Myanmar : 16 jours à la découverte du pays au mille pagodes

Dernière mise à jour : 5 juil. 2021



Jadis l'une des civilisations les plus flamboyantes d'Asie, le Myanmar est un pays mystérieux qui a toutes les raisons de fasciner le voyageur. Pour l'heure, le Myanmar, qui a depuis longtemps été préservé, pour le meilleur comme pour le pire, des influences extérieures, a conservé un mode de vie très traditionnel. Sa riche histoire, au cours de laquelle des souverains venus de diverses régions d'Asie ont rivalisé d'audace architecturale pour imposer leur capitale, leur pagode, leur idée de la civilisation, a doté le pays d'un des plus fascinants héritages culturels au monde. Et surtout, la gentillesse désintéressée des Birmans est sans égale et est à elle seule un trésor national.

Etes-vous prêts à découvrir les différentes capitales de l'empire birman, à parcourir les temples de Bagan, à naviguer sur le fleuve Irrawady, à réaliser un trek de 3 jours dans la campagne birmane et aller à la rencontre de ses habitants, à explorer le lac Inle ... ? Encore de bien belles découvertes à suivre sur cet article qui vous donnera inévitablement envie de partir au pays des mille pagodes.

Je vous emmène vivre un voyage de 2 semaines au Myanmar (voyage réalisé en janvier 2017) à la découverte de ses merveilles.

Je vous explique tout sur l'organisation de ce séjour, mais également mes coups de cœur, les bons plans et le budget à prévoir.



Sommaire


Notre itinéraire



Comme il est toujours plus facile de se repérer à l'aide d'une carte, voici un aperçu de l'itinéraire que nous avons suivi pour ce voyage de 2 semaines au Myanmar.




Jour 0 - 1


Départ avec un vol de nuit à partir de Paris. Arrivée à Mandalay dans la matinée. Mandalay est la deuxième ville du Myanmar, son "cœur culturel", et l'une des anciennes capitales royales.

Notre visite de Mandalay commence par la visite des pagodes et temples les plus importants de Mandalay :

  • La pagode Mahamuni, où l'on trouve l'une des statues de Bouddha les plus honorées du pays. Elle est entièrement recouverte de feuilles d'or.

  • La surprenante pagode Kuthodaw, souvent surnommée «plus grand livre du monde», pour sa collection de 729 plaques de marbre où sont inscrits les enseignements bouddhistes.

  • Le Monastère Shwenandaw, le "monastère d'or", construit entièrement en bois de teck et décoré avec de très beaux panneaux et de remarquables sculptures sur bois.

Puis, on part observer le coucher du soleil depuis la colline de Mandalay.

Nuit à Mandalay au Ayarwaddy River View Hotel.

Anecdote Voyage :

Dans la pagode Mahamuni, nous sommes tout de suite saisies par la ferveur des fidèles. Ici, est honorée une magnifique statue de Bouddha. Toutefois, seuls les hommes ont le droit de s'en approcher et d'y déposer des feuilles d'or en guise de donation. Des bonzes émettent des prières en continue et les hommes font la queue pour s'approcher du lieu saint. Mais où sont les femmes et les enfants? N'ont-ils pas le droit eux aussi d'exercer leur foi ? Bien sur que si. Pour cela, une salle permet aux fidèles de pratiquer leur prière tout en ayant une vue sur le dit-Bouddha. Des écrans sont même disposés de telle sorte que les fidèles les plus loin peuvent aussi apercevoir l'objet de leur dévotion. Côté esthétique, notre ami Bouddha subit les affres des fidèles : son corps est tout boursoufflé de ces feuilles d'or déposées en quantité ; seul son visage reste lisse et ferme.



Jour 2


Après un bon petit-déjeuner, nous réalisons une croisière sur l’Irrawaddy jusqu’à Mingun : endroit paisible où le temps semble avoir suspendu son cours, si ce n’est la présence des petits marchands qui nous suivent gentiment.

  • Visite de la grande Pagode inachevée du roi Bodawpaya, qui fut fendue par un tremblement de terre en 1838. A son sommet, vue magnifique sur la plaine et le fleuve.

  • Arrêt à la monumentale cloche en bronze réputée la plus grande du monde en état de fonctionnement.

  • Visite de l’élégante Pagode Hsinbyume, toute blanche, avec ses 7 niveaux de terrasses dentelées.

