Laos : 15 jours à la découverte du royaume au "million d'éléphants"

Dernière mise à jour : 5 oct.




Longtemps secret, l'un des pays les plus captivants du Sud-Est asiatique s'ouvre durablement au tourisme. Meurtri par les sanglants conflits du dernier demi-siècle, oublié du développement, le Laos est resté en marge du reste de la planète. Désormais pacifié, renouant avec une croissance fragile, cette nation encore convalescente laisse entrevoir ses trésors au monde extérieur. Une révélation !

Des trésors culturels, bien sûr, de l'extraordinaire patrimoine des temples de Champassak à la paisible sérénité de ceux de Luang Prabang. Mais aussi de formidables trésors naturels : exubérance de la flore et de la faune, impressionnante puissance du Mékong, mystérieux envoûtement des montagnes du Laos ... Avec partout, en pointillé, comme pour donner un sens secret à ces paysages que l'on croirait éternels, les gestes immuables et le courage tranquille de ces "peuples du riz" dont certains ont su préserver leur identité et leur mode de vie depuis plus d'un millénaire. Peut-être est-ce là, finalement, le véritable et plus grand trésor caché sur les berges du grand fleuve, de la frontière chinoise au golfe de Thaïlande : une humanité vibrante, spontanée, touchante, pour qui la gentillesse et la générosité sont des réalités concrètes de la vie de tous les jours, comme un cadeau que l'on se fait. Bienvenue sur ces terres où le sourire est un art, où la beauté est une seconde nature !

Etes-vous prêts à découvrir les différentes capitales du Laos, à parcourir les temples de Champassak, à naviguer sur le fleuve Mékong, à vous promener dans la campagne laotienne, à vivre la cérémonie du Baci et aller à la rencontre des différentes ethnies locales ... ? Encore de bien belles découvertes à suivre sur cet article qui vous donnera inévitablement envie de partir au royaume du "million d'éléphants".

Je vous emmène vivre un voyage de 2 semaines au Laos (voyage réalisé en novembre 2008) à la découverte de ses merveilles.

Je vous explique tout sur l'organisation de ce séjour, mais également mes coups de cœur et les bons plans.



Sommaire


 

Notre itinéraire pour un voyage de 2 semaines au Laos



Comme il est toujours plus facile de se repérer à l'aide d'une carte, voici un aperçu de l'itinéraire que nous avons suivi pour ce voyage de 2 semaines au Laos.


Jour 0 - 1


Départ avec un vol de nuit à partir de Paris. Arrivée à Bankok dans la matinée.

Nous prenons un autocar pour rejoindre l'aéroport de Don Muang à Bangkok. En effet, un nouveau vol nous attend pour Ubon. Nous nous situons toujours en Thaïlande.

Nous reprenons à nouveau un bus en direction de Chongmek qui est le poste frontalier avec le Laos. Il nous faut remplir les formalités d'immigration (sortie de Thaïlande et entrée au Laos). Puis nous reprenons la route en direction de Paksé. ​​

Nuit à Paksé au Paksé Hotel

Anecdote Voyage :

Au poste frontière entre la Thaïlande et le Laos, les démarches administratives prennent un peu de temps. Nous patientons en observant les enfants jouer au foot. Soudain, une belle averse fait son apparition. Nous sommes en fin de mousson et les épisodes pluvieux peuvent être intenses. Peu habitués à cette météo capricieuse, nous nous mettons rapidement à l'abri alors que cela ne perturbe en rien les jeunes qui continuent de jouer au ballon. Et ils s'en donnent à cœur joie.



Jour 2


Après un bon petit déjeuner, nous nous dirigeons vers l'embarcadère fluvial où nous prenons un bateau local pour une descente au fil du Mékong jusqu'à la ville de Champassak.

Florissante pendant la période coloniale française, Champassak s'est endormie petit à petit et vaut surtout pour les ruines de Vat Phou situées à 8 km de la ville. Ce site est classé depuis mars 2002 au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO. Avant même la construction du Vat, ce site était considéré comme sacré par la population locale qui y pratiquait un culte animiste aux esprits des montagnes. Les ruines les plus anciennes de cet ancien sanctuaire khmer, dont le nom signifie « temple–montagne », remontent aux 5ème et 6ème siècles tandis que les deux bâtiments principaux sont contemporains d’Angkor. De très belles statues khmères subsistent. Une impression très forte se dégage de ces lieux chargés d’histoire.

Suite à cette très jolie visite, nous reprenons la route en direction des îles de Khong.

Nuit aux îles de Khong à Villa Muong Khong Hotel.

Anecdote Voyage :

A notre arrivée à l'embarcadère, il nous faut attendre l'arrivée du bac qui nous permettra de rejoindre l'autre rive. Aussi nous descendons de notre véhicule pour aller à la rencontre de la population. Immédiatement, tout un groupe d'enfants arrive en courant. Quel contact ! Ce n'est que sourires, curiosité, joie de vivre. Quel bonheur ! Nous nous amusons à les photographier et leur montrer le résultat sur l'écran de l'appareil photo. Des rires éclatent et les enfants en redemandent. Arrive notre bac et nous montons à bord. Nous sommes surpris de voir des enfants se déshabiller et monter sur le bateau. Mais nous comprenons rapidement pourquoi. Alors que le bac se met en mouvement, la rampe reste en position basse et crée des remous dans l'eau. Les enfants se positionnent sur cette rampe et plongent dans les tourbillons. Ils s'en donnent à cœur joie et multiplient leurs allers/retours sur le bateau et dans l'eau. Finalement, les plaisirs d'enfants sont si simples.



