en avait partout. Mais ce n'est pas qu'ici qu'on a observé ce phénomène. Sur les plages touristiques, le matin, des jeunes sont chargés de balayer devant les hôtels pour que tout soit propre. Mais les déchets ne sont pas ramassés, juste enterrés. De fait, ils polluent nos sols, s'ils ne sont pas partis à la mer avec l'effet des marées. Il y a encore tellement de sensibilisation mais également d'initiatives à mettre en place pour le traitement de ces déchets ...

Après ce coup de gueule, revenons quand même au meilleur avec ce moment de farniente. Allongés sur nos serviettes, on profite du moment. Nos guides s'adonnent également à cette activité épuisante sur fond musical puisqu'ils ont eu l'idée de ramener une enceinte pour écouter des musiques locales. Ne tenant pas en place (je ne sais pas me poser plus de 10 minutes), on part se promener sur la plage et c'est l'occasion rêvée de faire voler notre drone. Nous sommes malgré tout vigilants parce que des oiseaux se mettent à l'attaquer. On limite donc la séance de vol.

Il est déjà temps de rentrer sur Nungwi. On peut dire que cette journée a été magnifique. Nous étions seuls sur cette plage déserte, dans un cadre magnifique avec une session snorkeling de qualité. Que demander de plus ?


Tarif de la journée sur Tumbatu Island chez @zanzibar_wakala : 90€/personne


  • Où manger ?

Lors de la journée de rêve à Nungwi, Aisha nous a proposé de déjeuner dans un restaurant typiquement zanzibarite : Mama Africa. Le choix des plats est limité, mais gage de qualité et de fait maison. Ce qui est important. Nous avons testé le poulet avec une sauce à la banane ainsi qu'un plat végétarien. C'était très bon et les portions sont copieuses. Sieste garantie l'après-midi.



Matemwe


Comme indiqué précédemment, lors de notre séjour au Nord de l'ile, nous n'avons pas séjourné à Nungwi, même si nous y avons passé quelques journées, mais c'est à Matemwe que nous avons décidé de poser nos valises pour 3 nuits.


La plage de Matemwe, au sable parmi les plus beaux et fins de Zanzibar, est idyllique. Dans ce village endormi, la vie suit paisiblement son cours malgré les hôtels et pensions alentour. Des femmes récoltent les algues à marée basse, les poissons sèchent alignés au soleil, des poules vagabondent sur la route. De toutes les destinations côtières de Zanzibar, celle-ci semble avoir l'ambiance la plus "locale". Pour les touristes, cette atmosphère tranquille fait de Matemwe un endroit parfait pour déconnecter.


Récit Voyage

Vous voulez être au contact de la population locale ? C'est l'endroit idéal ! Des enfants s'amusent sur la plage, viennent à notre rencontre et nous entourent. Un jeu s'installe. Ils s'agrippent à moi, me sautent dessus. J'adore cette innocence qui nous permet de partager de si bons moments.

Puis on se rapproche du marché aux poissons qui est vraiment tout prêt de notre hôtel. C'est l'heure à laquelle les bateaux de pêcheurs rentrent avec le fruit de leur journée de travail. Il y a une vraie agitation. Tout le village est réuni sur la plage tandis que des vas et viens se mettent en place pour décharger les bateaux. Des hommes portent sur leurs épaules ou à bout de bras de lourds sacs remplis de poissons. Une fois déposé leur chargement, ils retournent au bateau récupérer un autre sac. Ce manège est ultra fatiguant. Il leur faut affronter les vagues, porter ces lourdes charges, courir ... Pendant ce temps-là, sur la plage, les sacs sont défaits et leur contenu étalé sur le sable. Des groupes se forment et des négociations se mettent en place. Les discussions sont animées. Des tas sont constitués et des accords trouvés sur les tarifs de la marchandise. Chacun repart avec son tas de poissons. Rendez-vous demain pour de nouvelles négociations.

Au bout de la plage, un restaurant se nomme The Rock. Mais ne vous y trompez pas, il ne s'agit pas de celui grandement connu, qui se trouve bien plus au sud. Néanmoins, le lieu est paisible et offre un joli cadre pour des photos.


  • Où dormir ?

Nous avons séjourné à l'hôtel Mambo Paradise, chaudement recommandé par Aisha de @zanzibar_wakala. Et on vous confirme qu'il s'agit d'un très bon choix. Les chambres sont tout confort. L'hôtel donne directement sur la plage et dispose d'une piscine. Par contre, Jean l'a testée et l'eau est froide. On a donc privilégié la mer. Le personnel et les propriétaires sont vraiment adorables et toujours aux petits soins. Ils mettent même à votre disposition du matériel de snorkeling (palmes, masque et tuba) et des chaussures d'eau. Comme partout à Zanzibar, les oursins sont légion.

On retient également la magnifique terrasse en hauteur qui nous permet de profiter de la vue, un bon cocktail à la main et de nous détendre dans les sofas. L'hôtel fait également restaurant. Nous ne sommes donc pas allés bien loin pour nous restaurer. Et après des journées d'excursions, c'est toujours bien agréable de s'installer sans se poser de question. Au menu, la pêche du jour bien sur ! Surtout que le marché aux poissons est juste à côté de l'hôtel.