Retour par bateau à Mandalay (45 min environ) L’après midi, on repart pour la visite des anciennes capitales : Sagaing et Amarapura. — Tout d’abord, on se dirige vers les collines de Sagaing, centre d'enseignement de la foi bouddhiste birmane.

  • La "colline monastique» accueille 500 stupas et autant de monastères, qui abritent près de 6.000 moines. Le sommet de la colline offre une vue spectaculaire sur l'Irrawaddy et les collines environnantes.

  • Vue panoramique depuis la pagode U Soon Shin Ponni.

Puis nous faisons un arrêt à Amarapura qui est également une ancienne capitale royale du Myanmar.

  • Promenade sur le légendaire pont U Bein, en bois de teck, qui s'étend sur 1,2 km.

  • Après avoir traversé le pont, nous visitons la pagode Kyauktawgyi.

Il est important de prendre le temps de flâner aux abords de la pagode. On peut ainsi contempler plusieurs petits stupas disparaissant sous la végétation. Nuit à Mandalay au Ayarwaddy River View Hotel.


Anecdote Voyage :

Après avoir visité la pagode Hsinbyume, une petite faim se fait ressentir. Et ça tombe bien, une dame a installé son stand à cet endroit stratégique. Ah elle connait bien les touristes ! Toujours est-il qu'elle confectionne de petites crêpes fourrées aux œufs et au fromage. Hum, cela a l'air bien appétissant tout cela. Ni une ni deux, on commande chacune notre crêpe et pour boisson une noix de coco et son jus. Rien de plus simple, mais qu'est-ce que l'on s'est régalé ! Je vous recommande vivement de goûter à la street food, c'est local, pas cher et on y fait de très jolies découvertes gustatives.



Jour 3


Après un bon petit déjeuner, nous prenons le départ pour Monywa. Nous ne nous arrêtons pas et traversons la rivière Chindwin et continuons en pick-­up local (environ 1h) en direction des magnifiques grottes de Po Win Daung, qui abritent des centaines de Bouddhas sculptés à même la roche. On poursuit avec la découverte du dédale de temples troglodytes de Shwe Ba Taung.

Nuit à Monywa au Win Unity Hotel. Distance parcourue : 175km (+/- 3h)


Anecdote Voyage :

En route pour Monywa, nous traversons divers villages. Et sur le bord de la route, nous apercevons un attroupement. Il n'en faut pas plus pour aiguiser notre curiosité. Nous faisons donc halte et nous dirigeons vers ce lieu plein d'animation. La musique est diffusée par hauts parleurs, des personnes prennent le micro pour scander des messages, des tables sont installées avec de gros sacs plein d'objets, tissus, nourriture, billets de banque ... Notre guide nous informe qu'une fois par an se tient une loterie pour les bonzes. Ainsi chaque habitant/famille constitue un lot en offrande à un bonze. Pour une meilleure équité, chaque lot est étiqueté et mis en jeu où chaque bonze se voit attribuer un ticket au hasard. C'est ainsi que les bonzes attendent patiemment leur tour jusqu'à ce que leur numéro soit annoncé par haut-parleur et qu'il puisse récupérer son lot. C'est un vrai moment de fête pour toute la population.



Jour 4


On démarre la journée avec la visite d’un monastère d’enseignement du bouddhisme et la pagode Kaung Mudaw. Puis on s'attarde à visiter la pagode multicolore Thanboddhay et de son intérieur décoré de plus de 500.000 Bouddhas miniatures.

Lorsque l'on reprend la route en direction de Pakkoku, on passe devant 2 Bouddhas géants. Cette route est également l’occasion de découvrir une Birmanie à l’écart des routes touristiques. Découverte de villages et de leurs activités : fabriques de nouilles birmanes, de tissus, de bâton d’encens…

A notre arrivée à Pakkokku, nous partons découvrir une fabrique de cheeroot, le cigare Birmane. Ensuite, nous embarquons sur un bateau traditionnel privé pour une croisière sur l’Irrawady en direction de Bagan.


A l’approche de Bagan, première découverte de cet extraordinaire site archéologique avec ses 3000 temples et stupas de briques roses témoins de l’apogée de l’architecture bouddhique du Myanmar. Nous arrivons à Bagan au moment du coucher du soleil qui fait flamboyer de mille feux les pointes dorées des pagodes.


Nuit à Bagan au Artawkha.