Jour 3


Après un bon petit déjeuner, nous prenons un bateau pour une excursion à travers la région des 4000 îles. Le fleuve a envahi la plaine, et fait apparaître de nombreux îlots. Nous poursuivons jusqu’à l'île de Khone située à l’extrême sud du pays dans un cadre naturel verdoyant.

Visite de l’île aux vestiges coloniaux très présents et des chutes de Li Phi, que nous atteignons après une petite marche d’1h (A/R) au milieu des bambouseraies.

Puis nous reprenons la route jusqu’aux chutes de Phapheng, le « Niagara du Mékong » à la frontière cambodgienne.

Retour à Khong par la route pour finir cette belle journée. Nous profitons de cette fin de journée pour nous balader à pied sur l'île et profiter de ses charmes.

Nuit aux îles de Khong à Villa Muong Khong Hotel.


Anecdote Voyage :

Notre balade sur l'île de Khone est l'occasion de passer par des villages authentiques et d'aller à la rencontre de leurs habitants. Ici encore, de nombreux enfants tous plus mignons les uns que les autres. Ils n'hésitent pas à nous prendre la main pour faire un bout de chemin avec eux. Certains jouent avec ce qu'ils ont à disposition : une brindille, un cercle en métal, des cailloux. Nous poursuivons notre promenade et arrivons à un petit pont qui nous permet de traverser la rivière. Au début du pont, se tient une vieille dame en train de préparer sa pâte de bétel pour son usage quotidien. Dans l'eau, un buffle prend son bain. Des scènes de vie que l'on aime tant découvrir.



Jour 4


Tôt le matin, nous prenons le départ par la route jusqu’à Pakse (environ 3h), direction l'aéroport. Nous nous rendons dans le nord du pays, à Vientiane.

Une fois arrivés à Vientiane, nous partons immédiatement visiter la ville. Nous découvrons notamment :

  • Vat Si Saket : bâti en 1818 par le Roi Anouvong (Chao Anou). C’est le seul temple de Vientiane à avoir été épargné par le raid siamois de 1828 et, par conséquent, le plus ancien. Le Roi Anouvong étant plus ou moins inféodé au Siam, le vat a été construit dans le style ancien de Bangkok. C’est probablement pour cette raison que les Siamois ne l’ont pas détruit lorsqu’ils sont venus réprimer la rébellion. Malgré cette influence siamoise, le Vat Si Saket présente une architecture unique en son genre. Les murs internes du cloître sont criblés de petites niches garnies de plus de 2.000 bouddhas en argent et en céramique.

  • Vat Phra Kheow : dans le thanon Setthathirat, il est devenu un musée. Il fut construit en 1565 par le Roi Setthathirat pour le Phra Keo, le bouddha dit d’émeraude dont les siamois s’étaient emparés en 1778. Construit dans le style de Vientiane, il est posé sur un soubassement élevé et est entouré d’une galerie et d’une salle hypostyle. Il y a six portails à chaque fronton. La décoration en laque rouge et noire des portes de la façade de devant a disparu, mais celle de la façade de derrière est restée intacte.

  • Et, sous forme d’un tour d’orientation : le Pha That Luang : il a été érigé en 1566 par le roi Setthathirat sur un stupa plus ancien. D’après la légende, le roi Ashoka, grand promoteur du Bouddhisme en Inde, a envoyé une relique du Bouddha historique Sakyamuni pour laquelle on construisit un stupa au IIIème siècle. Les Khmers y auraient érigé un stupa aux XIe et XIIe siècles. On peut voir une maquette de la première construction du IIIe siècle derrière le that. On a retrouvé l’original lors de la restauration du stupa. Le That Luang, à la fois sanctuaire national et emblème de la ville, est un grand stupa doré reposant sur trois terrasses carrées.

​Nuit à Vientiane au Green Park Hotel.


Anecdote Voyage :

En arrivant devant le Pha That Luang, temple emblématique de Vientiane, nous sommes surpris de voir des personnes marchant difficilement agiter une cage en bambou dans notre direction. Il s'avère que ces personnes handicapées ont développé un petit commerce qui consiste, en échange d'un billet, à faire un vœu et à libérer un oiseau qui doit s'envoler dans le ciel. Sauf qu'après avoir observé des touristes ayant accepté ce deal, il s'avère que le pauvre oiseau est totalement dans l'incapacité de s'envoler, ayant eu les ailes coupées. Le marchand le récupère donc aisément et propose l'affaire à de nouveaux touristes. Personnellement, en plus de la maltraitance animale, je ne cautionne pas ce genre de pratique qui favorise la mendicité et l'arnaque.



Jour 5


Ce matin, nous partons en minibus pour Vang Vieng. Il faut bien compter 3 heures de route.

En chemin, nous faisons des haltes et visitons des marchés locaux. C'est toujours un plaisir de découvrir ces lieux qui nous permettent de nous plonger dans la vie locale et découvrir de nouvelles odeurs, des étals colorés chargés de fruits et légumes qu'on ne soupçonne pas ...