Tarif : 112€/nuit



  • Infos Pratiques

Pour rejoindre notre hôtel, nous avons du emprunter des pistes vraiment chaotiques. Les premières n'étaient même pas des pistes mais des chemins sur des gros rochers. Nous avons vraiment eu peur pour la voiture, une citadine. A de nombreuses reprises, le fond de caisse a raclé. On n'était pas fier. Surtout que la première fois, c'était de nuit. Ne suivez donc pas le GPS qui vous demande de tourner à gauche à un rond point puis de prendre une toute petite piste à droite. Le conseil : continuez tout droit au rond point et suivez Matemwe Beach puis Mambo Paradise sur la gauche. Là, ça sera du sable, mais bien plus facile d'accès que pour nous. Autant que nos expériences servent !




Jambiani


Nous avons poursuivi notre visite de l'ile en passant quelques jours à Jambiani.

Localité qui s'étend sur plusieurs kilomètres le long d'une sublime portion de littoral, Jambiani est l'un des meilleurs endroits de l'île pour découvrir la vie locale. Le village (qui regroupe en réalité plusieurs villages) est un ensemble de huttes en feuilles de palmier exposé au soleil, et l'océan, d'un bleu turquoise délicat (même pour Zanzibar), est parsemé de bateaux de pêche. Sur la plage, des femmes cultivent des algues.


Plusieurs activités et découvertes sont possibles à partir de Jambiani. Je vous en propose quelques unes.


  • Les paysannes de la mer dans les eaux translucides de l'Océan indien

Partout sur le littoral de l'île de Zanzibar, des habitants (principalement des femmes et des enfants) cultivent des algues. Cela semble simple : sur les plages, entre les lignes de marée haute et basse, de petites algues sont attachées à des ficelles tendues entre des poteaux plantés dans le sable. Une fois que le plant a grandi, l'algue est récoltée.

Certes, on pourrait penser qu'il s'agit d'une culture ancestrale sur l'île, or cette pratique ne remonte qu'à la fin des années 1980. Elle est le fruit d'une initiative conjointe de l'Université de Dar es Salam et d'entreprises privées, destinée à créer des emplois et à assurer une gestion durable des ressources.

Le projet rencontra un grand succès. Les algues contiennent un gélifiant naturel utilisé dans des produits comme le dentifrice, le parfum, le shampooing, les yaourts, les milkshakes et les médicaments. En 2013, 12.0000 tonnes d'algues ont été exportées vers la Chine, la Corée, le Vietnam, le Danemark, l'Espagne, la France et les États-Unis, constituant la deuxième source de devises étrangères derrière le tourisme.

Dernièrement, les cultivateurs de Zanzibar ont noté une diminution des ventes due à l'augmentation de la température de l'océan, qui ralentit la croissance des algues, et à une chute des prix dans d'autres régions cultivatrices du monde.

Infos pratiques :

Nous avons eu du mal à trouver l'entrée du Seawead Center. Aussi, pour vous aider, je vous indique qu'il est à côté de Nakunpenda Villa. Mais surtout n'hésitez pas à demander votre chemin.


Excursion réservée auprès de @zanzibar_wakala : 35€/pers


Après la visite, prenez le temps de vous promener sur la plage de Paje qui est juste splendide. Du sable blanc et fin comme de la farine, une eau turquoise, des palmiers pour apporter un peu d'exotisme, du vent pour le plus grand bonheur des kitesurfeurs. Vous l'aurez compris, c'est un des endroits pas trop touristiques où vous pourrez profiter en toute tranquillité de l'océan indien. Le long de la plage, des hôtels semblent abandonnés. Pourtant du personnel semble attendre une quelconque activité. En espérant que les touristes reviennent ...

Nous avons enchainé avec de nouvelles découvertes dans la région de Jambiani.



  • Maalum Caves

Attention, ce que je vous propose là, ça envoie du lourd ! Vous connaissez les cénotes au Mexique ? Et bien figurez-vous qu'il en existe également à Zanzibar. Je ne m'attendais pas du tout à ça et pourtant ...

Au début, on ne voit pas grand chose. On entend juste le clapotis de l'eau. C'est en descendant l'escalier en bois (attention, ça glisse) que nous apercevons ce trou d'eau au milieu de la roche. De grandes parois rocheuses nous encerclent et face à nous, une eau turquoise. Sous l'eau, des roches couvertes de mousse rendent la descente périlleuse. Le mieux ? Se jeter directement à l'eau et nager. Vous profiterez ainsi immédiatement de cette eau magnifique. Sachez qu'à côté des vestiaires, un membre du personnel vous prêtera masque et tuba. En effet, de petits poissons nagent parmi nous et c'est sympa de les observer. C'est un endroit magnifique où on resterait volontiers des heures à barboter, nager, s'accrocher aux cordes, plonger, sauter ... ou tout simplement contempler.

Infos pratiques :

Un panneau sur le bord de la route affiche Maalum Caves. Mais il faut ouvrir l’œil pour le voir. Il indique un chemin qu'il faut emprunter. Avec notre citadine, nous n'avons eu aucun problème. Par contre, la piste est étroite et surtout, on a du mal à savoir jusqu'où ça nous mène. Jusqu'à arriver à un petit parking. Le nombre de places est très limité (maximum 7 voitures).

Pour accéder au cénote, il faut réserver un créneau à l'avance. Le nombre d'entrées est limité et c'est une bonne chose. Cela permet de mieux respecter les lieux mais également d'en profiter pleinement sans avoir une foule avec nous. Par définition, l'espace est limité.

A l'entrée du site, un bar/restaurant vous permet de commander de quoi vous faire plaisir et vous poser après la baignade.