Anecdote Voyage :

Parce qu'il faut varier les plaisirs, et faire de temps en temps des pauses dans les visites des temples et pagodes, nous allons aussi à la rencontre des locaux pour connaître leur mode de vie et trouver du contact humain. Donc halte dans un petit village. Immédiatement, nous apercevons un atelier de confection de bâtons d'encens. Une femme est assise à même le sol et confectionne ses bâtons. Grâce à un outil très simple, elle enrobe une tige de bois d'un mélange d'encens et d'huiles essentielles. Le geste est précis, rapide et sans défaut. Juste à côté, une autre dame tresse des panières et assiettes en bambou. Quelle dextérité ! Les échanges se font en toute simplicité et c'est un vrai régal. Nous sommes même invitées à déguster quelques amandes et fruits secs. En remerciement, nous leur achetons des bâtons d'encens et objets tressés. Non seulement ils sentent si bon, mais en plus on fait vivre le commerce local (cycle court) et moi, l'artisanat je suis fan! J'aime tout particulièrement ces moments où l'on est en contact avec les habitants. Ces découvertes hors des sentiers battus nous enrichissent et nous émeuvent au plus profond de nous.


Anecdote Voyage :

Autre anecdote de voyage ... Et oui, il y a des moments que je ne peux m'empêcher de partager avec vous tellement ils me sont chers ... Nous sommes toujours dans ce même village à déambuler dans les ruelles lorsque nous entendons de la musique et voyons passer devant nous un char tiré par des bœufs, le tout joliment décoré de pompons multicolores. A bord, un jeune homme habillé comme un prince. A sa suite, les mères de famille portent sur leur tête un vase en terre cuite rempli d'un joli bouquet de fleurs coupées. Puis viennent toutes les jeunes filles du village soigneusement apprêtées et maquillées, dans leurs plus beaux atours, qui défilent ombrelle à la main. Nous suivons ce cortège pour en connaître la raison. Nous arrivons jusqu'à une grande tente ronde où le jeune homme richement paré monte un magnifique cheval et reçoit les éloges de tout le village. Nous apprenons qu'il s'agit d'une cérémonie d'ordination que chaque jeune homme doit faire au moins une fois dans sa vie. En effet, dans la religion bouddhiste, chaque jeune homme doit se dévouer au culte de Bouddha pendant plusieurs années. Avant chaque entrée au monastère, la famille du jeune homme organise une fête et invite tout le village à célébrer ce moment de vie si important. Nous sommes invitées par les habitants à partager le repas organisé pour l'évènement. Quelque peu gênée de cette incursion dans leur vie, nous déclinons l'invitation mais sommes touchées de cette gentille et délicate attention. Sur le chemin retour vers notre véhicule, nous croisons à nouveau un char entièrement décoré sur lequel est installée une sono ainsi que deux jeunes filles lourdement fardées et habillées dansent au son de la musique. C'est du moins ce que nous pensons au premier abord. Si ce n'est qu'il s'agit de garçons prenant l'apparence de filles. En effet, pour ce type d'évènement, ce sont les hommes qui font l'animation. N'y voyons rien de malsain, ce sont leurs coutumes. Je trouve au contraire très intéressant, cette ouverture d'esprit.



Jour 5


La journée est entièrement consacrée à la découverte du site de Bagan.

Bagan est le site le plus étonnant du Myanmar sinon de toute l’Asie du Sud‐Est. Au bord de l’Irrawaddy, se dressent des milliers de stupas et de temples chargés d’histoire. En effet, de quelque côté que l’on regarde, on est entouré de ruines de toutes tailles, témoins de l’apogée de l’architecture bouddhique du Myanmar. Notre découverte du site débute par les temples :

  • Gubyaukgyi et ses peintures murales

  • Manuha

  • Nagayon

​Comme nous sommes à proximité du village de Myinkaba, nous visitons ses fabriques de Laque. Il s'agit d'ateliers familiaux où nous pouvons observer le processus de création des laques les plus admirées de la région. Des laques dont la fabrication a acquise, au fil des années, une renommée internationale. Toutes les étapes de fabrication sont présentées et nous ne pouvons que rester stupéfaits par l’habileté des artisans.

Lors de notre pause déjeuner, nous goûtons aux spécialités culinaires locales notamment le Pe Chaung, à base d’haricot vert et le fameux Pone Yay Gyi, pâte noire faite à partir de graines de soja. Ces deux spécialités sont très populaires chez les pèlerins locaux qui l’achètent à Bagan pour l’offrir en cadeau aux membres de leur famille.