Arrivés à Vang Vieng, nous consacrons notre après-midi à la descente en pirogue de la rivière Nam Song, au milieu d’un très beau paysage de roches karstiques rappelant la baie d’Halong terrestre au Vietnam.

Nuit à Vang Vieng au Elephant Crossing Hotel.

Anecdote Voyage :

La descente en pirogue est un bon moyen d'approcher les habitants et de découvrir une autre facette de cette campagne laotienne. Nous y observons la vie se dérouler sur ses rives. Cela est possible dans les endroits calmes. Or Vang Vieng est devenu un repère pour touristes en mal de sensations, d'alcool et de fête. Partout sur les rives, ont été construites des cabanes sur pilotis pour touristes bohèmes. Ils viennent s'y poser, détendus dans leur hamac, une bouteille de bière à la main et la musique à fond. Déjà nous avons perdu la quiétude du début de la balade. Puis, nous arrivons à un espace où de nombreux jeunes se retrouvent pour descendre la rivière à bord d'énormes bouées. Des immenses toboggans ont également été installés pour leur plus grand bonheur. Le bruit est assourdissant. Vivement la fin de la balade qui ne s'est pas révélée aussi agréable que prévue.



Jour 6


Ce matin, nous avons prévu de visiter les alentours de Vang Vieng, et plus précisément les grottes qui se trouvent dans le coin. Quelques marches à grimper mais l'ascension vaut vraiment le détour, que ce soit pour la grotte en elle-même ou pour le paysage qu'on découvre d'en haut ...

Puis nous prenons la route pour Louang Prabang. Le trajet sinueux permet d’admirer des paysages magnifiques de montagne.

Après quelques péripéties (cf anecdote voyage), nous arrivons enfin à Louang Prabang l’ancienne capitale royale, classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

Nuit à Louang Prabang au Phousi Hotel.


Anecdote Voyage :

Qui dit montagne, dit virage. Eh oui, ça va souvent de paire. Les paysages peuvent être magnifiques, comme c'est le cas au Laos, mais les infrastructures ne sont pas vraiment adaptées à la circulation de gros véhicules. Vous sentez le problème arriver ? En plein virage, alors qu'il n'y a aucune visibilité, un camion, roulant face à nous et occupant toute la chaussée, est venu en collision avec notre bus. Poussé par la force du camion, notre chauffeur a eu le bon réflexe et a réussi à nous arrêter à moins d'un mètre du précipice. Bah oui, nous étions forcément du mauvais côté de la route, et sans parapet de sécurité. Une fois à l'arrêt et en sécurité, nous descendons pour constater l'étendue des dégâts. En plus du choc et du danger encouru si notre chauffeur n'avait pas eu le bon réflexe, nous remarquons que tout le côté du bus a été découpé par le rétroviseur du camion. Ouvert comme une boite de conserve. Bien sur, exactement aux places où nous étions. Une telle mésaventure nous refroidit immédiatement.



Jour 7


La journée est consacrée à la visite de la ville de Louang Prabang, installée sur la rive gauche du Mékong, avec notamment :

  • Vat Xieng Thong ou Pagode Royale : il a été fondé par le roi Setthathirat en 1560. Son nom signifie : le monastère de la ville du Thong. Il est situé au confluent de la Nam Kane et du Mékong. Une belle vue s’offre à nous du pavillon où le roi assistait jadis aux courses de pirogues sur le Nam Kane.


  • Vat Mai : qui signifie "nouveau monastère", était la résidence du plus haut dignitaire de l’Église bouddhique laotienne avant qu’elle soit transférée dans la nouvelle capitale, Vientiane, en 1975. Le monastère fut construit sur l’emplacement du Vat Si Phoum. Il reste trois stupas de cette époque. Le vihara est construit dans le style de Louang Prabang, avec cinq étages de toiture. Les riches ornementations des portes et des piliers représentent des épisodes du Ramayana et des Jatakas, ainsi que des scènes villageoises.

  • Vat Visoun : construit en 1512 par le roi Visun Harath, a renfermé le Bouddha Phra Bang de 1513 à 1560. Construit en bois, il brûla entièrement en 1898. Les anciennes fenêtres-balustres en bois furent imitées avec de la pierre. L’imitation en pierre d’éléments d’architecture en bois, courante chez les Chams et les Khmers, est très rare chez les Laotiens.


  • Vat Aham : situé juste à côté du Vat Visoun, il est encadré de deux grands banyans.

​En fin d’après-midi, nous montons sur le mont Phousi pour y admirer le coucher du soleil. En redescendant, nous partons à la découverte du Marché de nuit Hmong. Ce sont les produits de l’art Hmong qui dominent mais on y trouve également de l’artisanat traditionnel lao. (Tous les jours dans la rue principale de 17h à 22h)

Nuit à Louang Prabang au Phousi Hotel.


Anecdote Voyage :

Après l'ascension du Mont Phousi où nous contemplons un joli coucher de soleil sur la vallée, nous redescendons sur la rue principale. Tous les jours, à la nuit tombée, à la lumière des lanternes suspendues, un marché traditionnel lao se met en place. Des stands sont montés et proposent de nombreuses spécialités artisanales du pays. On y trouve de très jolis tissus qui servent majoritairement à l'élaboration de leurs beaux vêtements colorés, mais aussi des tissages, de l'encens, des objets en bois, des jouets. C'est l'endroit idéal pour faire le plein de souvenirs.