  • The Rock

Si vous cherchez des photos de Zanzibar sur le web, vous tomberez soit sur des clichés de belles plages de sable blanc ou d'un restaurant perché sur un rocher. Il s'agit de The Rock.

Le restaurant le plus photogénique de Zanzibar est perché sur un affleurement de corail entouré par l'océan. A marée basse, on y accède à pied ; autrement (après un long déjeuner), des bateaux sont disponibles. Certes, l'emplacement se paie, mais la cuisine est bonne et comprend crevettes, homard, crabe, poisson et autres produits de la mer.

A mon sens, on fait un peu trop cas de cet endroit. En effet, le lieu est joli mais qu'est-ce que c'est désagréable de voir toutes ces personnes prendre la pose devant le restaurant. Peut-être était-ce aussi parce que nous y étions à marée basse, mais je ne dirai pas que c'est "wow". Il y a tellement plus beau à voir.

Infos pratiques :

The Rock est au large de la plage de Kijiweni, face à l'Upendo (villas et restaurant), à mi-chemin entre Michamvi et Bwejuu. Réservation conseillée.



  • Où boire un verre et observer un magnifique coucher de soleil ?

Voilà une adresse de qualité ! Je vous recommande chaudement Kae Beach qui est un bar de plage situé au Nord Ouest de Pingwe. C'est bien simple, ici, vous trouverez de délicieux cocktails (c'est quand même essentiel pour un bar), une ambiance de folie avec musique, danseurs et acrobates, mais aussi une plage superbe orientée à l'ouest, vous permettant de contempler de magnifiques couchers de soleil.

Que demander de plus ? Ah si, si vous souhaitez vous éloigner de l'animation, vous pouvez fouler le sable sur plusieurs mètres et trouver des endroits tranquilles pour observer le soleil disparaitre à l'horizon.

Journée complète réservée auprès de @zanzibar_wakala (chauffeur mis à disposition toute la journée) : 130€/pers



  • Où dormir ?

Nous avons séjourné à l'hôtel Red Monkey Beach Lodge durant 3 jours. Si vous souhaitez un endroit tranquille pour profiter d'une magnifique plage, c'est l'adresse à retenir. Nous avons eu droit à une suite familiale composée d'une chambre avec un grand lit à baldaquin et d'une autre chambre avec deux lits individuels. C'était bien pratique pour déposer nos bagages et étaler nos affaires. Oui, il faut bien l'admettre, de temps en temps, c'est agréable de ne pas avoir à fouiller dans nos sacs de voyage pour retrouver un maillot de bain ou une paire de tongs coincés tout au fond. Fait surprenant, ici, pas de vitre aux fenêtres. De simples rideaux permettent de garder une intimité. Et en même temps, ce principe de 0 vitre est un très bon moyen de ventiler la pièce et de la rafraichir. Contrairement à certains hébergements où nous avons du utiliser le ventilateur ou la climatisation, ici, nous n'avions pas de fortes températures dans la pièce et nous dormions très bien. Un petit balcon nous permettait de paresser et de profiter de la vue sur la plage. Juste en dessous, un club de kitesurf. Si le cœur vous en dit, voilà une activité à découvrir.

Le Red Monkey Beach Lodge fait également restaurant, ce qui est très pratique après une bonne journée de visite. Il y a des moments où on a aussi envie de se poser, et pourquoi pas au bord de la piscine ? Chaque dimanche, l'établissement organise une soirée concert et barbecue. Question ambiance, vous allez être gâtés. Des chanteurs locaux se succèdent sur scène pendant que le personnel prépare le buffet. Et quel buffet ! Salades, entrées diverses, légumes, grillades de poissons, poulet, bœuf, des marinades, des sauces, des fruits, desserts ... Il y en a pour tous les goûts. Un vrai régal. L'endroit est réputé pour ses soirées puisque les tables sont réservées des semaines à l'avance et les locaux ou touristes viennent de l'autre bout de l'île pour en profiter. Et quand on dort sur place, pas besoin de se préoccuper du trajet retour (n'oublions pas qu'ici les routes sont, disons-le, chaotiques). On peut donc profiter de la fête jusqu'au bout de la nuit.

Au petit matin, nous sommes bercés par le doux roulement des vagues sur le sable. Un petit déjeuner copieux nous permet de tenir une bonne partie de la journée. Le Red Monkey Beach Lodge est idéalement situé pour profiter des bancs de sable qui se découvrent à marée basse. Le paysage est de toute beauté et invite à une petite promenade les pieds dans l'eau. Le soir venu, les enfants du village se donnent rendez-vous sur la plage pour une partie de foot. Quand je vous disais que j'avais des pépites à vous partager. Celle-ci en est une ! Un séjour au Red Monkey Beach Lodge vous procurera un bien-être incroyable.

Tarif : 171€/nuit




Kizimkazi


A la pointe Sud de Zanzibar, Kizimkazi ne serait qu'un autre village de pêcheurs assoupi sans la curiosité touristique majeure que représentent les dauphins au large. Chaque jour, des visiteurs de toute l'île font une balade en bateau dans les eaux claires de la baie de Menai pour voir les cétacés.

Les tarifs des circuits d'observation des dauphins, organisés par les hôtels locaux, démarrent à 25$ par personne avec des opérateurs réputés. Le personnel de plage local et des chauffeurs de taxi organisent aussi des sorties en bateau, mais pour votre sécurité et le bien-être des dauphins, contactez des prestataires responsables et respectueux des règles de conduite.