Puis nous prenons un sentier qui nous mène au Patho Dhammayangyi et pour finir à la Paya Shwesandawet du haut de laquelle nous admirons le coucher du soleil sur la vallée.

Nuit à Bagan au Artawkha.


Anecdote Voyage :

Observer le coucher de soleil sur Bagan, du haut d'un temple est un incontournable. Mais encore faut-il trouver le bon. On nous avait recommandé la Paya Shwesandawet. C'est donc là que nous nous rendons en cette fin de journée. Il semblerait que ce lieu soit connu de tous. Ah la vue à 360° y est magnifique mais nous sommes loin d'être les seules en haut. Il nous faut nous faufiler pour en faire le tour, tellement il y a de monde. Et pas la peine d'espérer avoir une place assise pour profiter sereinement de ce moment, qui est sensé être plein de sérénité. Tout est pris. Un conseil, pensez à arriver très tôt pour trouver le bon emplacement ou même choisissez un autre temple comme lieu d'observation. Malheureusement, en raison des divers tremblements de terre, les temples pouvant encore accueillir du monde sur leur terrasse se font rares.



Jour 6


Réveil matinal aujourd'hui, puisqu'à 5h du matin nous prenons un véhicule qui nous emmène au point de départ de notre survol de Bagan en Montgolfière. Pendant une heure, nous contemplons d'en haut, ce magnifique site de Bagan, aux lueurs du soleil levant. L'instant est magique.

Puis nous retournons à notre hôtel profiter d'un bon petit déjeuner. Direction le marché coloré de Nyuang Oo, où les habitants commercent des produits frais, et aussi leur production artisanale. On y découvre de nombreuses herbes et légumes utilisés dans la cuisine birmane. A proximité, on visite la Pagode Swhezigon, où les pèlerins viennent honorer Bouddha et les 37 Nats.

Ensuite, on part pour la visite du temple Wetgyi Inn Gubyaukgyi et Htilominlo.

Notre après-midi débute avec un tour en calèche pour continuer la visite des temples et pagodes. Avec notamment un arrêt au Thatbyinnyu, le plus grand temple de Bagan. Puis on enchaine, avec la visite du temple Ananda, qui a été décrit comme une œuvre architecturale de génie et est certainement l'un des temples le plus frappants de Bagan. On y découvre ses peintures murales, datant du 13ème siècle.

Pour clôturer cette journée de visite, on fait une dernière halte au temple caverne de Kyaukku U en grès, d’aspect massif à l’extérieur, mais orné de fines sculptures et des fresques à l’intérieur.

Nuit à Bagan au Artawkha.


Anecdote Voyage :

Depuis mon voyage au Laos, j'ai une affection toute particulière pour les marchés traditionnels. Et dans toute l'Asie, il y en a foison. Alors je ne peux être qu'heureuse. Généralement, il faut savoir se lever tôt mais l'effort est largement récompensé quand on arrive dans ces endroits aux mille merveilles. Ici se mélangent les stands de fruits et légumes, de viandes, de poissons, d’œufs, d'épices mais aussi de l'artisanat local. De nombreuses variétés inconnues en Occident. On y découvre les métiers de bouche : le boucher qui prépare sa viande, le poissonnier qui vide ses poissons, des dames qui préparent des plats prêts à être consommés. C'est l'endroit idéal pour observer des scènes de vie : la négociation, les enfants qui dorment au milieu des étals, les échanges entre commerçants. Ces endroits sont si riches de vie, à l'image de la société et si riches de découvertes que je me régale à les parcourir. Sans oublier le sourire de ces gens qui aiment à échanger avec nous.



Jour 7


Ce matin, on prend la route pour Kalaw, en pays Shan.

Un peu après Bagan, en chemin nous nous arrêtons pour la découverte du Monastère du Mont Popa, lieu de culte dédié aux Nats, les esprits du panthéon birman. La montée des 777 marches au temple TaungKalat, au sommet de ce volcan éteint (Mont Popa est situé sur un volcan) se fait au milieu des singes qui ont élu domicile sur le Mont. Cette ascension permet de découvrir les paysages de plaines ponctuées de palmiers à sucre. La vue y est spectaculaire sur la région.