Jour 8


Ce matin, le réveil est très matinal. Il ne fait pas encore jour quand nous quittons notre chambre d'hôtel et nous dirigeons vers la rue principale de la ville. C'est ici qu'a lieu, à l'aube, la procession des bonzes. Les habitants se rassemblent et attendent à genoux les centaines de bonzes qui sortent de leur temple en cortège, pour aller chercher leur nourriture quotidienne. Il est très intéressant d'observer ce rite bouddhique.Après un retour à l'hôtel pour prendre notre petit déjeuner, nous attaquons la visite du Palais Royal aujourd’hui transformé en Musée National.

Nous prenons la route pour la cascade de Khouang Sy. La route est bordée de villages et de champs de riz. C'est au pied de la cascade que nous faisons notre pause déjeuner. Le lieu est vraiment charmant et fréquenté par les habitants de la ville. Des petites cabanes sont aménagées pour permettre aux gens de se changer avant une petite baignade dans les eaux limpides de la cascade, qui s’éparpillent dans de nombreuses vasques.

Sur le retour pour Louang Prabang, nous faisons une halte à l’orphelinat SOS Children. Des moments d'échange toujours aussi intenses.

Nuit à Louang Prabang au Phousi Hotel.


Anecdote Voyage :

Se réveiller alors qu'il fait encore nuit, sauter directement dans les premiers habits disponibles et se précipiter dans la rue, tels sont nos premiers gestes ce matin. Et pour cause, nous ne voulons pas rater un moment que nous attendons impatiemment depuis que nous sommes à Luang Prabang : la procession des bonzes. Ils ont avec eux de petits paniers en osier et sont apprêtés comme pour un jour de fête. Autour de leurs poignets, des fils de coton blanc symbolisent leur croyance. Les premières lueurs du jour commencent à apparaître et une légère ferveur monte. Les villageois se mettent à genoux face à la route et tiennent entre leurs mains le dit panier en osier. Au loin, on voit arriver, tel un ruban orange, une centaine de bonzes se déplaçant en file indienne. Munis d'un récipient en métal, ils viennent recevoir leur repas du jour. En effet, les villageois se doivent de nourrir les moines et pour cela réalisent des offrandes. C'est principalement du riz qui est offert, mais il peut y avoir de la viande, des fruits ou même des gâteaux. Les moines ne réalisent qu'un seul repas par jour, toujours issu des dons des fidèles. Assister à un tel rite bouddhiste est un moment privilégié. En tant que touriste, il convient de rester à distance raisonnable pour ne pas les déranger. On voit trop souvent des badauds se mettre en plein milieu pour avoir LA photo la plus belle. Un peu de respect !



Jour 9


Aujourd'hui, nous allons faire beaucoup de route. Après un petit déjeuner copieux, nous prenons la direction de Luang Namtha, vers le Nord.

Nous agrémentons notre trajet d'une visite des grottes de Pak Ou, très beau site naturel qui abrite quelques centaines de statues de Bouddha.

En bordure de route, c'est aussi l'endroit idéal pour faire des découvertes très locales. Ainsi on y découvre des paysans en train de récolter du riz. Promis, cela fera l'objet d'un article spécifique. Tellement de choses à partager sur cette culture.

Après quelques mésaventures, nous arrivons de nuit à Luang Namtha.

Nuit à Luang Namtha à l'écolodge The Boat Landing (2*, bungalows en bois bien aménagés, avec salle d’eau (eau chaude) et WC privatifs - joli jardin au bord de la rivière) situé à 8 km de la ville au bord de la rivière Nam Tha.


Anecdote Voyage :

Nous sommes à la fin de la mousson. Nous nous prenons quelques belles ondées sur la tête, le niveau d'eau du Mekong est élevé, des champs sont inondés ... En cette fin d'après-midi, sur la route nous menant à Luang Namtha, nous sommes arrêtés derrière toute une file de véhicules sans visibilité sur le point de blocage en amont. Nous descendons du bus et allons voir tout ça. Devant nous, la montagne s'est effondrée sous le poids de la terre gorgée d'eau. La route a complètement disparu laissant la place à un monticule de terre et de boue. Déjà, une chaine de solidarité se met en place. Les villageois habitant plus haut dans la montagne sont sur les lieux et commencent à dégager la route avec les moyens du bord. Munis de morceaux de bois et de cordes, ils repoussent la terre dans le ravin. D'autres aident les conducteurs de 2 roues à transporter les motos de l'autre côté. Le travail de dégagement est laborieux. Tous les volontaires se mettent en ordre de bataille pour prêter main forte. Malgré cette énergie, la nuit tombe rapidement et les travaux doivent s'interrompre. Les heures passent et nous sommes toujours bloqués en pleine montagne. Pour combien de temps ? Vers 23h, nous apercevons de fortes lumières qui viennent du bas de la route. Il s'agit d'une pelleteuse qui vient à notre rescousse. Dès qu'elle se met en manœuvre, ce sont des tonnes de terre qui sont déplacées dans le bas de la montagne. Une fois la route dégagée, il faut encore sécuriser la montagne pour qu'elle ne s'effondre pas à nouveau. Tout cela prend plusieurs heures. Nous patientons soit dans notre véhicule soit en compagnie des habitants. Malgré les difficultés, il demeure une bonne ambiance, un sourire toujours présent sur le visage des locaux. Ce n'est qu'en milieu de nuit que nous pouvons reprendre la route, sur un terrain très défoncé où nous manquons de nous embourber à chaque tour de roue. Quelques heures de route sont encore nécessaires avant de rejoindre notre logement pour la nuit, nuit bien courte, il faut l'avouer !