Suite à mon accident de cheval survenu quelques jours plus tôt, nous n'avons pas été en mesure de faire cette sortie en mer. Grosse déception pour moi de ne pas permettre à Jean de nager avec les dauphins. Mais nous nous sommes rattrapés en faisant une autre excursion dont je vous parle immédiatement.


  • Safari dans l'Océan Indien

C'est une journée de folie qui nous attend. Imaginez, on part pour une journée de croisière afin d'explorer les récifs et jardins de corail, mais également les îlots autour de Zanzibar. On découvre des mangroves, puis on s'arrête sur un ilot de sable uniquement accessible à marée basse pour y déjeuner et se prélasser avant de reprendre le bateau pour rentrer sur Kizimkazi. C'est parti pour le ...


Récit Voyage

Nous arrivons à Kizimkazi où des personnes nous attendent pour l'excursion du jour. C'est toute une équipe qui se met en mouvement, embarquant à bord du bateau, chaises et tables en plastique, barbecue, glacière, palmes masques et tubas ... Une fois que tout le nécessaire est chargé, nous prenons place à notre tour, à bord du petit bateau à moteur. La mer est calme, l'eau toujours aussi translucide, aux magnifiques nuances turquoises.

Rapidement, nous apercevons plusieurs bateaux réunis au même endroit. Ce n'est pas dans notre direction mais notre skipper prend la décision de rejoindre le groupe. Qu'avons-nous la chance d'apercevoir : des dauphins en plein chasse. Alors que nous avions du annuler la précédente expédition pour les observer, nous sommes gâtés de les voir malgré tout. Les conditions sont néanmoins beaucoup plus sportives. Jean s'équipe rapidement de son masque, tuba et de ses palmes et sur consigne du skipper saute à l'eau. Il a juste le temps d'en profiter quelques secondes avant que les cétacés ne partent à vitesse grand V. En effet, l'heure de jouer est passée. Il leur faut se nourrir. Jean remonte à bord et nous tentons une nouvelle approche avec un autre banc de dauphins. Pour la seconde fois, Jean saute à l'eau, juste à temps pour voir tout un groupe passer juste en dessous de lui. Un dauphin va même lui faire le cadeau de se retourner sur le dos. Un instant magique. Malgré les aptitudes de Jean à très bien nager, impossible de les suivre. On se contentera de ces deux moments furtifs mais pourtant tellement intenses.

Nous reprenons la direction et le programme du jour en nous approchant d'une mangrove. C'est magnifique de voir cette végétation pousser dans l'eau salée, servir d'habitat à de nombreux animaux, tels que des oiseaux, des crabes, des poissons mais aussi des singes. C'est dans un environnement relativement silencieux que nous apercevons furtivement notre premier primate. Perché sur une branche, il nous surveille. Puis il décide de s'éloigner, sautant de branches en branches. Mais très vite, c'est un petit groupe qui prend sa place. Nous restons plusieurs minutes à les observer. C'est fascinant.

On quitte cet endroit unique pour rejoindre un spot de snorkeling. Jean se remet à l'eau et profite amplement de ce moment, sans pression, où il peut observer avec plaisir les poissons nager autour de lui. Restée à bord, je discute et échange avec les membres d'équipage qui commencent à préparer notre repas du midi, en nettoyant, vidant les différents poissons. Nous allons profiter de la pêche du jour. Difficile de faire plus frais, non ? Je ne vous dévoile pas tout maintenant, mais c'est bien un festin qui nous attend.

Une fois la séance snorkeling terminée, nous reprenons la navigation. Au bout de quelques minutes, nous apercevons un banc de sable vierge, nommé Safari Blue, que la marée basse découvre deux fois par jour. Seuls des centaines d'oiseaux noirs et d'autres blancs occupent les lieux. Enfin, c'est ce que l'on pense dans un premier temps. notre arrivée les fait fuir et c'est ainsi qu'ils s'envolent tous à l'unisson. Pas d'inquiétude, ils récupèreront l'ilot une fois que nous serons partis. C'est ainsi que nous débarquons le matériel pour installer provisoirement notre campement du jour. Et franchement, l'équipe est aux petits soins. Ils nous aménagent un haut-vent pour nous protéger du soleil, table et chaises pour qu'on se détente, et mettent en route le barbecue. Nous en profitons pour fouler le sable et parcourir cet ilot vierge. Oh le tour est vite fait puisqu'en tout, il ne doit pas excéder 100m de long sur 20 de large. Nous faisons bien d'en profiter parce que rapidement, nous sommes rejoints par d'autres bateaux de touristes. Au plus fort de la journée, nous serons 11 bateaux. Sur un si petit îlot, c'est rapidement dense. Alors notre refuge ? L'eau ! Et quel bonheur de profiter de sa douce chaleur, de se laisser porter par les vagues.

Le repas est fin prêt. Nous nous installons à table et là, nos skippers nous apportent un plateau composé de poissons, calmars et cigales de mer grillés. Si vous n'y avez pas gouté, je vous recommande vivement de tenter l'expérience. C'est délicieux. Ça ressemble assez à la langouste. Pour accompagner, des crudités et du pain traditionnel. Autant vous dire qu'on se régale. Très certainement, notre meilleur repas de tout le séjour.