Puis nous reprenons la route à travers la Plaine centrale en direction de Kalaw. Nous traversons de magnifiques villages où nous voyons la vie locale de la grande plaine centrale. Pour plus de découvertes, nous nous arrêtons au marché local, toujours pleins de couleurs, d'odeurs et de curiosités culinaires.

Après cet arrêt, nous continuons notre route et apercevons les premières montagnes du plateau shan. On arrive enfin à Kalaw, avec son climat tempéré et ses forêts de pin, Kalaw est une bourgade construite par les Britanniques pour se reposer loin du climat chaud des plaines.

Nuit à Kalaw au Pine Breeze


Anecdote Voyage :

Si je vous dis que la richesse d'un voyage c'est aussi ses imprévus, je pense que vous serez d'accord avec moi. Encore une fois, je vous en fais la démonstration. Alors que nous partons pour le mont Popa, sur le bord de la route nous voyons un attroupement de charrettes à bœufs. Là encore, notre curiosité est aiguisée et il n'en faut pas plus pour que nous décidions de faire halte et comprendre ce qu'il s'y passe. C'est un vrai va et vient de charrettes, toutes chargées de gros bidons en plastique. Il faut savoir que dans ces campagnes isolées, l'eau courante n'existe pas. Il est donc nécessaire de venir s'approvisionner dans ces points d'eau collectifs. Cette eau va servir à la fois à la gestion de la maison (hygiène, cuisine), mais aussi l'arrosage des cultures ainsi qu'à faire boire les bêtes. Cette eau est essentielle à la survie de tous.



Jours 8, 9, 10


Après notre petit déjeuner (parce qu'il faut bien prendre des forces), nous partons pour un trek de 3 jours dans les collines de l’Etat Shan. Pendant ce trek, nous vivons une aventure mémorable, accompagnée de moments de partage, de rencontres, et une expérience culturelle inoubliable. C'est ainsi que l'on traverse des villages de différentes ethnies comme les Palaung ou les Pa‐Oh, de nombreuses cultures de blé, riz, thé ou encore de piments. On y observe une vie traditionnelle et authentique.

Durant tout ce trek, nous sommes accompagnées de porteurs mais également d'un guide qui nous montre le chemin et nous permet un contact facilité avec les locaux. Les déjeuners et les diners sont préparés par les porteurs qui nous régalent de spécialités locales. Notre première nuit se fait au sein même d'un monastère et la seconde nuit se déroule chez l'habitant. Deux moments inoubliables.

Dans l'après-midi du 3ème jour, nous arrivons à Indein, village sur les bords du Lac Inlé. Après avoir traversé pendant 2 jours les terres de différentes ethnies, nous découvrons un nouveau mode de vie. Nous parcourrons ce charmant village, où l’on peut visiter de nombreux stupas, certains éraflés par le temps, d’autres rénovés. Mais l’attraction principale, est la pagode d’Indein, qui regroupe autour d’elle de nombreux stupas, mais surtout nous offre une vue panoramique sur le Lac.

Nuit à NyaungShwe à l'hôtel Brillant.


Anecdote Voyage :

A notre arrivée au monastère, qui est notre premier lieu d'hébergement pendant le trek, nous constatons avec bonheur que nous serons les seuls sur place. Pas d'autres touristes en vue. La salle qui nous sert de lieu de vie est immense. Nos encadrants nous installent une belle table pour le diner et préparent nos couchages. Si nous pensions avoir froid, c'était sans compter sur les grosses couvertures qui nous sont prêtées. Après nous être installées, nous rejoignons nos cuisiniers qui nous mitonnent de merveilleux plats. C'est pour nous une occasion de découvrir les épices, mais également les ingrédients utilisés en cuisine. Nous observons chacun de leurs gestes dans l'espoir de retenir la recette et la reproduire à la maison. Il fait nuit quand nous nous mettons à table, à la mode asiatique. Table basse, assises par terre sur des coussins. C'est une profusion de petits plats tous plus bons les uns que les autres. Puis vient l'heure du coucher. Pour la toilette du soir, nous devons aller dans un bâtiment annexe situé tout au bout du terrain. C'est donc munies de nos lampes torches que nous nous y rendons à 2 pour plus de facilité. L'une éclairant l'autre pendant la toilette. Idem pour les pipi-rooms éloignés de notre dortoir. Il nous faut regagner notre couchage pour la nuit, situé à l'étage du bâtiment, le rez-de-chaussé servant à stocker les vivres. Lorsque nous montons l'escalier nous amenant au dortoir, nous avons le malheur de tourner la tête vers les poutres supportant le plancher. Et là, nous distinguons deux yeux jaunes qui nous observent. La torche nous permet d'identifier notre compagnon de chambrée : un énorme rat ! Autant dire que cette découverte ne se fait pas en silence. Toute l'équipe est mise en alerte avec la volonté de faire fuir ce maudit rat. Malheureusement, c'est sans compter sur l'agilité de notre gros rongeur. Nous sommes bien incapables de mettre la main dessus (et c'est peut être mieux ainsi). Après un branlebas de combat infructueux, nous nous résolvons à regagner notre couchage, non sans une certaine appréhension. La nuit ne sera pas de tout repos, avec la crainte de retrouver notre rat. Autant dire que l'on prend sur nous pour ne pas avoir à nous lever durant la nuit, même accompagnée.