Jour 10


Ce matin, nous empruntons un songthaew (sorte de pick-up) pour découvrir les villages environnants de différentes ethnies. Quel bonheur de se promener à pied dans ces villages et d'aller à la rencontre de leurs habitants ! On retrouve notamment les ethnies Hmong, Tai-Dam, Khmu, Lanten ... De bien jolis échanges.

Puis de retour à Luang Namtha, nous faisons une visite rapide de la ville.

Nuit à Luang Namtha à l'écolodge The Boat Landing


Anecdote Voyage :

Pour atteindre ces villages d'ethnies locales, il faut s'enfoncer dans la campagne, s'éloigner des routes et emprunter des chemins de traverse. C'est aussi ça qui fait le charme de ces découvertes hors de sentiers battus. C'est ainsi que pour nous rendre au village Akha, nous n'avons d'autre moyen que de passer sur un pont suspendu qui enjambe la rivière. C'est un peu le début de l'aventure. Arrivés sur l'autre rive, nous découvrons de petites maisons en bambou construites sur pilotis. Des enfants arrivent en courant nous souhaiter la bienvenue. Les adultes se tiennent en retrait, tout en restant attentifs à leurs chères têtes brunes (oui, ok, c'était facile). Il faut dire qu'ils n'ont pas l'habitude que des touristes viennent dans leur village. Au fur et à mesure que le contact se fait, ils viennent plus à notre rencontre et des échanges peuvent avoir lieu. Ils nous font visiter leur village et nous expliquent leur mode de vie. Des animaux, tels que des poules, des cochons, des chiens se promènent en toute liberté dans le village. Nous sommes surpris de voir beaucoup de chiots et peu de chiens adultes. Attention, âme sensible s'abstenir. Il s'avère que les chiens sont élevés comme des animaux de la ferme et les petits serviront de repas. Comme pour les lapins chez nous. Ces rencontres sont si riches d'échanges et d'apprentissage que je ne m'en lasse pas. Cela m'a même donné un autre regard sur les voyages, que je veux désormais authentiques.



Jour 11


Qu'est-ce que j'aime démarrer la journée avec un bon petit déjeuner ! Il n'y a rien de mieux pour être en forme et plein d'énergie. ​Sur ce, nous prenons le départ en minibus vers Pakbeng.

L'objectif du jour est de visiter d'autres villages de minorités qui bordent la route et d'aller à la rencontre de leurs habitants. Un article de ce blog sera dédié à ces rencontres si riches et émouvantes. Je ne veux pas tout vous dévoiler ici mais c'est ce qui aura fait de ce voyage un de mes gros coups de cœur.

Nous arrivons à Pakbeng en milieu d’après-midi et profitons de ce temps libre pour une découverte du bourg qui s’étend le long de la rue principale au bord de la rivière Beng.

Installation à l’hôtel dont toutes les chambres, dotées d’un balcon-terrasse, offrent une vue magnifique sur le Mékong. Nuit à Pakbeng à l'hôtel Pakbeng Lodge.


Anecdote Voyage :

Quand on parcourt ces villages, on est vite immergé dans la culture locale et c'est ce que j'apprécie avant tout quand je fais un voyage. On découvre ainsi très vite le mode de vie des locaux et surtout leur artisanat. Pendant ces visites, on a donc pu observer différentes scènes de vie :

  • un forgeron en train de travailler une lame en métal pour le labour des champs

  • des hommes en train de faire de la vannerie en tressant des lamelles de bambou

  • un dentiste en train de soigner un patient à l'aide d'une roulette à pédale

  • une femme en train de faire de la pâte à papier avec de l'eau de riz

  • des enfants en train de moudre du mais pour en faire de la farine

  • une femme en train d'éventer le riz pour le nettoyer de son écorce et ne conserver que le grain

  • une autre femme en train de filer le coton et préparer les fuseaux pour le tissage

  • des hommes en train de tailler du bois ou faire de fines lamelles de bambou pour la vannerie ...

Autant de découvertes d'une vie simple et artisanale qui ne peut que nous sensibiliser sur le contraste entre nos différents modes de vie.



Jour 12


Ce matin, nous partons en tuk-tuk jusqu’à un beau village khamu en lisière de forêt. De nouvelles rencontres toujours riches d'émotions et d'enseignement.

Puis nous revenons à Pakbeng pour embarquer à bord d’un très beau bateau de croisière de style traditionnel le « LOUANG PRABANG 2 ». Nous descendons le Mékong pendant environ 1h15 jusqu’au débarcadère de Tha Souang qui donne accès à la Forêt de l’Eléphant Blanc.

Une fois arrivés à Tha Souang, c’est à bord de taxis de brousse et après 1H30 de piste que nous atteignons Hongsa en fin de matinée.