Après ce festin, une sieste s'impose. Allongés sur le sable chaud, nous profitons de ce moment de quiétude. Mais quelque chose attire notre attention. Un petit manège s'opère devant nos yeux. Un crabe émerge d'un trou, en portant avec lui un tas de sable coincé entre ses grosses pinces. Il s'arrête à l'entrée du trou, scrute alentour puis s'éloigne d'une cinquantaine de centimètres pour déposer son chargement sur un tas de sable déjà formé. Il s'arrête à nouveau, scrute autour de lui, puis se dirige en vitesse vers son trou, où il s'arrête à nouveau pour surveiller avant d'y pénétrer. Quelques secondes plus tard, il émerge à nouveau, les pinces chargées de sable, s'arrête, puis court le déposer sur son tas, scrute, revient à son trou, guette à nouveau et re-pénètre dans le trou. Ce manège se reproduit à l'infini durant des heures. On quitte du regard ce petit crabe bien consciencieux pour se rendre compte que des centaines de petits crabes reproduisent les mêmes gestes. Mais attention, au moindre mouvement sur le sol, à la moindre vibration, les petits crabes se précipitent dans leur trou et attentent de longues minutes avant d'en ressortir. Alors si vous souhaitez les observer, armez-vous de patience, restez immobiles et les petits crabes feront surface.

Un dernier instant de baignade et c'est déjà l'heure de reprendre la mer pour regagner Kizimkazi. Cette journée nous a offert de si beaux moments qu'il est dur de se dire que c'est déjà terminé.


Excursion réservée auprès de @zanzibar_wakala : 140€/pers



 

Notre Budget pour un séjour d'une semaine à Zanzibar



En complément des différentes informations budgétaires indiquées dans la découverte de Zanzibar, voici une répartition des différentes dépenses réalisées :

Durée du séjour : 9 jours

  • Transport : 46% soit 941,73€/pers.

Le poste budgétaire le plus important est sans conteste le transport. Dans celui-ci, je compte à la fois les billets d'avion entre la Tanzanie et Zanzibar (97€) et le vol retour sur Paris (707€), mais également la location de voiture (100€ pour 9 jours), l'essence (25,75€) et les frais de gardiennage au parking de Stone Town (12€). Vous pourriez trouver des vols retours moins chers, à condition de faire plus d'escale (en nombre ou en durée). Personnellement, nous ne visons pas trop ce type de rabais et préférons rentrer rapidement chez nous.

Petite astuce, néanmoins : je vous recommande grandement de louer une voiture pour vos déplacements sur l'île. Je vous reparlerai des conditions de déplacement dans le chapitre Infos Pratiques, mais sur le plan budgétaire, c'est quand même très avantageux. En effet, chaque déplacement pris par un taxi coute entre 30 et 50€ suivant votre destination. A multiplier par 2 pour réaliser un aller/retour. Alors que nous en avons eu pour 200€ de location pour 9 jours. Le calcul est donc vite fait.


  • Hébergements : 26% soit 537€/pers.

C'est un poste de dépense vraiment très personnel, comme celui qui vient juste après. Nous avons fait le choix d'hébergements avec du charme et idéalement situés. Ainsi pour Stone Town, le Zanzibar Palace Hotel est au cœur même du quartier historique. C'est également un bâtiment que j'avais très envie de découvrir. Pour le Mambo Paradise et le Red Monkey Beach Lodge, ils sont en bord de mer avec un accès direct à la plage. C'est donc l'idéal pour profiter pleinement des lieux.

Pour de plus petits budgets, vous pouvez vous orienter vers du AirBnb ou dormir chez l'habitant.

  • Excursions : 26% soit 523$/pers.

Aller, on peut le dire, on s'est lâché sur les excursions. Nous avions vraiment envie d'en profiter lors de ce séjour à Zanzibar, et notamment pour faire des sorties en mer et aller dans des endroits hors du commun. C'est pourquoi je vous recommande vraiment de passer par une agence pour ces sorties. Elles seront organisées avec soin, adaptées à vos envies et dans le respect de l'environnement. N'hésitez pas à contacter @zanzibar_wakala, une française tombée amoureuse de Zanzibar, qui met tout en œuvre pour faire de vos vacances un moment de rêve.

Certaines activités peuvent être organisées par soi-même, surtout si vous prenez une voiture de location.


  • Alimentation : 2% soit 37,34€/pers.

Lors de ce séjour, nous avons clairement fait le choix de réduire drastiquement notre budget nourriture, mais c'est assez facile en fait. De façon générale, nous avons bien profité des petits-déjeuners qui nous ont fait tenir une bonne partie de la journée.

Sur Stone Town, le midi, nous allions au marché acheter de quoi grignoter.

Lors de nos différentes excursions, les repas de midi étaient compris et très copieux. Ce qui nous permettait de sauter le diner.

En somme, 2 repas par jour était suffisant pour nous.



Ce qui fait un budget global de 2039€/pers pour 9 jours.


 

Notre Avis sur Zanzibar



  • Programme

Habituellement, j'élabore mes voyages toute seule, en consultant des blogs (eh oui, une blogueuse s'informe aussi sur d'autres blogs), des guides de voyage (je raffole des guides Lonely Planet, si bien conçus et détaillés) et autres documentations.

Mais cette fois-ci, je suis passée par une amoureuse de Zanzibar. J'ai connu Aisha de @zanzibar_wakala il y a un an sur instagram et tout de suite le courant est bien passé. Elle aime profondément son île de cœur et partage avec passion ses bons plans et ses connaissances. C'est donc tout naturellement que je me suis dirigée vers elle pour définir les excursions à faire lors de notre séjour. Nous avons travaillé ensemble sur nos attentes, nos envies et nos valeurs. Je ne peux que vous recommander de prendre contact avec elle pour organiser votre séjour sur Zanzibar.