Jour 11


Après notre petit déjeuner, nous partons pour un premier contact avec les Inthas, peuple marin, célèbre pour son étrange façon (unique au monde) de pêcher avec une nasse et de ramer avec une jambe. C'est aussi l'occasion d'aller au "marché flottant" pour y découvrir ce mode de vie particulier puis de visiter un village construit sur pilotis au milieu de "jardins flottants".

La promenade se poursuit dans le village avec la visite de quelques unes de ses nombreuses fabriques. Après une pause-déjeuner dans un restaurant sur pilotis, nous visitons le monastère Nga Phe. Ce monastère en bois, construit sur pilotis, renferme une étonnante collection de statues de Bouddha.

Enfin nous partons découvrir l'artisanat local du lac Inle avec un arrêt au village de Inpawkhone, réputé pour son tissage de tiges de fleurs de lotus, et une usine de cigares birmans traditionnels faits main.

Le retour se fait avant le coucher du soleil soit vers 16h30, 17h au plus tard car, pour des questions de visibilité, les bateliers ne naviguent pas une fois la nuit tombée.

Nuit à NyaungShwe à l'hôtel Brillant.


Anecdote Voyage :

Quand on prépare son voyage au Myanmar, on ne peut pas échapper aux photos des pêcheurs sur le lac Inle en train de manier leur nasse tout en ramant avec une jambe. Donc forcément, on veut vivre ce moment et ramener la dite photo. Vous n'aurez aucun problème à les trouver. Ce sont eux qui viendront vers vous. En effet, c'est aujourd'hui devenu une pratique commerciale. Les pêcheurs prennent la pose contre quelques billets. Cela a perdu de son authenticité. Si vous voulez observer des pêcheurs pratiquant encore leur art, il vous faudra vous lever tôt (avant que le flot de touristes n'arrive sur le lac) et vous pourriez les voir d'un peu loin. En effet, ils se tiennent à l'écart pour ne pas être dérangés.



Jour 12


Au petit matin, départ pour Kakku en direction de Taunggy, capitale de l’Etat Shan. Une grosse journée de voiture en vue. En route, on s'arrête dans un village typiquement Pao. Une guide locale va nous accompagner pour la visite du site. Arrivée à Kakku. C'est un très beau site qui abrite un étonnant ensemble de plus de 2000 stupas.

Puis nous visitons le village et la grotte bouddhiste de Htan Pha Ya.

Retour à NyaungShwe, “porte d'entrée” du lac Inle.

Nuit à NyaungShwe à l'hôtel Brillant.


Anecdote Voyage :

Pour pouvoir entrer dans l'Etat Shan, nous devons être accompagné d'un guide de cette même communauté. C'est ainsi qu'une ravissante jeune femme portant un habit et une coiffe traditionnels nous rejoint pour la journée. Cette directive gouvernementale est là pour développer le tourisme dans ses contrés isolées, mais aussi pour le contrôler. En effet, durant des années, ces territoires étaient interdits d'accès à tout étranger. Ce contact avec cette personne est très riche d'apprentissage et d'échange. A la pause déjeuner, nous sommes invitées à porter la coiffe traditionnelle. Bon, il semblerait qu'aucune d'entre nous n'ait une tête à foulard, alors que cela va si bien à la jeune femme. J'en suis jalouse! Nous profitons également de cette pause pour apprendre à nos deux guides le jeu du Uno. Oui, on commence simple pour ne perdre nos compagnes de jeu. Un vrai moment de rigolade. Tout le monde s'amuse beaucoup. C'est ça aussi le plaisir des échanges avec les locaux.