L’après-midi, nous réalisons une promenade à dos d’éléphants (environ 2h30). Nous traversons une forêt, de nombreux cours d’eau… Par une trouée dans laquelle les éléphants s’engouffrent, nous retrouvons ces paysages devenus familiers de champs de riz. Nous traversons également des villages traditionnels, avant de retrouver Hongsa.

Puis, nous partons visiter un beau village de tisserands Lu où les femmes tissent parmi les plus beaux tissus du Laos.

Pour clôturer cette journée, nous assistons à une cérémonie du Baci (rituel animiste d’accueil très pratiqué au nord du Laos) en compagnie des anciens du village et de l’orchestre. Le "BACI", cérémonie traditionnelle lao par excellence, marque tous les moments heureux de la vie : mariage, départ et retour de voyage, promotion, naissance, entrée en retraite dans une pagode, succès à un examen, rétablissement après une maladie, arrivée d’un ami, etc.

Nuit à Hongsa au Elephant Lodge 2** .


Anecdote Voyage :

Pour rejoindre le village de Hongsa, nous prenons un taxi brousse. Ici, pas de route goudronnée mais des pistes de terre en pleine montagne. Comble de malchance, la pluie de ces derniers jours a rendu la piste très boueuse. Ce qui devait arriver arriva, notre pick-up s'enlise. Impossible de progresser. Nous descendons du véhicule et prêtons main forte au chauffeur en poussant le véhicule. Du moins, on essaie avec nos bras de femmelette. Après de nombreux efforts, nous arrivons quand même à dégager le véhicule et pouvons remonter à bord pour la poursuite du trajet. Une fois installés à l'arrière, nous avons de désagréables sensations sur les jambes. En remontant nos bas de pantalon, nous constatons que nous sommes bouffés par des sangsues qui ont profité de notre moment dans la boue et les herbes mouillées pour s'agripper à nous. Aussi petites soient-elles, elles grimpent à vive allure sur nos jambes et aspirent bien notre sang. Fort heureusement, je suis toujours munie d'une trousse à pharmacie de secours. Et dans des mésaventures comme celle-ci, c'est plutôt pratique de pouvoir immédiatement désinfecter les plaies. Mais quand même, ça me répugne, ces bestioles !



Jour 13


Pour les lève-tôt que nous sommes, la journée commence par la visite du marché de Hongsa. C’est là que se retrouvent les membres des ethnies qui peuplent la région.

Après un retour au lodge pour notre petit-déjeuner, nous reprenons le taxi brousse en direction du Mékong où nous embarquons sur un bateau rapide (Speed Boat) pour remonter le Mékong jusqu’à Ban Khone Toeune.

En cours de route, nous nous arrêtons et visitons d'autres villages de minorités ethniques qui bordent le Mékong. A Ban Khone Toeune, nous reprenons la croisière sur notre bateau jusqu’à Ban Houey Xaï.

Nuit à Ban Houey Xaï au Sabaidi GuestHouse **.


Anecdote Voyage :

On pimente un peu notre séjour avec une remontée du Mékong en speed boat. C'est vrai que jusqu'à présent, nous n'avons pas vécu assez de mésaventures ... Toujours est-il que nous voulons vivre une nouvelle expérience. C'est donc à bord d'un de ces engins à vitesse que nous prenons place. Pour des raisons de sécurité, nous sommes invités à revêtir un gilet de sauvetage et un casque de moto. Si on le souhaite, on peut également s'équiper d'un casque anti-bruit parce qu'à l'arrière, c'est un sacré moteur qui va pousser le bateau. Celui-ci est alimenté, non pas par un réservoir d'essence mais par une bombonne de gaz. Donc première étape, faire le plein et passer acheter une bombonne pleine. Ça serait bête de tomber en rade en plein milieu du Mékong ! C'est bon, nous sommes prêts pour démarrer la balade. Vous avez dit tranquille ? Ah non pas vraiment. En cette période de fin de mousson, le niveau du fleuve est élevé et charrie de nombreux débris. Notre pilote de formule 1 doit tout anticiper et slalomer entre les troncs d'arbre qui flottent, les rochers qui affleurent à la surface, franchir les remous engendrés par les autres bateaux ... Un autre speed boat est en difficulté. Il est arrêté en plein milieu du fleuve et ne peut plus redémarrer. Il a perdu son hélice. Fort heureusement, notre pilote en a une de secours. A croire que c'est monnaie courante. Il peut donc dépanner l'autre bateau. Ouf, les voilà sauvés ! Cette balade nous a fait vivre des moments bien intenses. Amateur de sensations fortes, c'est pour vous !



Jour 14-15


Dernier jour de notre voyage au Laos. Ce matin, nous partons une dernière fois à la découverte de villages de minorités ethniques (notamment les Hmongs) établis dans les collines environnantes. On se prête même au jeu de revêtir les costumes traditionnels de cette ethnie. Un joli moment d'échange et de partage.

L'heure du départ a sonné. Nous rejoignons Ban Houey Xay en milieu de matinée pour un transfert au poste d’immigration. Ça sent bien la fin de notre séjour.

Puis nous traversons le Mékong en pirogue et arrivons en Thaïlande à Chiang Khong, à la frontière thaïlando-laotienne avec passage du poste frontière. Sur le territoire thaïlandais, nous reprenons la route pour Chiang Rai (environ 2h de route à travers des paysages de campagne) en direction de l’aéroport. Puis s'ensuivent les vols Chiang Rai -> Bangkok et enfin Bangkok -> Paris avec une arrivée le lendemain en matinée.