Ce séjour sur Zanzibar nous a permis d'aller à la rencontre d'une population si attachante, très laborieuse qui mérite de sortir de la pauvreté. Mais aussi de découvrir des endroits incroyables : plages de sable blanc, eau turquoise, animaux sauvages, bancs de sable paradisiaques. Vivre des moments de détente, profiter de l'instant présent. Une magnifique parenthèse dans cette vie trépidante du quotidien. On en reprendrait bien une dose.


​​

  • Circulation

Lors de l'élaboration de mon voyage à Zanzibar, je me suis longuement interrogée sur l'utilité de prendre une voiture de location. De plus, j'ai eu de nombreux avis me déconseillant d'en louer, à cause de la corruption qui règne sur les bords de route. A mon tour de vous donner mon avis.


Ce qu'il faut savoir, c'est que la conduite se fait à gauche. Déjà, on perd nos repères. La circulation en ville est hyper facile. Circulation un peu dense dans les petites rues de Stone Town, mais vraiment sans prise de tête et sans stress. Là où ça se complique un peu, c'est dans les campagnes où l'état des routes (pistes) est plutôt catastrophique. Il y a de nombreux trous au milieu de la route, des dos d'âne non affichés, mais surtout des animaux qui traversent la route à tout moment, des voitures qui doublent ou s'arrêtent sans prévenir ... et de nuit, des gens qui marchent sur le bord sans aucun éclairage. Dit comme ça, c'est clairement pas rassurant. Et je ne vous le cache pas, c'est un peu stressant. C'est pourquoi, il est recommandé de rouler à basse vitesse même si les routes semblent désertes. Un obstacle est vite arrivé.

Mais pas de panique, tout s'est très bien passé pour nous. Nous avons évité autant que possible de circuler de nuit et là, il n'y a pas de problème.


Après les questions de sécurité, je souhaite revenir sur la question de la corruption. Les policiers sont omniprésents sur les bords de route. C'est un fait. Ils sont généralement installés à côté de petites guérites et surveillent la circulation. Faites très attention à bien respecter les limitations de vitesse. Mais compte-tenu de l'état des routes, c'est assez simple. Néanmoins, ne vous laissez pas embarquer par des véhicules qui rouleraient vite. Ça serait vraiment dommage.

Nous avons été arrêtés une fois par la police pour un contrôle de papiers. Nous étions en règle mais avec un grand sourire, l'agent nous a demandé un "friendly tip". Nous ne voulions pas rentrer dans de longues négociations et avons cédé un billet de 1000Tzs soit moins de 0,50€. Je ne cautionne pas ce type de pratique, mais c'est encore acceptable.


Je ne reviendrai pas sur la question du budget dont j'ai parlé précédemment. Néanmoins, avoir un véhicule à disposition est très pratique pour effectuer tout déplacement. Surtout si votre hébergement est isolé comme cela a été le cas pour nous sur Matemwe et Jambiani.


J'espère que ces différents éléments vous seront utiles si vous vous questionnez sur l'opportunité de louer ou non une voiture sur l'île.



 

Infos Pratiques pour organiser votre séjour à Zanzibar




  • Climat

Si vous voulez la garantie d'avoir des températures douces voire chaudes toute l'année, Zanzibar saura vous contenter. En effet, la température moyenne est de 27°C, variant de 22°C en août, jusqu'à 32°C en février.

Attention, qui dit températures élevées, dit aussi arrivée de la pluie. Et c'est entre mars et juin qu'a lieu la période des pluies. Entre juillet et février, la météo est idéale pour profiter pleinement de Zanzibar.

Pour plus d'informations sur la météo en Tanzanie, vous pouvez consulter le site La chaine Météo.

  • Passeport/Visa

Pour entrer à Zanzibar, il faut se munir d'un visa. Vous avez plusieurs options :

- passer par un site de Visa électronique mais ça vous coutera plus de 92€

- ou alors prendre un visa directement à l'arrivée (visa on arrival). Tout est très bien organisé sur place. Des guichets spécifiques sont installés pour les démarches administratives. Vous devez être munis d'un passeport valide 6 mois après la date retour. Le visa est valable pendant 30 jours et coute 50$. Prévoyez du liquide !

  • Santé

Le Covid n'a pas encore dit son dernier mot, mais nous laisse un peu souffler et nous permet d'envisager de jolis voyages ou échappées. Néanmoins il ne faut pas baisser la garde et les gouvernements sont toujours vigilants. C'est pourquoi, pour entrer à Zanzibar, il faut avoir un passeport vaccinal complet ou présenter un test PCR négatif de moins de 72h. Pour ces derniers, il faudra également réaliser un test antigénique à l'arrivée. Il vous en coutera 30€.

Enfin, il est nécessaire de remplir un formulaire de santé dans les 24 heures qui précèdent votre arrivée. Vous pouvez le trouver sur le site du ministère de la Santé. Il sera à présenter à votre arrivée (bizarrement, on ne nous l'a pas demandé). Un autre document sur place est également à remplir. Je pense que c'est son équivalent puisqu'il vous demande si vous avez eu des symptômes récemment. Celui-ci, par contre, est absolument nécessaire pour votre passage en douane. Mais pas d'inquiétude, vous serez orientés systématiquement vers les tables où sont disponibles ces formulaires. Vous ne pourrez pas passer à côté.


Il est un mal que je vous souhaite d’éviter pendant votre séjour, c’est la tourista. Et pour ça, rien de plus simple (perso, j’y ai toujours échappé en suivant ces conseils) : ne buvez pas d’eau du robinet. Et de cette eau, vous pouvez la retrouver un peu partout : dans les jus de fruits – demandez à n’avoir que des jus purs, sans ajout d’eau - , dans les crudités – celles-ci peuvent être lavées à l’eau du robinet et donc les bactéries seront présentes puisque les légumes non cuits. Idem pour les fruits qui ne s’épluchent pas. Évitez également les glaçons ou les glaces. On n’y pense pas forcément là aussi, c’est de l’eau du robinet. Vérifiez également que toutes les bouteilles d’eau soient capsulées. C’est bête mais ça a son importance. Enfin, pour vous nettoyer les dents, je vous conseille toujours de stériliser une bouteille d’eau avec une capsule d’Aquatab. Ou lavez-vous les dents avec de l’eau minérale.

Enfin, de façon générale, privilégiez les aliments bien cuits. Ça vous évitera toute mauvaise surprise dans ces pays où l’hygiène et la conservation des aliments ne sont pas aussi clean que chez nous.


Pour venir à Zanzibar, il n'est pas nécessaire de faire des vaccins particuliers. En tout cas, aucun n'est obligatoire. Ce n'est pas une région à paludisme. Par contre, on ne saurait trop vous recommander d'être à jour sur vos vaccins de base comme le dTP et le tétanos.


Je vous ai parlé de mon accident de cheval survenu lors d'une journée à Nungwi. La chute a déclenché d’atroces douleurs dans le dos qui m'ont handicapée pendant le restant du séjour. Après deux jours à ne pas pouvoir bouger, sur les conseils d'Aisha de @zanzibar_wakala, nous sommes allés à la clinique privée Med Express de Paje. L'attente a été de courte durée (même pas 30 minutes) avant que je sois prise en charge par le responsable de la clinique lui-même. Et je peux vous dire qu'il a été aux petits soins avec moi. Durant 1h, il a procédé à un massage du dos à l'aide d'une machine pour détendre les muscles, et a appliqué un gel anti-inflammatoire. J'ai eu droit à une ordonnance et des médicaments pour un traitement de 7 jours. A la sortie de la clinique, j'arrivais déjà à marcher et m'asseoir. Je ne dis pas que j'étais entièrement réparée, mais ceci m'a permis de profiter de la dernière excursion du séjour. Donc en cas de souci de santé sur Zanzibar, retenez bien cette adresse. Cela pourra bien vous aider.


Je poursuis sur mes soucis de santé en évoquant notamment l'assurance voyage. Comme vous le savez, votre carte bleue vous permet de bénéficier d'une assurance voyage en cas de pépin. Titulaire d'une Visa Gold, j'ai donc une assurance chez EuropAssistance. J'ai fait appel à eux notamment pour changer mon vol retour et être placée en Business Class. En effet, il était impossible pour moi de supporter un vol de 12h en position assise. Nous avons pris contact avec eux 3 jours avant le vol retour. Nous avons rencontré de nombreuses difficultés à les joindre, à avoir un interlocuteur unique, à connaître l'avancement du dossier et à savoir où en était la réservation du vol retour. Je vous passe les détails, mais tous les échanges se sont faits depuis la France (aucun moyen de les joindre depuis l'étranger) et c'est ma sœur et ma belle-sœur qui ont servi d'intermédiaires. Des dizaines d'appel de relance sans aucune certitude au bout. Nous avons même laissé passer notre vol initial sans garantie de vol de remplacement. Une catastrophe et un stress à son paroxysme. Nous avons pris la décision d'aller à l'aéroport et de réserver nous-même nos nouveaux billets. Et ce n'est qu'arrivés sur le parking de l'aéroport, soit 2h avant l'embarquement, que nous avons eu confirmation du vol. Ouf. Après cela, tout s'est bien passé (hormis que Jean est resté en classe éco) : personnel aux petits soins, prise en charge à l'arrivée et mise à disposition d'un taxi pour rentrer. Depuis cette mésaventure, je souscris automatiquement à une autre assurance voyage, auprès de Chapka Assurance. C'est tellement important d'être bien couvert en cas de problème. On a tendance à négliger ce point quand on part en voyage.


  • Courant électrique

A Zanzibar, vous aurez accès à du 230V et 50Hz. C'est donc conforme à la France mais la forme des prises quant à elle est différente. Ce sont des prises de type D ou G. De fait, l'utilisation d'un adaptateur est nécessaire. Dans tous les cas, je vous recommande fortement de vous munir d'un adaptateur universel qui sera bien utile pour l'ensemble de vos voyages.

Vous êtes souvent munis de plusieurs appareils électroniques qu'il vous faut recharger simultanément. Si vous n'avez pas plusieurs prises à disposition, je vous conseille de vous munir d'une multiprise. Cela vous fera gagner du temps en chargement, et vous n'aurez pas à surveiller l'avancement de la charge pour positionner un nouvel appareil.

  • Décalage horaire

Zanzibar est calé sur l'heure d'été + 1 fuseau horaire. Ce qui signifie qu'en été, il y a 1h de plus à Zanzibar alors qu'en hiver, il faut compter 2h supplémentaires.