 

Notre Avis sur ce voyage


  • Programme

Nous avons pu apprécier les temples bouddhistes si différents les uns des autres avec pour certains de magnifiques statues, d'autres des fresques murales ; découvrir une campagne authentique avec des paysages de toute beauté ; aller à la rencontre d'ethnies locales qui m'ont profondément émue. J'avoue que ce voyage restera à jamais gravé dans ma mémoire et dans mon cœur grâce au sourire de ces personnes croisées, à leur gentillesse et leur hospitalité, la simplicité des échanges que nous avons eu et leur beauté, tout simplement.

  • Sites historiques

Bien sur il y a des sites historiques, et notamment religieux au Laos (je pense à Champassak qui offre de magnifiques ruines khmères), mais ce n'est pas vraiment ce que je retiendrai de ce voyage, comme indiqué précédemment. Si c'est ce qui vous intéresse en voyage, je ne pense pas que ce soit la bonne destination. On s'oriente vers le Laos, pour ses paysages mais avant tout pour son authenticité et ses ethnies locales.

  • Villes

Pour ce qui est des villes, j'ai eu un gros coup de cœur pour Luang Prabang qui possède de très jolis temples, une campagne environnante très agréable et surtout pour un moment de vie que nous avons pu contempler au petit matin : la procession des bonzes. Là encore, c'est bien la culture de ce pays et la rencontre avec ses habitants qui nous procurent des moments forts en émotion.

  • Routes

Comme vous avez pu le constater dans certaines anecdotes voyage plus haut (et encore, j'en ai passées sous silence), nous avons vécu quelques mésaventures et notamment en raison de l'état des routes, surtout en période de mousson. Le Laos est un pays très montagneux où la conduite peut être difficile et d'autant plus quand il s'agit de pistes. Pour ces différentes raisons, je ne recommande pas la location de voiture dans ce pays. Par contre, je sais qu'il est très facile de louer des motos pour effectuer de courts trajets.


 

Infos Pratiques pour organiser un voyage au Laos


  • Météo

La couleur du ciel au Laos est typique des climats tropicaux : une saison "fraîche" de novembre à février (entre 20 et 30°C), une saison chaude et sèche de mars à juin (couramment jusqu'à 35°C, mais avec des pointes jusqu'à plus de 40°C en avril, le mois le plus chaud de l'année), une saison des pluies (chaude et étouffante) de juin à octobre (30°C au minimum), après quoi le ciel s'assèche et la température décroît lentement pour reprendre le cycle de "l'hiver".

Le Laos se distingue par ses nombreuses zones montagneuses : pendant les mois d'hiver, les températures peuvent fortement y décroître, en deçà de 20°C. Les précipitations peuvent être très abondantes en période de "mousson", mais, même à cette période, il ne pleut en général que quelques heures par jour, et rarement le matin. La meilleure saison pour visiter le Laos est la fin de l'hiver, à partir de février/mars.

  • Visa

Les ressortissants français ont besoin d'un visa pour se rendre au Laos. Il existe 3 façons d'obtenir un visa :

  • Visa avant le départ : auprès de l'ambassade laotienne, un formulaire sera à remplir (disponible sur le site de l'ambassade). Il faut se munir de son passeport et d'une photo d'identité. Prix : 35€

  • Visa à l'arrivée : aux frontières terrestres ou aéroports internationaux. C'est un visa on arrival, plus rapide et mois cher qu'en passant par l'ambassade. Prix : 30 $ +1$ si vous n'avez pas de photo d'identité.

  • Visa électronique : disponible sur le site gouvernemental, un questionnaire est à renseigner. Prix : 45$. Délai de 3 jours pour l'obtention. Valable 60 jours à compter de la réception de la lettre d'approbation, pour une durée de validité sur place de 30 jours.

Passeport : il doit impérativement être valable plus de six mois après la date de votre retour. Conseil utile : avant votre départ, scanner vos documents (passeports, attestation sécu, billets d'avion, vouchers …) et envoyez-les sur votre e-mail. En cas de problème (perte, vol…), vous pourrez les imprimer de n’importe quel cybercafé dans le monde.

  • Santé

Pas de vaccinations obligatoires pour entrer au Laos. Néanmoins, il est très vivement conseillé d'être vacciné contre le tétanos, la dyphtérie, la poliomyélite, la Typhoïde, la tuberculose. Avant de partir en vacances, pensez à vous faire vacciner contre le risque le plus grave qui touche les voyageurs après le paludisme, l'hépatite A. Le vaccin contre l'hépatite A est efficace et toléré, disponible pour l'adulte ainsi que pour l'enfant. Deux doses vous protègent pendant 10 ans. Pas de fièvre jaune, qui n'existe nulle part en Asie. En zone impaludée, il est indispensable de suivre un traitement contre le paludisme. Commencez le traitement la veille du départ, continuez durant le séjour et seulement 7 jours après le retour. La menace de malaria, toutefois, reste relativement faible dans les zones urbaines.

Ne jamais consommer d'eau du robinet, même sous forme de glaçons (uniquement eau stérilisée ou en bouteilles capsulées). La nourriture ne pose en principe pas de problème. En cas de doute, par exemple dans les petits restaurants improvisés en bord de trottoir, éviter les crudités et se rabattre sur des soupes, des nouilles ou des aliments cuits. Prévoyez un anti-acide en cas de brûlures d'estomac.