En complément du décalage horaire, je recherche très souvent, lors de l'organisation de mes séjours, à connaître les heures de lever et coucher de soleil. En effet, il y a des lieux qui sont merveilleux à ces heures bien précises. Sur le site Sunrise-and-Sunset.com vous pourrez trouver toutes les informations nécessaires, en fonction du lieu et de la date souhaitée. C'est super pratique !


  • Monnaie

L'unité monétaire tanzanienne est le shilling tanzanien, en abrégé TZS.

Le taux de conversion peut fortement varier en fonction de divers facteurs. Il est donc intéressant de se renseigner sur le taux en vigueur au moment de votre départ. Pour cela, n'hésitez pas à consulter le site XE.com. En 2022, lors de notre séjour, le taux de change était de 2330TZS pour 1€. Mais pour une facilité de calcul, on peut dire 1€=2500TZS. Hormis à Zanzibar City, Nungwi, Jambiani et Paje, il sera très difficile de trouver des distributeurs de monnaie. Aussi, je vous conseille fortement de faire le nécessaire dans ces "grandes" villes.

Faites également attention à votre plafond de retrait à l'étranger. Cela peut arriver vite. De même, les distributeurs ont un plafond de retrait. Donc si c'est possible, prévoyez plusieurs cartes de crédit, cela vous sauvera la vie. Comme à chaque fois, évitez de changer votre argent à l'aéroport. Le taux de change n'y est pas du tout favorable.

Privilégiez les paiements dans la monnaie locale. Non seulement vous arriverez plus facilement à négocier les prix, mais les taux de change en boutique vous seront toujours défavorables. Le dollar est également accepté pour les grosses sommes. Faites bien attention à disposer de billets neufs. Autrement, ils pourraient être refusés à l'encaissement.

Sachez également que pour vos règlements effectués par CB, suivant votre banque, vous aurez ou non des frais bancaires. Pour ma part, j'ai opté pour une carte Ultim chez Boursorama Banque. Elle me permet de faire des paiements et des retraits totalement gratuits. Les frais de carte sont également gratuits à condition de faire un paiement par mois (sans minimum d'achat). C'est le top! Si vous souhaitez un parrainage, n'hésitez pas à me contacter.

  • Téléphone

Pour communiquer à Zanzibar, il y a plusieurs solutions. Vous disposez d'un forfait comprenant les pays d'Afrique comme état émetteur d'appel ou de données, dans ces cas là, c'est super ! Sinon, vous pouvez demander une extension de forfait auprès de votre opérateur téléphonique. Suivant l'opérateur, cela peut être plus ou moins intéressant. Gare aux dépassements de forfait qui peuvent vite coûter cher!

Vous pouvez également utiliser le wifi de vos hôtels.

Bon Plan Voyage :

Mais j'ai mieux à vous conseiller. Depuis un an, la société Holafly a mis en place des cartes SIM que l'on peut acheter en avance et recevoir chez soi avant de partir en voyage. Ainsi on anticipe cette démarche fastidieuse sans prise de tête. Et depuis peu, un nouveau produit est arrivé sur le marché : la eSIM. C'est une carte SIM dématérialisée. C'est bien plus écologique et la planète ne pourra que nous dire merci ! Désormais, je ne peux plus m'en passer pour tous mes séjours à l'étranger. Comme je suis gentille, je vous donne un autre bon plan. Je peux vous faire bénéficier de 5% sur tous les forfaits. Ce n'est pas une sacrée aubaine à l'approche des grandes vacances ? Vous n'avez qu'à cliquer sur le lien Holafly pour en profiter.

  • Matériel

Au fur et à mesure de nos voyages, nous commençons à être équipés. Que ce soit en appareils photos numériques, téléphones, trépieds, drone ... mais avec des sorties en mer, il nous manquait encore un outil indispensable pour mémoriser nos souvenirs : une GoPro.

Ne sachant véritablement l'usage que nous en ferions, nous avons pris un option qui pourrait bien changer la vie de nombreux voyageurs. Connaissez-vous les sites de location de matériel de voyage ? Je ne m'y étais jamais vraiment intéressée jusqu'à ce voyage où j'ai utilisé les services de Noomady. Il s'agit d'une jeune start-up qui a bien compris qu'investir dans du matériel peut vite revenir cher. De plus, tous les ans de nouveaux produits sortent, rendant les plus anciens vite obsolètes. Leur concept : louer du matériel à l'unité (ou sous forme de package) pour la durée de votre séjour. En plus, rien de plus simple. Vous indiquez le matériel que vous souhaitez louer, vos dates de séjour et c'est tout. Après règlement de la commande, ils s'occupent de tout. Le colis vous est livré 2 jours avant le départ (ce qui vous laisse le temps de la prise en main). Vous partez avec le matériel et à votre retour, après l'avoir bien nettoyé, vous réutilisez le colis d'envoi pour le re-expédier. Tout est pré-oblitéré. Peut-on faire plus simple ? C'est ainsi que nous avons donc loué la Go-Pro Hero 10 et le Dome. Pas mal non ?


J’espère que tous ces bons plans vous donneront envie de découvrir Zanzibar.


Cet article relate la seconde partie de notre voyage en Tanzanie. En effet, retrouvez le début de nos aventures en terres africaines dans l'article ci-dessous :


Tanzanie : 1 semaine de rencontres en terres inconnues



 

Vos Retours



J'espère que cet article vous a plu. Si c'est le cas, n'hésitez pas à l'épingler sur Pinterest et à me laisser un commentaire. Je me ferai un plaisir de vous répondre.

137 vues10 commentaires

Posts récents

Voir tout