Il est également prudent de consulter son dentiste avant de partir afin d'anticiper un éventuel problème sur place. En cas de voyage prolongé en pleine nature, où l'on s'expose davantage aux agressions, on veillera à se procurer une solide pharmacie. Dans tous les cas, ne pas trop compter sur les infrastructures sanitaires locales, souvent rudimentaires dans les villes et quasiment inexistantes dans les zones rurales.


  • Courant électrique

Courant alternatif 220 volts. Les prises de courant sont en principe compatibles avec nos appareils électriques, mais nous vous conseillons de vous munir d'un adaptateur par précaution. Dans les endroits reculés du Laos, l'électricité n'est disponible que quelques heures par jour, en général de 18 à 23h00.

Vous êtes souvent munis de plusieurs appareils électroniques qu'il vous faut recharger simultanément ? Si vous n'avez pas plusieurs prises à disposition, je vous conseille dans tous les cas de vous munir d'une multiprise. Cela vous fera gagner du temps en chargement, et vous n'aurez pas à surveiller l'avancement de la charge pour positionner un nouvel appareil.

  • Décalage horaire

GMT : + 7h Lorsqu'il est midi à Paris, il est 18h00 à Vientiane en hiver, et 17h00 en été. Le Laos a la même heure que le Cambodge, le Vietnam ainsi que la Thaïlande. En complément du décalage horaire, je recherche très souvent à connaître les heures de lever et coucher de soleil. En effet, il y a des lieux qui sont merveilleux à ces heures bien précises. Sur le site Sunrise-and-Sunset.com vous pourrez trouver toutes les informations nécessaires, en fonction du lieu et de la date souhaitée. C'est super pratique !

  • Monnaie

La monnaie laotienne est le Kip (K). Cependant le bath thaïlandais et le dollar américain sont des monnaies fréquentes au Laos. On trouve des distributeurs d'argent dans les grandes villes et ils acceptent les CB Visa et MasterCard. Les cartes de paiements sont acceptées dans les grands hôtels et dans les magasins de luxe... C'est pourquoi, nous vous recommandons de faire une réserve d'argent liquide avant de quitter la capitale laotienne. Pour suivre l'évolution du taux de change, je vous invite à consulter le site XE.com.

Pour les règlements par CB, suivant votre banque, vous aurez ou non des frais bancaires. Pour ma part, j'ai opté pour une carte Ultim chez Boursorama Banque. Elle me permet de faire des paiements et des retraits totalement gratuits. Les frais de carte sont également gratuits à condition de faire un paiement par mois (sans minimum d'achat). C'est le top! Si vous souhaitez un parrainage, n'hésitez pas à me contacter.

  • Téléphone

Pour communiquer au Laos, il y a plusieurs solutions. Vous disposez d'un forfait comprenant le Laos comme état émetteur d'appel ou de données, dans ces cas là, c'est super ! Sinon, vous pouvez demander une extension de forfait auprès de votre opérateur téléphonique. Suivant l'opérateur, cela peut être plus ou moins intéressant. Gare aux dépassements de forfait qui peuvent vite coûter cher! Vous pouvez également acheter sur place une carte SIM pré-payée pour un certain volume de données. Vous pourrez ainsi appeler, envoyer des SMS. Attention, il faut avoir un portable débloqué. Bien vérifier que votre portable fonctionne avec la carte SIM locale car ce n’est absolument pas garanti, surtout avec les smartphones dernière génération...

Le mieux est d’apporter un vieux portable en plus, par sécurité. Ensuite, achetez un crédit entre 1 et 10$. Dans la pratique, il est assez facile d’appeler en France avec ce système (on s’y reprend parfois quand même à plusieurs fois) et d’être joint dans l’autre sens. Vous trouverez ces cartes pré-payées dans les supérettes, gares routières, en ville. On peut aussi utiliser le wifi des hôtels qui est souvent gratuit dans les zones communes et donc vous reviendra moins cher, grâce à l'utilisation d'applications telles que Skype, Line, Viber ...

  • Code vestimentaire

On s'habillera très léger, vêtements de coton par exemple, avec un chapeau pour se protéger des attaques du soleil (plus les habituelles crèmes protectrices), des lunettes de soleil éventuellement et une solide paire de chaussures de marche. Éviter de préférence shorts, débardeurs, minijupes et vêtements trop ajourés, qui pourraient choquer le sens de la pudeur local, très réel. Dans le même registre, les adeptes de la baignade sur le bord des rivières au Laos s'interdiront absolument le monikini, qui choquerait beaucoup.

Le parapluie est un plus en période humide, et un vêtement chaud, sweat-shirt ou pull, n'est pas inutile pour les nuits laotiennes en altitude. Des plaquettes anti-moustiques ou des "tortillons" à brûler peuvent s'avérer pratiques pour passer ses nuits tranquille. Enfin, une lampe torche est un bon accessoire pour se prémunir du noir complet pendant les coupures de courant.


 

Vos Retours sur cet article



J'espère que cet article vous a plu. Si c'est le cas, n'hésitez pas à l'épingler sur Pinterest et à me laisser un commentaire. Je me ferai un plaisir de vous répondre.



48 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout